Lettre ouverte à mes ancêtres
Lettre ouverte de Philippe Argouarch

Publié le 30/10/15 17:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

À mes ancêtres

Mesdames et Messieurs mes ancêtres, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être avant samedi soir, si vous avez le temps.

Le jour de Samhain, demain soir donc, il paraît, selon notre tradition, que vous vous déplaceriez ? Vous viendriez visiter les vivants et tout spécialement vos descendants ici-bas sur cette vieille terre bretonne.

Mesdames et Messieurs, aotrou, dont je suis la filiation, et dont les restes et les cendres font partie intégrante de la glaise bretonne sur laquelle je marche, je profite de ce moment pour vous contacter de toute urgence. On a vraiment besoin de vous.

Votre vieille terre, ce bro gozh, votre pays, est menacé de disparition.

La langue que vous parliez est en voie d'extinction. Le territoire que vous occupiez est sans cesse divisé et partagé. Nos ennemis veulent même l'engloutir dans un vaste territoire allant de Bourges à Brest. Nos enfants, vos enfants, partent aux quatre coins du monde car tout ici nous a été pris et même nos paysans se suicident ou vendent leur terres en dépit. Et c'était bien votre terre.

Nous avons tout essayé, pétitions, recours au droit international, aux traités signés, et aux manifestations pacifiques, mais rien n'y fait, nos ennemis nous ignorent et nos élus nous mentent.

Je m'adresse donc à vous pour une intervention. Merci de faire trembler la terre, de terrasser nos ennemis, de pourvoir au retour d'Arthur afin que nous puissions préserver à jamais vos tombes et ce sang salé que nous avons hérité de vous et qui coule dans nos veines.

J'en appelle à l'homo heidelbergensis, les premiers hommes arrivés dans cette péninsule, la plus vieille terre du monde, il y a 400 000 ans. J'en appelle à vos 10 000 générations.

J'en appelle aux matronas des âges anciens du néolithique et aux dresseurs de pierres

J'en appelle aux anciens dieux Bel, Lug et Ogmios et à Ana, protectrice venue de la nuit des temps.

J'en appelle aux fiers guerriers celtes

J'en appelle aux amazones de la reine Boudicca

J'en appelle aux druides pleins de sagesse

J'en appelle aux 2 000 saints dont la topographie mémorielle parsème encore notre paysage, à toi Hervé l'aveugle, aux deux Yves de justices

J'en appelle à toi Morvan Ar Bleiz, et à toi duc de Pontcallek et toi Jeanne La Flamme et à toi Anne de Bretagne.

J'en appelle à tous les poètes de Brizieux à toi Anjela Duval

J'en appelle à Cadoudal et aux sacrifiés de Conlie

Et aux milliers de morts dans les tranchées de la Somme et de Verdun.

Venez, entrez dans nos foyers, insufflez votre esprit.

J'allumerai demain soir une fière chandelle devant ma porte !

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1351 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
Ed du
2015-10-30 19:50:12
Moi aussi, j'allumerai une chandelle. Une dehors et une sur la table en laissant la porte ouverte!
(0) 
Pôtr ar skluj
2015-10-31 18:04:13
An Douar hag ar Re Varo, n'eus ket 'med an dra-ze a gont.
(0) 
Kristen
2015-10-31 22:16:35
Même si la fête des morts est placée le 2 novembre, les chrétiens célèbrent aussi la fête de TOUS les saints, connus et inconnus, le 1er novembre: nos disparus, avec leur degré de sainteté, sont donc en Communion des Saints avec nous: allumons donc nos lumignons...
Gouel an HollSent laouen d'an holl!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.