-- Littérature --

Les oies sauvages meurent à Mexico de Patrick Mahé en Poche

photo 1
Sorti chez Fayard en 2013, le roman de Patrick Mahé, Les oies sauvages meurent à Mexico vient également d’être édité en Poche.
photo 2
photo 3
photo 4
Patrick Mahé en compagnie de la chanteuse Nolwenn Leroy et de l'écrivain Irène Frain qui sera présente lors de la 7e édition du Salon du livre en Bretagne de Vannes les 20,21 et 22 juin.
photo 5

Sorti chez Fayard en 2013, le roman de Patrick Mahé, Les oies sauvages meurent à Mexico vient également d'être édité en Poche. Un beau succès pour l'auteur vannetais qui a voulu par son récit réhabiliter la mémoire des Los San Patricios. Un régiment constitué de déserteurs de l'armée des États-Unis, originaires d'Irlande et de confession catholique qui se mit au service du Mexique entre 1846 et 1848.

Ils s'appellent O'Reilly, Kelly, O'Connor…Ces « oies sauvages » ont quitté leur Irlande natale et gagné l'Amérique dans l'espoir d'une vie meilleure. Soldats aux Etats-Unis, victimes de discrimination religieuse sous la menace permanente des gangs, ils quittent l'Amérique protestante pour rallier le général Santa Anna, le tombeur de Fort Alamo. Ainsi naît, au sein des troupes mexicaines, le bataillon des Saint-Patrick, alias Los San Patricios. Leur campagne, dans la guerre qui oppose le Mexique aux Etats-Unis, durera quinze longs mois dans la fournaise des sierras. Et quand ces insoumis seront faits prisonniers, Washington se montrera impitoyable…

David Raynal. : Qu'est-ce qui vous a donné l'envie de parler de ces parias irlandais passés au milieu du 19e siècle du côté mexicain en pleine guerre contre les Etats-Unis ?

Patrick Mahé. : Parce que pour moi ces parias sont des héros. Au départ, j'ai trouvé cette histoire un peu par hasard en publiant un livre consacré à saint Patrick chez Lionel Hoebeke. En faisant des recherches, j'ai découvert qu'il existait un bataillon le « Saint Patrick's battalion » et que surtout on le traduisait en langue espagnole sous le nom de « Los San Patricios ». Puis durant l'été 2011, j'ai sympathisé au Festival Interceltique de Lorient avec Rafael Guttierrez, le responsable d'un pipe band (orchestre de cornemuses) mexicain la Banda de Gaïtas de los San Patricios. Ses musiciens défilaient derrière le drapeau du Mexique sur lequel il était brodé le nom de toutes les batailles livrées par le bataillon des Saint Patrick. Je savais également que Paddy Moloney, le leader du fameux groupe irlandais The Chieftains, avait enregistré avec le virtuose de la gaïta (cornemuse) galicienne Carlos Nùñez un album à la gloire des San Patricios, sur lequel Liam Neeson l'acteur irlando-américain avait également prêté sa voix. En fait, j'ai voulu à mon tour raconter par ce livre dans une grande épopée romanesque l'histoire de ces jeunes irlandais partis en 1846 vers les Etats-Unis pour échapper à la grande famine.

D.R. : Une fois débarqués sur le sol américain que va-t-il leur arriver ?

P.M. : A leur arrivée, ces jeunes irlandais catholiques n'avaient d'autre recours que de s'engager dans l'armée américaine. Après plusieurs années de déshérence dans la misère et les bas-fonds de New York, sous la menace des Nativistes américains si bien décrits dans le film de Martin Scorcèse « Gangs of New York » avec Leonardo DiCaprio, ils quittent l'Amérique protestante pour rallier le général Santa Anna, le tombeur de Fort Alamo. Ainsi naît, au sein des troupes mexicaines, le bataillon des Saint-Patrick, alias Los San Patricios. Leur campagne, dans la guerre qui oppose le Mexique aux Etats-Unis, durera quinze longs mois dans la fournaise des sierras. Et quand la majeure partie de ces six cents insoumis seront faits prisonniers, Washington se montrera impitoyable. Voilà pourquoi j'ai raconté cet épisode douloureux de la mémoire collective avec évidemment en filigrane une belle et tragique histoire d'amour.

D.R. :Qu'est-ce qui a déterminé le choix de votre titre, Les oies sauvages meurent à Mexico ?

P.M. : Le titre de mon roman fait référence aux Wild geese, ces soldats irlandais qui à l'époque de Cromwell et de Guillaume d'Orange ont quitté l'Irlande après la bataille de la Boyne pour se placer au service du roi de France et d'Espagne. Plus tard, ils formeront la Brigade irlandaise et gagneront la bataille de Fontenoy. Les soldats du bataillon des Saint-Patrick sont pour moi leurs héritiers.

Propos recueillis par David Raynal

Patrick Mahé est né en 1947. Ancien rédacteur en chef de Paris Match, il a publié de nombreux ouvrages, dont une douzaine consacrés au monde celtique. Membre de l'institut culturel de Bretagne, il est aussi éditeur et a créé, à Vannes, le Salon du livre en Bretagne dont la 7e édition aura lieu les 20, 21 et 22 juin.

Le site du Salon du Livre en Bretagne : (voir le site)

De 10 h à 19 h, dans le jardin des Remparts. Entrée libre.

Voir aussi :

mailbox imprimer

David Raynal est journaliste et photographe de presse.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 3 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.