Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Les Kurdes entrent au Parlement de Turquie
Les Kurdes entrent au Parlement de Turquie avec quelques figures emblématiques dont Akin Birdal, ancien vice président de la F.I.D.H. Victoire relative mais victoire quand même pour le" Parti pour une Société Démocratique", le DTP, parti pro kurde que d'aucuns présentent comme la vitrine légale du Parti des Travailleurs (PKK)
André Métayer pour Amitiés Kurdes de Bretagne le 7/08/07 0:56

Les Kurdes entrent au Parlement de Turquie avec quelques figures emblématiques dont Akin Birdal, ancien vice président de la F.I.D.H. Victoire relative mais victoire quand même pour le" Parti pour une Société Démocratique", le DTP, parti pro kurde que d'aucuns présentent comme la vitrine légale du Parti des Travailleurs (PKK) qui a réussit à faire élire, sous le vocable "Mille Espoirs", malgré des obstacles en tout genre, une vingtaine de députés, dont neuf femmes, qui ont prêté serment, ce samedi 4 Aout2007, devant la "Grande Assemblée Nationale ", le Parlement monocaméral de Turquie, au grand dam des militaires et des ultra-nationalistes d'extrême droite (qu'on trouve aussi au CHP , parti se réclamant de la social-démocratie), qui manifestent déjà leur mauvaise humeur. Pourtant la victoire n'est pas aussi ample qu'espérée, même si le doute persiste sur quelques sièges perdus, comme celui qui avait été déclaré gagné, puis perdu, par Sabahattin Suğvacı, Président de la section locale DTP de Hakkari. Mais si les nouveaux élus kurdes, qui ont serré la main de leurs adversaires politiques, tiennent des propos plutôt rassurants, affirmant vouloir "travailler à la réconciliation", et il n'en reste pas moins qu'ils entendent militer pour un règlement politique de la question kurde et se refuse d'accepter de condamner le PKK comme une organisation terroriste. En fait, ce qui fait grincer quelques dents, c'est la notoriété de ces nouveaux députés à commencer par celle de la porte parole de la section des femmes du DTP, Sebahat Tuncel (Istanbul), incarcérée, comme de nombreux autres membres du DTP, depuis Novembre 2006 : son élection lui apportant l'immunité, elle passe directement de la prison au parlement. Il y a aussi Ayse Tugluk, (Diyarbakir) avocate d'Öcalan, co présidente du DTP avec Ahmet Türk (Mardin) qui, lui, avec Sırrı Sakık (Mus) réintègrent une assemblée dont ils avaient été exclus après la dissolution du DEP, en 1993 , écopant, au passage, d'une peine de 14 mois d'emprisonnement. Entre également au parlement Pervin Buldan (Igdir), née à Hakkari en 1967, qui a vu son mari assassiné en 1993, 2 mois après que Tansu Ciller, alors première ministre, ait juré de "punir tout ceux qui finançaient le PKK". Hasip Kaplan (Sirnak), lui, un des avocats de Leyla Zana, est connu pour avoir fait condamner la Turquie par la Cour Européenne des Droits de l'Homme, dans une affaire où les forces de sécurité turques étaient accusées d'avoir fait manger des excréments aux villageois Yesilyurt. Selahattin Demirtas, un avocat de 34 ans considéré comme un proche de Ayse Tugluk, est président de la section locale de l'association turque des droits de l'homme de Diyarbakir (IHD) succédant à Osman Baydemir, devenu Maire de Diyarbakir, les deux hommes présidant ensemble la "Plateforme Démocratique" qui organisa en mai 2005, une grande conférence sur le thème de la "Paix au Moyen Orient". Notons également Hamit Geylani (Hakkari), avocat, Mmes Gulten Kisanak (Diyarbakir), journaliste, Ayala Akat Ata (Batman) et les autres, tous et toutes militants ayant connu, pour la plupart, arrestations, gardes à vue et prisons.

Mais le plus emblématique reste le turc Akin Birdal, ancien président de l'Association turque des droits de l'Homme (IHD) et Vice président de la FIDH, traduit devant la Cour de Sûreté de l'Etat, à Ankara, pour "encouragement à la discrimination raciale et menaces contre l'unité territoriale de la Turquie". Lors de la 7° audience, le 14 Mars 1994, une délégation de quatre rennais, mandatée par le maire de Rennes, était dans la salle. Le 12 mai 1998, Akin Birdal échappait à une tentative d'assassinat mais, bien que grièvement blessé, il dû néanmoins retourner en prison pour finir de purger sa peine alors que ses agresseurs restaient en liberté. Voyageur infatigable, il est accueilli à Rennes le 20 Avril 2001 Samedi 4 Août 2007, son travail de député en faveur de la paix commence

André Métayer

Cet article a fait l'objet de 1895 lectures.
logo
Amitiés kurdes de Bretagne est une association loi 1901 chargée de faire connaitre les luttes du peuple kurde. Elle a été créée en 1994.
Voir tous les articles de Amitiés Kurdes de Bretagne
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons