Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Présentation de livre -
Les juristes investissent le combat pour la réunification de la Bretagne
Le livre d’Yvon Ollivier – Gueule Cassée – Lom ar geol Yvon Ollivier est magistrat. Il est membre de l’Institut culturel de Bretagne
Bernez BOULC'H pour Construire la Bretagne le 11/08/14 10:23

Le livre d'Yvon Ollivier – Gueule Cassée – Lom ar geol

Yvon Ollivier est magistrat. Il est membre de l'Institut culturel de Bretagne.

Si les juristes investissent le combat pour la réunification de la Bretagne, c'est qu'ils sont bien placés pour mettre les mots sur ce que le peuple ressent lorsque son appartenance bretonne millénaire est évacuée de l'espace public pour laisser place à une identité « ligérienne » vide de sens. Ne doutons pas un seul instant que ce qui se produit aujourd'hui sous nos yeux en Loire-Atlantique deviendra notre lot commun sur l'ensemble du territoire breton si le projet de disparition grand-ouest venait à se concrétiser !

Si l'identité peut s'avérer menaçante, elle doit être respectée et protégée des atteintes induites par une délimitation territoriale arbitraire. Le droit au respect de son appartenance identitaire relève des droits humains. C'est cette problématique de l'identité, qui prend tout son sens lorsqu'elle est menacée, que j'ai voulu explorer dans le roman «Gueule cassée Lom ar Geol », via le visage perdu d'un paysan breton laissé pour mort sur un champ de bataille.

Qu'on le veuille ou non, la Bretagne est une composante de nous-mêmes qui s'intensifie à mesure qu'on la rejette. Mais elle est aussi une chance pour la France qui s'en défie, alors qu'elle gagnerait tant à la laisser vivre et exprimer toutes ses potentialités dans la mondialisation. Le rejet brutal de la Bretagne par le pouvoir, à l'occasion d'une réforme territoriale que les Bretons attendaient depuis longtemps, est une faute politique et historique majeure. Ce rejet est la marque d'une défiance que l'on pensait révolue et d'une conception dévoyée de la démocratie. Il manifeste une rupture profonde entre la sphère politique et la société civile, lourde de conséquences pour l'unité du pays.

A présent, la société civile bretonne se trouve au pied du mur pour infléchir une décision qui signe la fin de nos espérances de Bretagne forte, unie, prospère, solidaire, capable de préserver sa culture et de concevoir son propre modèle de développement. C'est toute la société bretonne dans ses multiples composantes économique, culturelle et sociale qui se trouve aujourd'hui concernée par un projet de réforme qui, en l'état, la relègue et compromet son avenir. A elle de se manifester.

Construire la Bretagne

(voir le site)

Cet article a fait l'objet de 1253 lectures.
Construire la Bretagne Pour des régions citoyennes La Bretagne reconstituée avec ses 5 départements et le développement de coopérations avec les régions voisines, sont au c½ur de notre préoccupation. (voir le site)
Voir tous les articles de Construire la Bretagne
Vos 24 commentaires
Marcel Texier Le Lundi 11 août 2014 11:12
"Une chance pour la France" ? Mais, on n'en a rien à foutre de la France ! Excusez la violence du propos, elle répond à la violence faite à la Bretagne.
Puisqu'il est question de droit ici, il faut encore et encore rappeler qu'en droit international, la France n'est pas chez elle en Bretagne, pas plus que la Russie n'était chez elle en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et ailleurs, pas plus que l'Espagne n'était chez elle au Portugal ou l'Angleterre en Irlande.
Il faut encore et encore rappeler que la Bretagne a été envahie entre 1487 et 1491 par les armées françaises, annexée de fait, même si le prétendu "traité de 1532", cette mascarade, nous parle d'Union, mise au pas en 1789, amputée en 1941 et maintenant, si nous laissons faire, promise à la disparition complète dans un ubuesque "Grand Ouest".
La seule solution au problème français, c'est une fédéralisation dans laquelle, par exemple, la Bretagne déléguerait une partie de sa souveraineté à Paris. Je dis bien "déléguerait", car cette souveraineté appartient aux Bretons et à personne d'autre !
Il est grand temps que nous, Bretons, nous relevions la tête et cessions d'être des esclaves soumis aux caprices de leur maître !
(0) 

eugène le tollec Le Lundi 11 août 2014 12:46
Exact
FEDERALISME.......mais d'abord ..DEVENIR BRETON...avec trois langues
La diplomatique le français
Puis le breton et le gallo
(0) 

Ronan Badouel IB Le Lundi 11 août 2014 14:21
On est bien d'accord Marcel. Si nous ne sommes pas reconnus comme peuple, c'est bien pour nous faire disparaître complètement, noir dessein ancien et d'actualité, savamment entretenu par l'Etat français, ennemi juré mais non avoué de la Bretagne. L'amnésie n'a heureusement pas atteint les militants bretons qui n'ont pas fini de se battre pendant qu'on nous oppose la défense de certaines minorités (choisies). C'est certain que nous devront notre salut que par nos propres initiatives, par exemple la mise en place d'un nouveau Parlement Breton clés-en-main proposé par Jean-Loup Le Cuff étant une solution. En effet, les utopies ne sont pas celles que l'on croit!
Je m'étonne aussi que l'Europe n'aie pas réagit à propos de l'édit inique de 1532 dénoncé par le Traité de 1499...
(0) 

Alwenn Le Lundi 11 août 2014 14:54
"Le rejet brutal de la Bretagne par le pouvoir, à l'occasion d'une réforme territoriale que les Bretons attendaient depuis longtemps, est une faute politique et historique majeure. Ce rejet est la marque d'une défiance que l'on pensait révolue et d'une conception dévoyée de la démocratie. Il manifeste une rupture profonde entre la sphère politique et la société civile, lourde de conséquences pour l'unité du pays."
Il y a trop de naïveté (ou d'ignorance ?)dans vos propos, naïveté (ou ignorance ?) relevé par Marcel Texier.
"Ce rejet est la marque d'une défiance que l'on pensait révolue"
"ON" ? Qui "ON" ?
Le "projet" français à l'égard de la Bretagne est et restera toujours l' ERRADICATION, et, pour y arriver, la GHETTOISATION de tout ce qui participe de l'identité bretonne. C'est dans les gènes de la république française, c'est à dire du nationalisme français.
La Bretagne n'a pas à quémander des droits, à faire l'aumône de ses droits.
La Bretagne est une nation qui a le devoir de s'émanciper, de se libérer de l'emprise française.
"l'unité du pays" ??
Mais "l'unité du pays" est ce qui nous tue. C'est au nom de "l'unité du pays" que l'Etat français cherche à éradiquer l'identité bretonne.
On avancera pas avec un discours contradictoire qui prétend à la fois préserver l'identité bretonne et "l'unité du pays" français. C'est vouloir une chose et son contraire et ça nous conduit dans le mur.
Pas étonnant que l'on dise que votre livre est compliqué à lire, prisonnier que vous êtes d'un discours contradictoire qui veut concilier deux choses inconciliables.
(0) 

Alan PRYTGWENN Le Lundi 11 août 2014 17:09
Est-ce-que les bretons auront le courage de rejeter le système d'assistanat jacobino-socialo-communiste qui a détruit l'économie bretonne ?
Sauront-ils abandonner le modèle français qui va obliger leurs enfants à émigrer tandis que des populations étrangères à l'Europe viendront les remplacer ?
Ont-ils encore suffisamment conscience de leur nationalité pour s'opposer au grand mélange ?
Je suis dubitatif !
(0) 

Ed du Le Lundi 11 août 2014 21:44
Alors ça, Marcel texier, c'est OK!!!
(0) 

bernard guyader Le Mardi 12 août 2014 07:22
Bon dia ..Merci pour ces commentaires parce qu'à lire cette présentation ( et peut être le livre lui même) on imagine bien le contenu ..." Une chance pour la france " oui la chance de voir disparaître des peuples qui font de l'ombre à l'état francais .B.G.
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 12:18
Ce qui est certain c'est que le mouvement breton manque de fondements théoriques, intellectuels, ce qui fait qu'on entend un peu tout et n'importe quoi.
Les livres d'Yvon Ollivier, celui-ci et le précédent, semblaient destiné à combler une partie de ce vide théorique, mais force est de constater que loin d'éclaicir les choses et de montrer une voie à suivre, il obscurcie et embrouille l'esprit.
Il y a des vérités de base à partir desquelles le mouvement breton doit construire et avancer. Ce que dit Marcel Texier fait partie de ces vérités de base. Il semble que pour pouvoir les affirmer, il faille être "libre", ce que n'est pas une bonne partie du mouvement breton, prisonnier par exemple de son besoin de subventions. Les subventions sont un moyen de tenir le mouvement breton en laisse ; le parti socialiste sait y faire.
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 12 août 2014 12:21
ar c'hudenn
Je vois une frontière presque hermétique qui sépare une minorité de défenseurs de la cause bretonne ,de l'ensemble de la population qui est soit indifférente incompréhensive , complexée voir victime d'une culpabilisation historique et d'une répression insidieuse Tandis que la passion excessive des premiers peut se retourner contre la cause qu'ils défendent par manque parfois d'objectivité ,au point d'oublier d'autres problématiques du monde actuel . Ils sont victimes d'une obsession justifiée contre un pouvoir central, qui veut sournoisement dissoudre la Bretagne ,terme final du processus historique de son annexion
Je ferais une comparaison entre une personne dont son bien a été injustement spolié par une autre ,la victime tellement révoltée et dans l'indifférence générale a le mauvais réflexe d'accuser à tort le spoliateur de tous les malheurs du monde au lieu de s'en tenir à l'objet du litige
(0) 

yvon ollivier Le Mardi 12 août 2014 13:26
Je n'ai pas l'habitude de commenter mes propos et encore moins les commentaires, mais comme il y a des attaques directes et pour le moins déplaisantes à l'égard du militant que je suis, je ferais part à Alwenn et Mr Guyader de mes dernières réflexions :
- avant d'aborder un texte, demandez-vous toujours à quel public il est destiné. Sinon, vous ne comprendrez pas grand chose. Ce texte, destiné au site "construire la bretagne.org" n'a pas pour vocation de convaincre les militants chevronnés que vous êtes, il a pour objet d'essayer de nourrir le débat auprès de certains compatriotes moins convaincus que vous.
-"la désunion française" est un livre complexe, c'est vrai, comme l'est, hélas , notre situation. "les français dehors!" : c'est tellement plus simple mais vous allez convaincre qui avec ça, et comment obtiendrez-vous la réunification??
-A propos de mon roman qui vient de sortir, la moindre des choses est de le lire ou à tout le moins de le parcourir avant de le jeter aux orties ou de supputer de son contenu. Ca c'est une question de bon sens.
- et enfin, même si je n'ignore pas que notre situation d'étouffement est difficile à vivre au quotidien, je vous invite à davantage de retenue à l'égard de ceux qui ont choisi de s'engager pour la Bretagne, lorsque tant d'autres se taisent. Au fait, vous connaissez beaucoup de corporation acceptant de s'engager pour la réunification? Attention à ne pas trop décourager les bonnes volontés, surtout en ce moment.
(0) 

Ar Vran Le Mardi 12 août 2014 15:05
« Une chance pour la france »
Attention à ne pas se tromper de combat.
Contrairement à certains commentaires, je trouve le titre de ce livre adéquat. Même si ce dernier est difficile à lire, (je l'ai lu), je suis globalement d'accord avec l'auteur.
Même si beaucoup d'entre nous (du moins les lecteurs sur ABP) rêvent d'une Bretagne indépendante de la France, cela n'est pas encore prêt d'arriver.
Pourquoi ? parce que le rapport de force n'est pas encore en notre faveur. Trop de bretons sont encore effrayés à l'idée d'entendre parler d'indépendance et pour les passifs, trop peu sont prêts à couper le "cordon ombilical de la mère nourricière france" (A mon avis il faudrait plutôt parler de marâtre, mais il s'agit d'un autre débat)
Bref si on veut encore sauver la France et donc la Bretagne, il faut que la France accepte l'altérité et non l'égalistarisme sectaire.
Si la France ne se réforme pas, non seulement elle disparaîtra mais la Bretagne aussi car actuellement cette dernière est trop dépendante de la France.
Ce ne sont pas des faits historiques maintenant connus d'une partie du public breton qui changeront la donne, à moins qu'en Bretagne on soit prêt à avoir une force politique digne de ce nom... Pour mémoire je rappellerai que les forces politique réellement bretonnes ne se sont pas encore imposées dans le paysage breton.
Qui prendra la relève en Bretagne si la France éclate maintenant??? On n'est pas encore prêt, cependant cela ne veut pas dire qu'il faille rien faire, il faut se préparer.
et pourquoi pas mettre la pression sur la république française pour qu'elle se réforme et reconnaisse ses peuples historiques avant qu'il ne soit trop tard.
C'est dans ce sens qu'il faut lire ce livre (et cela correspond bien à l'adage : petit à petit l'oiseau fait son nid...)
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 17:38
"Je n'ai pas l'habitude de commenter mes propos et encore moins les commentaires, mais comme il y a des attaques directes et pour le moins déplaisantes à l'égard du militant que je suis, je ferais part à Alwenn et Mr Guyader de mes dernières réflexions"
Si vous considérez que juger votre "positionnement" de "naïf", que cette naïveté soit feinte (ce qui est évidemment le cas) ou réelle (ce qui n'est évidemment pas le cas), est une "attaques directes et pour le moins déplaisantes", alors on ne peut plus rien dire.
A vous lire (et à lire Ar vran qui a lu votre livre) votre objectif c'est : "l'unité française (dans la diversité, quand même, et même une "certaine" autonomie pour la Bretagne)"
"Il manifeste une rupture profonde entre la sphère politique et la société civile, lourde de conséquences pour l'unité du pays."
"l'unité du pays" !!
Comme je l'ai dit, votre discours est tellement pétrie dans une contradiction ENORME qu'il n'a aucune chance d'être efficient et qu'il ne fera qu'embrouiler les esprit.
Vive la "désunion française" !
"Ainsi, une autonomie dans l'économie, dans l'éducation, notamment linguistique, tandis que les pouvoirs régaliens resteraient à Paris permettrait à la Bretagne d'être un moteur de développement."
Vous ne pouvez pas à la fois considérer les Bretons comme un peuple et laissez les "pouvoirs régaliens" de la Bretagne à paris !
Sur quels fondements vous basez-vous pour avancer un tel programme ?
[ Car le problème numéro 1 que devrait se poser tout militant (breton ou autre), c'est sur quel fondement il "fonde" son combat. ]
- Les Bretons n'ont pas les capacités intelectuelles pour se gouverner eux-mêmes, en toute indépendance ?
- Demander l'indépendance maintenant est prématuré, les Bretons ne sont pas "prêts" ?
- Pour obtenir "une autonomie dans l'économie, dans l'éducation, notamment linguistique" de la part de l'Etat français il faut lui jurer haut et fort que nous ne souhaitons pas l'indépendance, ou essayer de le lui faire croire. Et l'Etat français, naïf comme il est, va nous croire sur parole ?!
La LIBERTE ne se donne pas, ELLE SE PREND.
"Yvon Ollivier achève son intervention en ajoutant que cela permettrait également de revitaliser le sentiment national et de redonner du sens à la citoyenneté française qui fonctionne aujourd'hui comme un rapport de domination."
On est vraiment pas sur la même longeur d'onde.
Le "sentiment national (français)", autrement dit, l'horreur !
Quand à "la citoyenneté française" elle n'a jamais été rien d'autre qu'un "rapport de domination", et le restera
Grosso Modo, on est dans la tendance udb, qui ne dépasse pas 5% des votes depuis 50 ans aux élection !
Rien de nouveau sous le soleil breton, hélas !
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 17:54
Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire sur ABP !?
"Bref si on veut encore sauver la France et donc la Bretagne, il faut que la France accepte l'altérité et non l'égalistarisme sectaire.
- Sauvez la france !? Et donc la Bretagne ?!?
Si la France ne se réforme pas, non seulement elle disparaîtra mais la Bretagne aussi car actuellement cette dernière est trop dépendante de la France."
Si la france disparaîtra la Bretagne disparaîtra aussi ?!?
"Ce ne sont pas des faits historiques maintenant connus d'une partie du public breton" FAUX
"Qui prendra la relève en Bretagne si la France éclate maintenant??? "
?!?!?!?
"et pourquoi pas mettre la pression sur la république française pour qu'elle se réforme et reconnaisse ses peuples historiques avant qu'il ne soit trop tard."
TROP TARD ?!? TROP TARD de quoi ?
Mais de quoi parlez-vous ?
Le livre d'Yvon Ollivier a vraiment l'air très très très compliqué !!!
(0) 

Ar Vran Le Mardi 12 août 2014 19:10
@Alwenn
Je crois que l'on ne s'est pas compris.
Pour l'écrire clairement, je suis comme vous pour l'indépendance de la Bretagne et je ne fais pas confiance en nos élites de la République française.
Alors que fait-on ? Vous seul avec quelques autres? (en face combien de divisions aurait dit Staline ?) d'abord que representez-vous ? Pourquoi vous et pourquoi pas d'autres (inutile querelle dans laquelle se vautre l'emsav depuis son origine....)
Cela ne risque de ne pas peser bien lourd face à la perversion de nos élites?
Il faut faire cette indépendance par étape, être pragmatique ! Vous croyez que les écossais qui sont au stade de voter pour l'indépendance l'ont fait il y a 30 ans, époque où le SNP représentait qu'un infime minorité et surtout pour la majorité des écossais de doux rêveurs. Ils sont passés par l'autonomie et le SNP a réussi le tour de force à s'imposer dans le paysage écossais pour organiser un référendum d'indépendance.
Le livre d'Yvon Ollivier à partir de la dénonciation du mythe républicain français amène à cette réflexion en proposant une sorte de dernière chance à la France de se réformer.
Attention, cela ne veut pas dire qu'il faille attendre que nos élites politiques le fassent, elles en sont tout bonnement incapables, imbues de leur supériorité supposée. Il faut que cela vienne du "peuple".
Vous pensez naïvement que la France va accorder l'indépendance à la Bretagne parce que 3 Bretons l'auront souhaité? Que faites-vous de l'immense majorité de nos concitoyens bretons qui sont totalement drogués au mythe de la république française? que faites vous de l'intérêt stratégique de la France d'avoir une Bretagne qui lui soit totalement dévouée et corvéable à merci....
Cela fait penser un peu à Don Quichotte...
C'est un combat de longue haleine. Pour cela il faut pouvoir continuer à démystifier le mythe de la Nation française, et peaufiner la stratégie de la libération de la Bretagne en un rapport d'étapes...
Si la Bretagne arrive à être autonome dans une république française réformée dans moins de 5 ans, je pense qu'on aura déjà fait la moitié du chemin. Si après cela, cela se traduit par l'indépendance, tant mieux mais il ne faudrait surtout pas mettre la charrue avant les boeufs (au risque d'effrayer nos compatriotes de Bretagne)
On en est hélas encore loin (pour votre information et là où je peux vous rejoindre je pense sincèrement que la France ne se réformera jamais car cela lui est inconstitutionnel (c'est dans ses gènes). C'est dans ce sens que j'ai écrit "avant qu'il ne soit trop tard" dans le cas où frappés par la grâce, nos élites démentant mon pronostic fassent enfin ce que tout citoyen attend d'eux (mais comme je l'ai déja écrit permettez-moi d'en douter) Dans le cas où cela serait trop tard, j'espére que nous n'aurons pas trop de victimes à déplorer...
(0) 

yvon ollivier Le Mardi 12 août 2014 21:27
L'émancipation d'un peuple colonisé, qui a intériorisé le rapport de colonisation, ne peut être que progressive. Et même cette émancipation progressive, nous ne sommes pas en mesure de l'obtenir car nous sommes tellement désunis... Nous affrontons le système juridico-politique le plus habile pour dominer car il a accaparé les grandes valeurs au soutien de sa domination..c'est cette entreprise de libération des grands concepts qu'il faut déjà opérer si nous voulons pouvoir leur restituer leur dimension universelle et en bénéficier à notre tour.. C'est ce que j'ai tenté de faire avec "la désunion française" et sans me cacher derrière un arbre ou un quelconque pseudo. Evidemment tout est perfectible. Si vous pouvez mieux faire, allez-y... alwenn
(0) 

Alwenn Le Mardi 12 août 2014 23:38
@ Yvon Ollivier
"Au fait, vous connaissez beaucoup de corporation acceptant de s'engager pour la réunification? Attention à ne pas trop décourager les bonnes volontés, surtout en ce moment."
D'une part, contrairement à ce que vous dites, la situation est simple, et non complquée.
D'autre part, sur les "corporations", il y aurait beaucoup à dire. Et come vous le dites, "tant d'autres se taisent."
Mais nous savons pourquoi tant d'autres se taisent.
Je ne vais pas développer, mais nous savons que l'Etat détient les moyens du "contrôle social" : la distribution des postes, des places, des subventions, des médailles, des allocations, des bourses, des aides, des sauvetages de dernière minute, etc, etc.
Les gens, les corporations se soumettent à celui qui détient finance et pouvoir, en l'occurence l'Etat.
Face à l'hégémonie française, qui possède un Etat pour nous écraser, que proposons-nous ? Quel est notre projet ? Quel destin pouvons-nous proposer aux Bretons ? Quel avenir souhaitons-nous à la Bretagne ?
"Les peuples de Bretagne et des autres régions françaises ne se retrouve plus dans ce système, les immigrés n'y parviennent pas davantage."
Il n'y a pas "des" peuples en france dont les Bretons seraient l'un de ces peuples.
Il n'y a pas de peuple aquitain, ou picard, ou normand, ou angevin, ou poitevin, ou lorrain, ou auvergnat, ou occitan, ou bourguignon, ... (quant aux ligériens !)
Les seuls à avoir préservé leur "région" d'une fusion sont : la Corse, et la Bretagne, le Centre et les PDL voulant tout deux "fusionner".
Ca veut dire qu'il n'y a que les Corses et les Bretons (plus les Basques, grâce au Pays Basque Sud) qui ont une conscience propre, non française. Une identité dominée et opprimée, mais une identité propre, concurrente de l'identité française.
Que proposons-nous pour cette identité bretonne ?
1 - la perpétuation de l'oppression et de la domination ?
2 - la fin de l'oppresion et de la domination ?
3 - un entre deux, moins opprésée et dominée que maintenant mais un peu quand même ?
Voilà le choix "simple" que nous avons à faire.
La manière d'y arriver sera peut-être compliquée, mais l'objectif, lui est simple.
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mercredi 13 août 2014 00:38
SPERED DIEUB . Tres bien depeint , l'attitude des Bretons . D'un cote ( une minorite ) les, souvent, trop actifs , et de l'autre ceux qui s'en foutent et dans le fond se trouvent bien comme cela : la rente sociale ,et puis cela permet de "gueuler "donc de relacher la pression ,et puis l'alternative: la prochaine fois on votera MLP , ce sont les seuls que nous n'avons pas essayes , charmant ( moi je ne veux pas les essayer ).
(0) 

Paul Kerguelen Le Mercredi 13 août 2014 01:20
@ Alwenn
Arrêtons de faire du problème de la Bretagne un problème "brito-breton!"
Ne nous voilons pas la face.... en tant que breton, nous avons des papiers français, que cela nous plaise ou non...
En tant que français, le problème se pose aussi:
Comment accepter que la france donne des leçons de démocratie et de respects des minorités si elle ne le fait sur son propre territoire (Alsace, Bretagne, Corse, Pays Basque, Savoie, etc...?)
Comment, en tant que français, pouvons nous accepter que notre pays bafoue le droit international???
Alors, oui.. si les français , dans leur ensemble, ne comprennent ne serait-ce que ces 2 points, qui concernent la Bretagne, en sauvant la france d'elle même, nous sauverons la Bretagne....Non seulement la Bretagne, mais les autres pays absorbés par la france...
Oui je le clame haut et fort... je suis breton, et avant d'être français je suis breton...
Si la france était un pays respectant ses minorités, quelles soient kaldoche ou kannak , corse, bretonne, alsacienne, savoisienne ou autre, je serai fier d'être français... la france, en tant que telle, est un si beau pays...
Malheureusement, elle est jacobine... qui dit jacobine, dit être centralisatrice, ayant une seule culture: la francilienne...
Alors oui, j'ai choisi mon camp: je suis breton, et fier de l'être, avant que d'être français..
Mais en tant que breton, je n'en suis pas moins (le mot m'écorche la gorge) français, ayant des papiers français....
Donc oui, si je veux "sauver" la Bretagne, il me faut avant tout, sauver la france d'elle même...
le problème n'est pas uniquement "brito-breton".. en tant qu'ayant des papiers français, il nous concerne en tant que français....
Je suis breton, indépendantiste, et je le clame haut et fort... je ne me cache pas sous un pseudo et mon prénom comme mon nom sont ceux que je porte, quitte à en subir les conséquences....
Mais oui, en tant que breton, j'ai des papiers français... donc, oui, en tant que français le problème me concerne: est-ce que je veux un pays, qui sous couvert d'être "le pays des droits de l'Homme" se permets de faire la morale à d'autre pays mais n'en fait pas autant sur son propre territoire????
(0) 

eugène le tollec Le Mercredi 13 août 2014 10:15
À TOUS
Ce que j'ai dit et continue d'écrire
La France est une somme d'identités premières formées au cours des siècles et de millénaires...formatées par les qualités de chaque individu s'installant dans l'espace.
La création de ces entités à permis ce que sera la Bretagne ..la Corse...la Picardie...etc, ces espaces ont donnés des lieux de vie régis par l'histoire...une culture une langue .
La royauté fut un catalyseur....la république ne fut qu'un catalyseur intellectuel..mal digéré car trop
vicié dès le départ et trop destructurant.
Le principe d'unicité et d'indivisibilité n'a pu être admis par le peuple premier...le breton ,le basque peut être dans ce principe ...mais pas la somme..résultante finale.
Ma simple réflexion...je suis "UN"....devant une loi...mais mon identité bretonne m'a fait breton...je suis donc Breton...dans une somme d'identités qui forme l'identité francaise....je veux donc voir apparaître sur mes papiers officiels mon appartenance bretonne et française.
Pour intégrer un peuple une ethnie....il faut des siècles d'asservissement...de génocide( physique et intellectuel)
Une idée,un concept ,une philosophie ne peut détruire..l'essence même d'un peuple...
Tant qu'un peuple à une foi en lui même il peut SURVIVRE
NOUS SOMMES REDEVABLES DE NOS ANCÊTRES.
(0) 

Alwenn Le Mercredi 13 août 2014 11:23
1 - Ce n'est pas parce que l'Etat français (cette saloperie d'Etat français) m'impose des papiers "français" que je vais me sentir "français".
2 - Le discours "régionaliste" existe depuis plus d'un siècle en Bretagne, il est porté par l'udb depuis 50 ans. Il n'a jamais dépassé les 5%.
Les Bretons préfèrent voté fn que udb !!
Le seul qui ait un discours un peu fort, en Bretagne, c'est Troadec, qui est perçu par une partie du mouvement breton (dont l'udb) comme un quasi... dictateur !
Troadec est le seul à faire des résultats électoraux en Bretagne.
Quand un empire décline et s'efondre, le nationalisme renaît, les français vote nationaliste, ils votent fn.
On ne va pas lutter contre le nationalisme français avec un discours régionaliste.
"L'émancipation d'un peuple colonisé, qui a intériorisé le rapport de colonisation, ne peut être que progressive."
Je pense le contraire.
3 - Nous ne sommes pas seulement colonisé, nous somes soumis à une entreprise de GENOCIDE (culturel).
Celui qui a entrepris ce génocide, c'est l'Etat français.
Il faut donc que cet Etat soit conduit devant un tribunal pour ce crime (et pour les autres).
Cela devrait être l'un des buts principaux du mouvement breton en général, et des juristes en particulier ! Ne sont-ils pas spécialistes du droit ??
Pourquoi le mouvement breton a-t-il peur de poursuivre l'Etat français devant un tribunal pour Génocide (culturel) ?
(0) 

Ar Vran Le Mercredi 13 août 2014 13:43
@Alwenn
comme élément de réponse à vos questions, je vous invite à aller faire un tour sur le blog de Louis Mélennec. Il a très bien résumé la situation dans son dernier commentaire (http://louis-melennec.fr/)
(0) 

SPERED DIEUB Le Mercredi 13 août 2014 15:40
Le discours «régionaliste» existe depuis plus d'un siècle en Bretagne, il est porté par l'udb depuis 50 ans. Il n'a jamais dépassé les 5%.
Alwenn je suis désolé pour vous mais ce que vous affirmez est faux ,l'urb première organisation régionaliste ,malgré son boulet aristocratique a eu une certaine influence ,c'est le marquis de l'Estourbillon qui a été un des premiers à s'opposer à la partition de la Bretagne en fustigeant le projet Clémentel ,précurseur du décret Daladier qui annonçait celui de Vichy
C'est surtout le mouvement d' l'abbé Madec ,ADSAO qui a eu un franc succès et une assise populaire entre les deux guerres
voir le lien qui va surprendre plus d'un
(0) 

Alwenn Le Mercredi 13 août 2014 15:59
@ Ar Vran
Le lien aboutit à une page erreur.
Mais j'ai trouvé ça :
"Lettre adressée à M. PLM., qui me questionne sur le point de savoir si une action devant les juridictions internationales est envisageable : le moment est-il venu ?
_______________________________________________________________________UNE INSTANCE DEVANT UNE JURIDICTION INTERNATIONALE EN VUE DE PROCLAMER L'INDEPENDANCE DE LA BRETAGNE ??? ????
Les chances de succès d'une action devant les instances internationales sont, DANS L'ETAT ACTUEL DES CHOSES – je dis : dans l'état actuel des choses - ABSOLUMENT NULLES :
1 – Une telle action suppose des fonds, des cotisations, des avocats, des juristes HONNÊTES (en connaissez-vous seulement deux ?"
Louis Mélennec connaît bien le monde de la justice !!!!
Bon, c'est un peu pareil dans tous les milieux, les syndicats (connaissez-vous ne serait-ce que deux syndicalistes honnêtes ?), etc. Pauvre de nous !
Comment faire triomphé la Vérité et la Justice dans un monde où c'est l'argent et le pouvoir des puissants qui règne ?
Notre problème, à nous Bretons (militants), c'est que nous subissons un terrorisme intellectuel et une idéologie jacobine qui fait de nous les "méchants", alors que nous sommes les "victimes".
1 - La première étape est de vaincre ce terrorisme intellectuel et de faire prendre conscience à tout le monde que les "méchants", ce n'est pas nous, ce sont nos agresseurs, ce sont les jacobins, c'est l'Etat français.
Pourquoi le mouvement breton n'est-il pas encore arrivé à ce premier résultat, qui ne paraît pourtant pas insurmontable ?
2 - La deuxième étape, ...
(0) 

CDH Le Mercredi 13 août 2014 18:16
Puisque Louis Mélennec lui-même reconnaît qu'une action fondée sur les vieux traités est inutile en l'état actuel des choses, il serait intéressant de savoir ce qu'est devenu précisément le recours qui a déposé en 2004 devant le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU (cf.
Ce recours reposait essentiellement sur la violation du principe d'égalité et revenait ainsi à utiliser contre la partition de la Bretagne un des principes fondamentaux du droit français (et international). S'il a été rejeté (ce qui est probable compte-tenu du délai écoulé depuis son dépôt), est-ce pour des raisons de forme (qui pourraient être corrigées) ou pour des raisons de fond? Les Juristes de Bretagne pensent-ils que l'argumentaire développé à l'appui de ce recours est toujours valable?
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons