Lettre ouverte de Pierrette Kermoal à madame Anne Bilak, directrice Réseau CANOPÉ

-- Courrier des lecteurs --

Lettre ouverte de Éditions Aber
Porte-parole: Erwan ar Menn

Publié le 18/02/16 17:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Pierrette Kermoal

Directrice de ABER

Revue littéraire et Editions

115 Kergareg

29870 Landeda

à

Madame Anne Bilak

Directrice Réseau CANOPÉ

CRDP 92 rue d'Antrain

CS 20 620

35 706 Rennes cedex 7

16 février 2016

Madame,

J'ai eu connaissance de la lettre que vous avez adressée à M. Kervella (et non Kerwella) pour expliquer le refus, émanant finalement des instances de l'État, de financer la publication de son roman Mari Vorgan ar Glandour (et non «Mari Vorganar Glandou»).

Ce refus est fondé, dites-vous, sur le fait que «l'essence même de [l'] ouvrage fait référence à monsieur Ropar Simon.» (Vous voulez probablement dire Roparz Hemon).

Et Roparz Hemon, écrivez-vous toujours, «a été radié par le ministère de l'Éducation nationale pour des raisons de collaboration au cours de la seconde guerre mondiale».

Or le verdict prononcé le 31 mai 1946 par la Cour de Justice de Rennes à l'issue du procès intenté à Roparz Hemon est tout autre, et il me paraît important de porter ce fait à votre connaissance :

La Cour de justice à la majorité des voix :

Déclare Némo (Louis Paul) dit Ropartz Hémon, sus-nommé, acquitté de l'accusation d'Atteinte à la Sûreté extérieure de l'Etat portée contre lui.

Le condamne à la peine de dix ans d'Indignité Nationale.

Ordonne qu'il sera mis immédiatement en liberté s'il n'est retenu pour une autre cause.

Chacun peut consulter ce document aux Archives Départementales d'Ille et Vilaine.

Cela étant, qu'en est-il du refus de publier l'ouvrage de M. Kervella ?

Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

Pierrette Kermoal

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1261 lectures.
mailbox imprimer