Les résultats des régionales renforcent les convictions du Parti Breton de constituer une force politique crédible et autonome capable de donner à la Bretagne une véritable ambition

-- Elections 2010 --

Communiqué de presse de Parti breton
Porte-parole: Gérard Olliéric

Publié le 16/03/10 9:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Parti Breton remercie ses partenaires et les électrices et électeurs bretons qui ont fait confiance à la liste "Nous te ferons Bretagne". Le Parti Breton se félicite d'une progression du vote breton depuis les élections européennes où il avait présenté une liste "La Voix de la Bretagne en Europe".


Pour l'ensemble des 5 départements bretons, le nombre de voix est passé de 32.710 à 58.777. Cette progression de 79 % s'explique par un partenariat plus large avec Christian Troadec comme tête de liste et avec l'Alliance Écologiste Indépendante, ainsi que par la forte mobilisation de nos adhérents et sympathisants.


Nous aurions espéré, bien évidemment, atteindre la barre des 5 %. Toutefois, le score de 4,29 % en région administrative et de 2,62 % en Loire-Atlantique, fait progresser l'électorat breton indépendant des formations hexagonales de gouvernement de plus de 26.000 voix entre les élections européennes et les élections régionales en l'espace de 8 mois.


Le taux d'abstention, de plus de la moitié des électeurs, marque la limite d'un système électoral à bout de souffle. Ce taux d'abstention est la preuve même que l'institution régionale n'a pratiquement pas de consistance en France A défaut d'éléments concrets de l'utilité de l'institution régionale dans la vie quotidienne, la majorité des électeurs s'est positionnée selon le clivage gauche/droite traditionnel. La vie politique française semble tourner irrémédiablement autour des élections présidentielles. Les partis politiques parisiens ont gagné les élections... La Bretagne, elle, n'a rien gagné !


Les électrices et électeurs bretons qui se sont mobilisés l'ont fait d'abord - et à juste titre - pour sanctionner la politique régressive du gouvernement. Pour autant, les problèmes du développement harmonieux de la Bretagne restent entiers. A défaut de compétences, d'autonomie fiscale, de volonté politique véritablement bretonne, les futurs élus régionaux ne pourront agir qu'à la marge d'une politique dictée par l'État français en Bretagne, laissant les Bretonnes et les Bretons dans une situation inégalitaire par rapport aux 200 millions d'européens qui ont toute liberté d'appliquer des politiques régionales spécifiques dans le cadre des États fédéralistes européens.


Le Parti Breton estime qu'il ne lui appartient pas de donner de consigne de vote à ses électeurs pour le second tour.


Entre un PS, parti centralisateur sans véritable ambition pour la Bretagne qui a surtout profité de l'effet repoussoir de Nicolas Sarkozy, et une UMP, formation conservatrice tout aussi inféodée au système parisien, il n'y aura de bonne alternative que par la constitution d'une force bretonne indépendante et progressiste. La présence d'une troisième liste avec Europe Écologie peut ouvrir des opportunités du fait notamment de convergences programmatiques mais les ambiguïtés au sein d'Europe Écologie sont nombreuses, notamment au sujet de la réunification de la Bretagne (pour mémoire, Europe Écologie est allié en Loire-Atlantique à Jacques Auxiette, l'un des principaux adversaires de la réunification).


Le Parti Breton appelle les Bretonnes et les Bretons à défendre ensemble une autre politique pour l'avenir de la Bretagne.

Pour le Parti Breton, le président, Gérard Olliéric

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2965 lectures.
mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 11 commentaires
Bonnet Fulup
Mardi 31 août 2010

Nous n'avons jamais obtenu 631 voix à Saint-Nazaire , c'est la première fois depuis très très longtemps, ne serait il pas le moment d'en profiter pour se regrouper et travaillé ensemble ? Fulup Bonnet Sant Nazer Breizh

Odile FOURNIOL
Mardi 31 août 2010

Bravo pour cette prise de position ! Je suis fière de faire partie de ce mouvement novateur, honnête,se refusant à cautionner des calculs, que je considère "minables", de partis qui s'enfèrent dans les clivages hexagonaux, à fortiori lors d'une élection "régionale" et qui oublient l'intêrêt des bretones et bretons au sens strict du terme soit une Bretagne à 5 départements !

Nolwenn Louarn
Mardi 31 août 2010

Ya, kendalc'homp betek an trec'h. Quelques militants bretons ont pris le train d'un autre. une fois encore il y aura beaucoup d'espoirs déçus. j'espère qu'ils comprendront bientôt que les solutions c'est nous qui les apporteront. Nous n'avons pas de temps à perdre. Bevet Breizh adunvanet !

Le Rouzic
Mardi 31 août 2010

Si le PB , l'AEI et Troadec s'étaient alliés au MoDem, tous étaient présents au 2nd tour et on lançait les bases d'un grand parti démocrate breton...

jean paul DISDIER
Mardi 31 août 2010

La BRETAGNE a besoin d'une représentation forte et le PB peut et doit être la solution, à condition qu'il parle au nom de tous les bretons de droite, de gauche du centre. Dans d'autres pays on parle de libéraux, de démocrates. Quand le PB s'associe à un mouvement , en l'occurence pour les régionales un mouvement de gauche avec TROADEC, il laisse de côté tous ceux qui partagent les mêmes idées que le PB mais qui se sont sentis exclus. Nous avons besoin de tous pour optenir une BRETAGNE unie, mais à l'avenir il faudra faire oublier qu'en 2010, on a mis de côté ceux qui ne se sentaient pas dans une liste de gauche à la française, simplement parcequ'ils ne se retrouvent plus dans ces partis hexagonaux qui n'en n'ont rien à faire de la vraie BRETAGNE qu'un vieux maréchal condamné à mort pour les raisons que l'on connait a fait disparaitre en inventant les pays de la LOIRE et en faisant de notre BRETAGNE une "région" orpheline de sa capitale historique.

Toinon Maguerez
Mardi 31 août 2010

Système électoral à bout de souffle : je m'abstiens comme beaucoup pas pour aller à la pêche mais pour manifester mon utopie (?) oser toucher au sacro saint héritage électoral ... La Bretagne oserait-elle par exemple en faisant voter sur des idées et pas des noms et en trouvant des moyens de parler avec toute la diaspora bretonne ( quel réservoir de voix !!!)

Yann le Dantec
Mardi 31 août 2010

Si le PB et l'AEI s'étaient noyés sur une liste Modem, ils n'auraient eu aucune visibilité, l'arrogance du Modem consistant à se croire leader du centrisme en Bretagne, et surtout ces milliers voix ne se seraient pas reportées sur la liste. Il faut que le Modem comprenne que les gens qui votent PB ou NTFB le font parce qu'ils ne veulent pas que la Bretagne soit gouvernée par des partis qui ont leur siège à Paris. Ils n'auraient bien entendu jamais voté pour une liste Modem.
Que les centristes du Modem prennent enfin conscience que leur écurie a échoué, et qu'il se range derrière le PB, qui est désormais le leader du centrisme en Bretagne dans les années à venir. R.I.P Mouvement Démocrate.

Prigent Michel
Mardi 31 août 2010

C'est vrai que nombre de bretons lucides auraient espéré un score de la liste "Nous te ferons Bretagne" au moins supérieur à 5%.
C'est sans compter sur le formatage, façon OGM, de nos concitoyens (je ne parle pas des élus nourris à la soupe jacobine) en totale addiction au modèle centraliste français, qui certes, à bien des égards fait figure d'"Etat-Providence".
Il se trouve que l'affaire de l'insolvabilité de la Grèce vient de révéler la manque de fiabilité économique des pays européens riverains de la Méditerranée désignés perfidement sous l'appellation de "Club Med" et qui risqueraient de connaître le même destin, ce sont dans l'ordre: Portugal, Espagne, Italie, France.
En clair, il s'agirait d'urgence de trouver 20Mds€ pour permettre à la Grèce de faire tourner son fond de réserve.
Grosse pagaille dans la cour européenne afin de trouver un "pigeon" pour payer l'addition, et bien entendu tous les regards de se tourner vers la vertueuse fourmi, l'Allemagne.
La France, "en faillite" (sic Fillon) ne trouve rien de mieux que d'"engueuler" l'Allemagne, lundi et jeudi dernier, par la voix de sa Ministre C.Lagarde disant que sa politique de rigueur salariale, son manque de consommation intérieure était préjudiciable à ses pays voisins, bref qu'il convenait qu'elle devienne aussi dispendieuse et budgétivore que ses voisins...en somme c'est le cancre qui reproche ses bonnes notes aux meilleurs élèves.
Grosse colère d'Angéla Merkel (entr-autres) au Bundestag: elle n'a pas à payer seule (les banques allemandes ont déjà un en cours de 30Mds€ en Grèce) pour tous les pays mauvais gestionnaires européens qu'elle éjecterait bien de la zone euro !
Voilà qui devrait plaire aux souverainistes français nostalgiques du Franc ! Je ne vous dis pas l'instabilité monétaire de ses pays éjectés: dévaluation, inflation, spéculation des monnaies...
L'Allemagne, ne veut plus passer pour "la vache à lait" de l'Europe. Elle a du absorber les 17 millions de pauvres de la RDA, financer largement la PAC (si profitable à la France). Depuis 10 ans, sous l'ère de Schroeder elle a mis en place un plan d'austérité salariale et de développement des entreprises, si bien que le secteur productif représente 30% de son PIB contre 16% pour la France. C'est la 2è puissance exportatrice derrière la Chine (132 Mds€ d'excédent commercial, France moins 48 Mds), son budget est à peu près équilibré (en France il en manque 140 Mds€)...bref, c'est la patronne économique de l'Europe.
Car l'heure n'est plus à plastronner, à discourir au travers d'une représentation diplomatique comme la France (2è au monde après les USA, et bientôt l'Europe: Mme Ashton équipe son corps diplomatique de 8 000 collaborateurs pour la représenter dans 140 pays....pour quoi faire !).
L'Europe n'est rien en ce moment: budget: la moitié de celui français pour 27 pays, défense: 0 (vive l'OTAN !), politique commune: aucun poids, sauf distribuer des subventions à la Palestine, Haïti...Ah si, reste la monnaie, l'Euro...pour combien de temps ?
L'Allemagne reviendrait sans état d'âme au deutschemark.
Tiens au fait le traité de Lisbonne dont on disait si grand bien ?
Certes il substitue la "majorité qualifiée" à l'unanimité...Mais:
-Tout projet de loi européen est soumis à un contrôle accru des parlements et gouvernements nationaux...bonjour les vétos !
-Le parlement européen décide ensuite.
Bref, c'est pire qu'avant, l'impuissance assurée.
La situation financière précaire actuelle de l'Europe justifie et conforte la démarche du Parti Breton pour qui le salut de l'Europe ne peut que résulter de la construction d'une Europe Fédérale de Régions, peuples ou minorités nationales sous l'impulsion du seul pays crédible capable de la fédérer l'Allemagne (à structure fédérale justement) seule véritable puissance européenne dans les faits.
Et çà, nos piteux candidats du 2è tour ne s'en rendent même pas compte, et pour cause, ils ne savent même pas ce qu'est une vraie région !

Pierre CAMARET
Mardi 31 août 2010

Michel PRINGENT .Votre expose s'inscrit dans une logique absolue ...... mais combien des ces zozos gauchistes l'ont t-ils compris ???? . L'Allemagne n'a pas toujours raisons .mais a de grandes qualites en matiere economiques et financieres( ils ont paye cher pour apprendre ) .Nos "distributeurs" gaucho toujours prets a ceder a toutes les demandes ( en empruntant solution grecque ) devraient retourner en classe ,pour apprendre les bases economiques ...... et les demandeurs devraient egalement retourner en classe pour les memes raisons .Je vois l'ignorance crasse des bretons et des francais sur ce sujet . Retour aux monnaies nationales .... en France = 30% de chomeurs .LE PEN le sait , mais lui est un demagogue, et son role de jouer la mouche du coche suffit a son bonheur . Il ne voudrait jamais etre,un homme de responsabilites gouvernementales.Je l'ai connu assez bien a une certaine epoque ,pour l'affirmer.

Gildas (Gweltaz) Durand Touz
Mardi 31 août 2010

Bravo Nolwenn (Louarn), ha bevet merc'hed heñvel evidout ! Ghildas (Gw) Durand.

gwendal lannarster
Mardi 31 août 2010

Juste une remarque! La première cartographie en voix donnait un aperçu du vote pour Troadec/Parti Breton un peu flou .Par contre ,je vous félicite pour la deuxième cartographie du vote en pourcentage ,elle est trèe bien faite.

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.