Les folles d'enfer de la salpêtrière
Agenda de Philippe Argouarch

Publié le 14/04/06 12:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le jeudi 20, le vendredi 21 et le samedi 22 avril à 20h30, à l'espace PASSERELLES, à Brest, 41 rue Charles Berthelot (prés de la place Guérin), sera proposé un spectacle tout à la fois artistique et poignant, joué par des comédiennes professionnelles et par des femmes de divers quartiers et milieux brestois :

LES FOLLES D'ENFER DE LA SALPETRIERE

D'après le livre de Makhi Xenakis (Editeur Actes Sud), et avec ses sculptures. Mise en scène de Geneviève Robin. Réservation au 06 86 71 07 75 (12 euros, tarif reeduit 8 euros)

Depuis le règne de Louis XIV jusqu'à la fin du XIXe siècle, on enfermait à La Salpêtrièrre (aujourd'hui hôpital parisien) les femmes qui ne correspondaient pas aux bons critères de la société : folles, filles-mères, rebelles, etc. Quelquefois, on les mariait de force à des hommes internés, eux, au Kremlin-Bicêtre ; et on expédiait ces couples peupler les colonies. Makhi Xenakis a eu accès aux archives de la Salpêtrière et ressuscite les voix de ces femmes damnées.

(Geneviève Robin est notamment connue à Brest pour avoir mis en scène, plusieurs annèes consécutives, également avec des femmes de la ville, les célèbres Monologues du Vagin de Eve Ensler.)

ABP/MT

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.