Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Les surcoûts du chauffage électrique en France
Les associations de consommateurs ont été étrangement oubliées dans le dispositif de pilotage de la Conférence nationale de l'énergie qui s'ouvre aujourd'hui,
Mona Bras pour UDB le 4/12/12 10:03

Communiqué de l'Union Démocratique Bretonne du 28 novembre 2012

Les associations de consommateurs ont été étrangement oubliées dans le dispositif de pilotage de la Conférence nationale de l'énergie qui s'ouvre aujourd'hui, sous la présidence de la ministre Delphine Batho. L'UDB souhaite vivement que le volet régional de cette conférence soit l'occasion de corriger cet oubli fâcheux.

Toujours est-il que l'UFC Que Choisir a publié, hier, une étude sur les surcoûts du chauffage électrique en France qui est une véritable « bombe » dans le débat énergétique. Il ressort de cette étude que:

1) tous les utilisateurs du réseau électrique paient pour les ménages qui se chauffent à l'électricité. Extraits des conclusions de l'étude: "Si les consommateurs qui utilisent le chauffage électrique assumaient seuls les surcoûts qu'il induit, ils paieraient 12 % de plus le kilowattheure que les autres à coût constant et jusqu'à 80% si on intègre les coûts de renouvellement du parc de production (selon la méthode utilisée par le régulateur). Les tarifs actuels sont pourtant tout autre : les consommateurs de chauffage électrique ont une facture allégée de 8 % par rapport à ce qu'ils devraient réellement payer tandis que les autres ménages sont, eux, surfacturés de 2 %".

2) pour autant les usagers du chauffage électrique vont subir une hausse très importante de leur facture d'ici 2020 : "Bien qu'intolérables, ces surcoûts, mutualisés, sont cependant aujourd'hui presque invisibles. Ils seront mis en lumière avec les augmentations tarifaires très douloureuses pour les ménages se chauffant à l'électricité consécutif à l'application de la loi Nome qui ajuste les prix aux usages, marqués par une envolée des prix de 50 % d'ici 2020. Sachant que le chauffage électrique équipe essentiellement des logements mal isolés, notamment construits avant 1975, il faut impérativement mettre fin à cette gabegie économique et environnementale, et lancer un véritable « New Deal » énergétique".

3) la France connaît un "surdimensionnement des capacités de production résultant du chauffage électrique". En effet, conclusion tout aussi éclairante et qui renvoie aux débats autour du Pacte électrique breton: "Pour tenir compte des pics très ponctuels de consommation (quelques heures dans l'année) dus au chauffage électrique, la taille du parc de production a dû être doublée. (la puissance du parc électrique est de 123 GW alors que la consommation moyenne d'électricité sans chauffage est autour de 60 GW). Les appels ponctuels de courant nécessitent en effet, outre les centrales nucléaires supplémentaires, des unités de production utilisant des énergies fossiles (gaz, fioul), extrêmement coûteuses à utiliser et polluantes".

L'UDB demande que les conclusions de l'étude de l'UFC Que Choisir soient confrontées au projet de centrale électrique à gaz à Landivisiau. A l'évidence, l'effort financier de l'État et des collectivités bretonnes doit être entièrement dirigé vers la sobriété et l'amélioration de l'efficacité énergétique, en particulier dans le bâti, et vers les énergies renouvelables locales.

Pour l'UDB, la porte-parole Mona BRAS

Pour la fédération du Finistère, le responsable Bernard LE MAO

Voir aussi :
Vos 3 commentaires
SPERED DIEUB Le Mardi 4 décembre 2012 10:48
Concernant cette centrale électrique un débat équilibré et sans à priori devrait avoir lieu, le vrai problème que vous posez au sujet du chauffage électrique n'est pas un argument crédible par rapport à ce projet .Lors d'une interview sur RBI j'ai eu l'occasion d'entendre la position de Jean Le Vourc'h il a insisté sur le fait que les entreprises étaient réticentes à venir s'installer à la pointe bretonne du fait de la production insuffisante d'électricité ,il a souligné aussi que les mouvement d'opposition aux éoliennes étaient de plus en plus fréquents .Siemens a installé une centrale à gaz en Bavière très performante et la pollution est très limitée
(0) 

marc iliou Le Mardi 4 décembre 2012 20:15
Autrement dit il ne faut pas faire de suivisme par rapport au PS, c'est suicidaire!
(0) 

e-Gwan Le Mardi 4 décembre 2012 22:10
Un consommation de 60GW ça n\'existe pas. C\'est une puissance.
Si vous voulez une sobriété énergétique, laissez les prix flambés. Les gens n\'ont ni conscience de ce qu\'est l\'énergie ni la volonté de changer de mode de vie, l\'énergie actuellement est tellement bon marché (oui je sais tout le monde bondit de lire ça) et tant qu\'elle le restera rien ne bougera. Les lois de la nature s\'en chargeront, très bientôt.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons