Les médias dans les planètes bretonnes et parisiennes

-- Media et Internet --

Enquete
Par Christian Rogel

Publié le 4/10/14 13:56 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Depuis quelques jours, une petite bataille se déroule sur le réseau social Twitter entre ceux qui s'indignent du fait qu'un des organisateurs de la manifestation qui aura lieu à Paris, demain, 5 octobre (protestation contre le mariage pour tous) compte, sur son site, les Bonnets rouges comme les soutenant et le manager de communauté desdits Bonnets rouges.

Il est affirmé que cela décrédibiliserait de se trouver mentionné dans les dossiers de presse des opposants au mariage pour tous, car, ceux-ci sont estimés homophobes et marqués politiquement.

Des «twits» demandaient que les Bonnets rouges saisissent un tribunal pour exiger la suppression des mentions effectivement illégales, car, non approuvées par les intéressés. Cette option est totalement impossible, car, comme le savent bien les lecteurs de l'Agence Bretagne Presse, il n'y a pas d'organe central des Bonnets rouges ayant une personnalité juridique qui pourrait contrer le détournement de son image. Le collectif breton est dénommé « Collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne » (VDTB) , tandis qu'il existe des comités locaux des Bonnets rouges qui sont aussi des associations non déclarées.

Le choix de pas se déclarer en préfecture est lié à la nature même du mouvement qui, étant constitué de personnes aux intérêts divers, ne peut entrer dans le moule des associations politiques qui, très vite, deviendraient des mini-partis, et voudraient entrer dans le système électoral. Si les Bonnets rouges ne sont pas contre les adhérents des partis auxquels leurs réunions sont ouvertes, ils entrent en collision avec lesdits partis, qui, à peu d'exceptions, les ont combattus en les dénigrant.

Ce qui est instructif, c'est de voir comment, de facto, il y a la planète des médias parisiens, pour lesquels se faire accrocher une étiquette sur le dos, nécessite une contre-attaque, et la planète des médias bretons qui vit un peu à l'écart de cela. En simplifiant, tant que les médias les plus suivis par les Bretons (ils ne sont pas parisiens) ne proclament pas que les Bonnets rouges sont très à droite, parce qu'une officine parisienne les a embarqués dans sa cause, le collectif VDTB n'est pas plus ému que cela et ne réagit même pas sur son site officiel (consulté ce jour, 4/10). Il se contente de répondre sur Twitter (3/10) : «Le Collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne ne soutient, ni de près ni de loin, la ManifPourTous» et qu' « il a agi et engage à tous les comités locaux à faire de même ». Cela laisse ses contradicteurs sur leur faim, mais c'est très instructif sur certains décalages.

Site officiel du Collectif Vivre, décider et travailler en Bretagne : (voir le site)

Compte Twitter : @BonnetRougeBZH

Christian Rogel

Voir aussi :
mailbox imprimer