Les Vautours de Cognac en Bro-Naoned

-- Agriculture --

Communiqué de presse de AMBASAD VREIZH
Porte-parole: Yann Varc'h Naoufel FURON

Publié le 28/02/17 15:43 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les faits remontent à la veille de Noël, mais ne sont portés à notre connaissance que cette semaine. En cette période de l'année où le vignoble est quasi désert, il est aisé d'agir en toute discrétion. «Quasi» seulement, car un témoin qui travaillait dans une vigne a rapporté que le 23 décembre 2016 «on pouvait même voir six fumées noires autour de Coursay».

Depuis plusieurs jours, des ceps de vignes sont arrachés par un tracteur, à Monnières, près de Coursay. Opération légale ?

Ceps, poteaux et fils de fers sont arrachés, mis en tas et brûlés avec des pneus et de l'huile de vidange !

La mairie fut rapidement prévenue par d'autres riverains. Benoît Couteau, maire de Coursay, rappela aux viticulteurs de n'avoir pas recours à cette pratique nocive pour l'environnement.

Problème :

Les parcelles «nettoyées» appartiennent à des producteurs charentais !

S'il est curieux qu'une autorisation de plantation soit sujette à la destruction d'une surface équivalente, a fortiori lorsque les surfaces concernées dépendent de deux vignobles bien distincts (transfert de plantations entre vignobles), cela l'est moins dès lors que l'achat des droits de plantations présente une faille : l'intérêt économique !

Prix d'achat de vignes par hectare:

- dans le pays du Muscadet : 10.000 €

- dans le Cognac : 50.000€

En Charente même, des viticulteurs dénoncent ce procédé, qualifiant de «vautours» ces viticulteurs motivés par l'appât du gain. Il faut les comprendre : les cours du Cognac dépendant de la production...

L'action en justice estée par des maires du Pays nantais et celles des viticulteurs des Charentes pour identifier ceux qui transfèrent des plantations sur l'AOC Cognac. Un décret devrait naître dans les prochains jours...

En dehors des conséquences environnementales hautement condamnables, nous ne pouvons qu'apporter tout notre soutien aux viticulteurs bretons qui se retrouvent une nouvelle fois victime d'agissements de «con-frères» non-concurrents sur le marché mais qui n'hésitent pourtant pas à polluer ailleurs ce qu'ils ne toléreraient pas chez eux !

Entre les difficultés qu'ont les vignerons bretons du bro-Naoned à défendre leur identité en luttant notamment contre leur intégration dans les vins du Val de Loire, en s'opposant aux complices d'InterLoire et ces arrachages légaux de vignes en territoire breton pour pouvoir planter en Charente, il est aisé de comprendre pourquoi les surfaces viticoles en Liger-Atlantel ont diminué de 25 % en 20 ans !

Vous allez laisser passer ça ?

Sources:

Charente Libre, 23 fév. «Vautours du Cognac» : (voir le site)

Charente Libre, 24 fév. «Le ministre de l'Agriculture va publier un décret contre les vautours» : (voir le site)

Presse Océan, 27 fév. «Les Nantais dénoncent les pillages des producteurs de Cognac» : (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1243 lectures.
mailbox imprimer