Les résultats de la destruction de l'enveloppe culturelle bretonne : des Bretonnes et des Bretons qui se convertissent à l'islam radical

-- Politique --

Point de vue
Par Philippe Argouarch

Publié le 20/01/16 15:08 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La débretonisation massive voulue par l'État rouleau compresseur combinée avec la mutation d'une société rurale très structurée vers une urbanisation multi-ethnique, laïque et individualisée à l'extrême ne pouvait pas ne pas déboucher sur la radicalisation d'individus lors des crises personnelles qui accompagnent le lot de chacun.

La perte de références culturelles, de la notion d'appartenance à une nation, oui à la nation bretonne, ou la perte de références à une communauté historique véritable, à une expression culturelle particulière, la perte de la proximité de visages familiers et de relations qui tissent des devoirs et des responsabilités ne peuvent qu'entraîner des conversions brutales choisies par des esprits vidés de tout enracinement. La nature a horreur du vide.

Morgane (prénom d'emprunt comme d'ailleurs son prénom musulman Samra) est une mère de famille bretonne de 30 ans née à Brest. Elle est mère de deux enfants. Après un chagrin d'amour, elle bascule dans l'islamisme radical à 22 ans. Désormais, elle porte le voile intégral et serait prête à partir faire la guerre en Syrie. Son compagnon, Sid Ahmed Ghlam, a un frère qui s'est fait arrêter en 2014 en Belgique, alors qu’il était en possession d’un véritable arsenal militaire.

D'après Paris-Match, Emilie König est née le 19 décembre 1984 à Ploemeur (Morbihan), d'un père gendarme, dernière d'une famille de quatre enfants. Elle aurait suivi une scolarité normale. Cette normalité accuse ici l'Education nationale.

Toujours d'après Paris-Match, elle se convertit à l’islam au contact de son premier mari, algérien d'origine, emprisonné pour trafic de drogue. De même source, on apprend qu'elle apprend l'arabe, se fait appeler Samra, se voile entièrement, et se radicalise au contact du groupe islamiste nantais Forsane Alizza dissout le 1er mars 2012 par le ministre de l'Intérieur.

Forsane Alizza était une milice privée dont le nom signifie les «cavaliers de la fierté». Le groupe a été fondé en 2010 par Mohamed Achamlane. Mohammed Achamlane est un émir autoproclamé d'origine marocaine né à Nantes en novembre 1977 d'un père marocain et d'une mère bretonne. Il a été condamné en juillet 2015 à neuf ans de prison ferme pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste». Il a été déchu de ses droits civiques pour cinq ans.

A partir de 2010, Emilie König se fait remarquer pour plusieurs actions, notamment près de la mosquée de Lorient, où elle a distribué des tracts appelant au jihad, mais aussi à Paris, où elle a participé à des manifestations de radicaux. Emilie König fait partie des premiers à avoir franchi la frontière turque pour aller faire le jihad en Syrie. Selon BFP-TV, 44% des jihadistes partis de France seraient des femmes et les Bretonnes seraient bien représentées.

Il n'est pas encore trop tard pour que le gouvernement socialiste se pose les vrais questions. Mettre la laïcité au centre des valeurs de la république sans vouloir cesser l'uniformisation du standard culturel francilien, parler de valeurs de la République tout en niant les minorités et détruisant la fierté des appartenances régionales constitutives de la République mèneront au désastre.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1938 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
Ar Vran
Jeudi 21 janvier 2016

Ne pas oublier le triste exemple du jeune vannetais radicalisé David Drugeon converti à l'Islam, devenu djihadiste et expert en explosif, tué par un drone américain . Mère divorcée également convertie à l'islam, tendance rigoriste. Bref un sinistre pédigré

Reun Allain
Vendredi 22 janvier 2016

Les "Valeurs de la république" tout comme la "Laicité" ne sont que des gris-gris que l'état français oppose à la radicalisation musulmane. Qui sait réellement ce que sont ces fameuses valeurs ? Nous Bretons nous ne pouvons y croire alors quand il s'agit des populations visées ça tombe à mille lieues de leur conception de la société. Pour la laïcité, c'est encore pire, c'est une abstraction à géométrie totalement incompréhensible ou plus exactement chacun y met ce qu'il a envie de comprendre. Les intellos français s'y perdent, alors dans les banlieues les dégâts sont assurés. Côté breton (donc Emsav), on est complètement à côté de la plaque ! Les seules articulations (voire gesticulations) se font pour s'affirmer ou se différentier de la gauche ou de la droite. Rien sur une proposition nationale bretonne à partir de notre culture. Les Corse ont apparemment un discours décomplexé et semblent être en mesure de proposer quelque chose à partir de leur identité Corse, ce que les militant bretons ne sont pas.

Pôtr ar skluj
Mardi 26 janvier 2016

À Reun Allain
" Les Corse ont apparemment un discours décomplexé et semblent être en mesure de proposer quelque chose à partir de leur identité Corse, ce que les militant bretons ne sont pas."
Depuis Émile Combes, la laïcité se construit par la négation de la Bretagne. Le seul moyen pour nous de garder la tête haute face au laïcisme et à l'islamisme, c'est de réaffirmer la place centrale du catholicisme dans l'identité bretonne.

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.