Les socialistes montrés du doigt à Nantes

-- La réunification --

Reportage
Par Didier Lefebvre

Publié le 3/12/14 0:18 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Plus d'une centaine de militants pro-réunification est devant le siège du PS à Nantes. Durant 5 minutes, longues, pesantes, au silence seulement entrecoupé par les tramways, ils montrent du doigt le siège du PS, calmes, déterminés. Une bonne moitié a chaussé ce fameux masque blanc.

A l'occasion de la venue de Manuel Valls dans la cité des Ducs de Bretagne, ce 2 décembre, le mouvement pour la réunification a changé de visage à l'initiative du Comité local de Nantes de Bretagne Réunie.

Les militants de Bretagne Réunie, rejoints par quelques Bonnets rouges et des militants de 44=Breizh se sont illustrés en montrant du doigt, en silence, les principaux responsables de cette loi inique, qui bafoue le bon entendement, et 70 % des 4,5 millions de Bretons en Bretagne (1) : les Socialistes. Certains militants sont venus de Quimper, d'autres d'Auray, d'autres de Morlaix. Beaucoup de la Presqu'Île et de Brière. Les Bonnets rouges, eux, étaient dès 8 heures devant la Cité des Congrès.

Le mépris

Alors que le Premier ministre vient à Nantes et Saint-Nazaire honorer de sa présence les 10e Assises de la mer (2), en présence du pitoyable Jacques Auxiette, encore président de l'encore région PdL, Bretagne Réunie (3) a décidé, elle,

- de ne pas être là, devant lui (enfin, de l'autre côté des CRS)

- donc de ne pas le chahuter

« puisqu'il nous méprise, méprisons-le » déclare

Jean-François le Bihan, Président de Bretagne Réunie.

Cette action toute en symbole, est appelée à transcender le temps et les frontières. Ce masque blanc, anonyme, oui, on le retrouvera. Tant que la réunification ne sera pas réalisée.

On veut nous enlever notre identité

Plus d'identité, anonymes. Plus d'expression. Des gens lisses, amorphes. C'est ainsi que veut rendre les Bretons cette loi qui interdit le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, et qui est ainsi le prélude à sa disparition. L'uniformisation, le gommage des différences. Plus de personnalité, plus d'identité. C'est ce que deviendra la Bretagne, si elle n'est pas solidement ancrée à cinq. C'est ce que d'aucuns appellent la débretonnisation, mais je crains qu'en Alsace, il en aille de même. Et dans d'autres endroits de France (4). Alors montrons aux Bretons, montrons que nous ne voulons pas être des Français tous pareils avec pas un cheveu qui dépasse, pas une racine qui repousse... Et que tous les déçus de cette réforme s'unissent !!!. Nous ne voulons pas être des Grantouestiens ou des Ouistitiens (comme l'avait dit Jean-Yves Cozan), des GrantEstiens, des GrandSudOuestiens du Poitou au Pays Basque, des GrandSudEstiens.

Les premiers responsables, les socialistes, sont montrés du doigt

Cette loi est passée de peu, mais est passée, grâce à un lobbying intense de Jean-Marc Ayrault auprès de ses collègues socialistes, moutons de Panurge, qui préfèrent offrir leur âme au diable, pour rester dans les petits papiers du pouvoir, et pouvoir se représenter aux élections, plutôt que de respecter leur nation, et ceux qui les ont élus.

L'amendement Molac, simplifiant (démocratisant) le droit d'option a aussi été rejeté (5).

Il y a encore la 3e lecture à l'Assemblée nationale, la dernière, mais « Manuel Valls a donné ordre aux socialistes de voter cette loi en l'état, et de refuser tout amendement » martèle Jean-François le Bihan. Où est la séparation de l'exécutif et du législatif ? Qu'est devenu le droit à l'Assemblée d'amender ? Où est la démocratie, quand un gouvernement ni rejeté impose ainsi son diktat !!!

Une raclée annoncée lors des prochaines échéances électorales

Les responsables, ce sont eux, misérables socialistes. Dénonçons-les aux Bretons, aux Français, aux Européens. Ils veulent se faire bien voir du Premier ministre, chef de la majorité, et avoir l'investiture de leur parti ? Drôle de calcul, quand on sait la raclée que va prendre le parti en place dans les prochaines échéances électorales.

Il se dit même que le Président actuel hésiterait à se représenter, car il n'est pas sûr d'obtenir 5 % des voix, et risque de ne pas être remboursé de ses frais de campagne. C'est ballo, même pour un président pâlot !!!. De même, aux législatives suivantes, il n'est pas sûr que le PS obtienne 12 députés pour pouvoir constituer un groupe (c'est simple à retenir, 12, autant que d'huîtres dans une douzaine d'huîtres). Plus de secrétaires, plus de voitures de fonction !!! houlala !!!

Mieux vaudrait, pour nos députés socialistes des cinq départements bretons, le bon sens, et qu'ils quittent le groupe socialiste et leur parti, sans issue, et où l'on ne veut voir qu'une seule tête. Il n'est pas trop tard, Mesdames et Messieurs, pour dire votre regret de vous être laissé(e)s entraîner dans une logique de groupe. Et d'agir contre cette loi. Ne la votez pas lors de la 3e lecture !!! Préférez votre pays à vos courbettes !!!

Rendez-vous devant les permanences de tous les députés PS de Bretagne le 13 décembre

Le choix de Bretagne Réunie s'inscrit dans un mouvement d'ampleur, d'une autre forme que les trois manifestations réalisées entre février et septembre, appelé à grossir au fil du temps, appelé à s'étendre au-delà de nos frontières.

« Comment le Gouvernement peut-il ainsi bafouer 70 % des plus de 4,5 millions de Bretons  »(6), s'interroge Paul Loret, responsable du comité local de Nantes de Bretagne Réunie. Il nous explique le principe de ce rassemblement : « notre but est de montrer à tous la responsabilité du PS dans cette mécanique de disparition annoncée de la Bretagne. Nous avons manifesté dernièrement à plus de 35.000 personnes, dans le calme, nous n'avons pas été entendus (7) . Ce rassemblement silencieux sera peut-être plus audible par nos députés et nos gouvernants ? ».

D'ores et déjà, Jean-François le Bihan donne rendez-vous à tous les militants devants les permanences de tous les députés PS de Bretagne le 13 décembre.

Devant un siège nantais du PS méconnaissable

Il fallait le savoir, qu'il s'agissait du siège local du PS. Certes, il s'est fait taguer il y a peu, mais ici, rideaux de fer baissés, pas une enseigne, pas une rose ! On se serait cru devant une boutique fermée de longue date.

La presse ne s'en est guère fait écho, hormis OF (9), mais aujourd'hui, plus d'une centaine de militants était devant ce siège du PS à Nantes. Dans le froid, durant 5 minutes, longues, pesantes, au silence seulement entrecoupé par les tramways, ils montrèrent du doigt le siège du PS, calmes, déterminés, devant des badauds étonnés. Une bonne moitié a chaussé ce fameux masque blanc.

Le rassemblement s'est terminé par le traditionnel Bro gozh ma zadoù, certains militants décidant de visiter un peu la ville ensuite. Des photos illustrent ce périple : mairie, préfecture, conseil général, et... le Château des Ducs de Bretagne, evel just. Une militante me rapporte quelques clins d'oeil et «Blanche Hermine» fredonnée par certains CRS, discrètement.

(voir le site) où une autre vidéo présente l'ensemble de la journée, des Bonnets Rouges à proximité de la Cité des Congrès au siège du PS, puis devant les organismes cités ci-dessus et enfin, le Château des Ducs de Bretagne.

Notes

(1) [(voir notre article)] et (voir le site) de Bretagne Réunie.

(2) (voir le site) des Assises de la mer. Remarquez, pour une fois que des Jacobins parlent de la mer et de Nantes en même temps (NdlA). Y'a du beau monde. Des ministres, sous-ministres, des présidents (dont un « executive vice président »), des directeur généraux. Parmi eux, pas de marins, pas de capitaines. Mais combien de malins, combien de calembredaines entendrons-nous ?

(3) [(voir notre article)]

(4) Voir aussi l'excellent article [(voir notre article)] : La carte interdite ou la France en 9 régions ethniques.

(5)[(voir notre article)] : Les députés de Bretagne et d'ailleurs qui ont voté pour et contre le droit d'option allégé afin de permettre la Réunification.

(6) Nombre officiel de résidents en Bretagne. A cinq départements, evel just. Y'a de quoi faire une « région à taille européenne » !

(7) [(voir notre article)] : Environ 35 000 personnes ont manifesté à Nantes pour la réunification.

(8) Selon la Constitution, des amendements sont encore possibles (lors de la toute dernière lecture le 8 décembre) (voir le site) comme quoi certains députés ont un courage politique. Mais, voir plus haut, le Gouvernement en a décidé autrement.

(9) (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1891 lectures.
mailbox imprimer