Les Mannois et l'île de Man
Présentation de livre de EDITIONS ARMELINE

Publié le 4/02/12 20:41 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
24779_1.jpg

Au cœur d’une mer d’Irlande qui formait jadis un véritable carrefour de voies maritimes, l’île de Man occupe une position stratégique intéressante. De ce fait, elle fut très convoitée, et son histoire est tributaire de celles de l’Irlande, de l’Écosse, de l’Angleterre et des pays scandinaves. Depuis 1765, elle constitue une dépendance de la Couronne britannique. Elle a acquis, au fil des siècles, une certaine autonomie, mais elle ne fait partie ni du Royaume-Uni, ni de l’Union européenne. Elle a vécu de longues années de misère mais a connu, dans la seconde moitié du XXe siècle, un important redressement économique, que la crise financière actuelle a fragilisé.

Aujourd’hui les Mannois de souche, soucieux de leur culture celtique et de leur patrimoine, ne sont plus majoritaires dans l’île : depuis les années 1960, l’immigration a pris le dessus et menace directement leur identité. De quoi l’avenir sera-t-il fait ? Certains, tel le parti Mec Vannin, n’hésitent plus à revendiquer, haut et clair, l’indépendance, tandis que d’autres envisagent une plus grande flexibilité dans les relations Man/Royaume-Uni. Mais, ce qui est sûr, c’est que les Mannoises et les Mannois qui ne se satisfont pas de la situation actuelle sont de plus en plus nombreux...

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Fondées en 1994, les Éditions ARMELINE se développent autour de deux pôles éditoriaux : le monde celtique ancien et moderne et les nouvelles nations émergentes de l'Europe et des minorités.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.