Les Etats généraux de la Bretagne à Morlaix : revue de presse

-- Media et Internet --

Chronique de marc Patay Lejean

Publié le 9/03/14 17:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Après les rassemblements des Bonnets rouges à Quimper, puis, à Carhaix, en novembre 2013, ce fut la stupeur dans les médias, y compris bretons, qui ne prirent pas la mesure des évènements et ne comprenaient pas les buts de ce mouvement. Aujourd'hui, les choses se décantent, les médias admettent dans l'ensemble que l'étiquette poujadiste collée sur ces foules "hétéroclites" ne suffit plus à appréhender les choses et que c'est une véritable lame de fond qui se lève depuis le Finistère et s'en va déferler à l'Est, portée par le vague à l'âme des "besogneux", roulant en son sein les petits et gros galets de la réforme.

Car l'on sait, au delà des clichés, combien la Bretagne fut souvent à l'avant-garde du progrès politique ou social ; en 1675, un siècle avant la révolution avec ses cahiers de doléances, à la Révolution avec le Club Breton, sur la régionalisation avec le Célib, lors des luttes ouvrières à Douarnenez ou à Nantes, etc.

Voyons ce qu'en dit aujourd'hui la presse.

Dans le Figaro, article objectif et amène de Nathalie Bougeard publié le 08/03/2014, qui note "Sans nul doute, les États généraux des Bonnets rouges, samedi, ont été un succès."

Le Parisien titre : "Morlaix : les 11 revendications des Bonnets rouges pour la Bretagne", publié le 08.03.2014. Cet article sérieux, présente les 11 revendications détaillées; et précise que depuis novembre "les Bonnets Rouges s'étaient essoufflés, notamment en raison d'opinions divergentes au sein-même du mouvement"

Les Echos titre "Les Bonnets rouges demandent à Hollande de venir entendre en Bretagne leurs revendications", article court du 08/03:2014, de source AFP qui insiste sur la demande d'une Bretagne à 5 départements.

Libération titre "Les Bonnets rouges convoquent Hollande en Bretagne" AFP, 8 Mars 2014. Pour commencer, le journal parle de "mouvement localiste et antifiscal", première critique, car le mot "localiste" est à l'évidence péjoratif, quant à antifiscal, c'est au mieux réducteur. Les Bretons ne sont pas contre la fiscalité, contre les impôts, ils veulent décider de leur propre avenir. Lorsque l'on examine les 11 revendications, portées par les cahiers de doléances, il est clair que le projet des Bonnets rouges est rien moins qu'ambitieux et vise tout bonnement à un changement des institutions, pour la Bretagne; par conséquent pour la France aussi. Le reste de l'article est plus honnête.

Pas encore d'article sur Le Monde en date du 9/3.

Marianne, titre "Bonnets rouges et bonnets d'âne", Hervé Nathan, samedi 8 Février 2014. Passé le titre ambigu, le journal nous informe des clichés qui virevoltent dans les têtes médiatiques parisiennes et nous déroule un florilège de leur mode de pensée endogame.

"Vu de Paris, le mouvement des «Bonnets rouges» est un OVNI politique, économique et social. Les commentateurs médiacrates en sont restés pantois : comment une poignée d'excentrés excentriques pouvaient-ils défier le pouvoir". Très drôle, c'est bien ce que nous supputions, à l'Ouest, au bout de la terre, là bas, loin, tout droit en sortant de Neuilly.

Puis il signale que Mediapart "alerte sur la menace populiste". Mais après la pluie, le beau temps et Marianne nous parle d'un livre "écrit par des auteurs en empathie manifeste avec leur sujet" ; il s'agit de "L'Automne des bonnets rouges, de la colère au renouveau", de Jacques Baguenard, Erwann Charles, Hervé Thouement, éd. Dialogues, 228 p., 19 ¤, préfacé par Emmanuel Todd, où l'on apprend que "Le soufflé ne retombera pas avant, au moins, les élections européennes, où, révélation du livre, une liste «Bonnets rouges» devrait se présenter". Il ne faut donc pas désespérer du Parisien; ce sera long, mais il finira par comprendre … s'il veut bien quitter son catéchisme laïcard, qui obère un peu trop ses facultés d'analyse, et daigne se pencher sur ce livre breton. Quant au "bonnet d'âne" c'était pour attirer le chaland, sans doute ?

Dans Le Point, un article sérieux "Les Bonnets rouges invitent Hollande en Bretagne" qui rend bien compte des évènements. Notre milliardaire breton, un "besogneux" de génie ! nous valait bien cela.

Dans l'Express, "Les Bonnets rouges lancent les Etats-Généraux de Bretagne", compte-rendu honnête qui signale la présence d'experts tels que Jacques Baguenard, professeur de sciences politiques à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), et Romain Pasquier, professeur à Sciences Po Rennes, qui indique "Les Bonnets rouges ont été essentiels sur le retour de la question de la régionalisation et de la décentralisation dans le gouvernement Ayrault", et "Contrairement à ce que beaucoup disent, le mouvement ne s'essouffle pas. Il y a eu l'automne des Bonnets rouges, la trêve des confiseurs, il pourrait y avoir un printemps des Bonnets rouges si Paris continue à être autiste".

Dans le Télégramme du 2 novembre 2013, article "Quimper. La marée était en rouge", on montrait peu d'enthousiasme pour ce rassemblement; "les troupes qui défileront ... cet après-midi, à Quimper, seront en réalité très hétéroclites. Improbable aréopage d'organisations patronales, professionnelles et syndicales, d'associations culturelles, d'élus et courants politiques de droite, du centre droit, de gauche et d'extrême gauche."; on appelle aussi cela un peuple !. Puis le Télégramme insiste essentiellement sur les violences qui se déroulent en marge de ce rassemblement historique, qui était, en réalité, émouvant et bon enfant. Mais depuis, après avoir traîné les pieds, le ton a changé au Télégramme, qui a finalement réussi à trouver des places dans le dernier wagon de la Bretagne en marche !

Pour sa part, Ouest-France indique dans l'article "Bonnets rouges. Leurs revendications mettent la barre très haut" que "Les Bonnets rouges ont présenté, samedi, des revendications qui mettent la barre très haut en terme de régionalisme dans un pays aussi jacobin que la France" et "pour le reste, la plateforme revendicative des Bonnets rouges, déclinée en onze propositions, implique de profondes réformes constitutionnelles et économiques". Le journal qui nous a proposé récemment, entre autres scénarii, une France découpée en 4 régions, à laquelle même Ubu n'aurait pas songé, semble réaliser, comme le Télégramme, que le coup de vent "Troadec" vaut bien les tempêtes Andréa ou Pétra, ces phénomènes météo pour lesquels ils ont une dilection !.

On notera donc quelques coups de griffes, mais, pour l'instant, aucun article de fond analysant les revendications bretonnes qui posent tout simplement les jalons d'une nouvelle république.

Jean Marc Ayrault sera-t-il l'homme de la situation pour entendre les revendications des Bretons ? Peu probable, car si le premier ministre a beaucoup de qualités, bien que nous, Bretons, lui tenions extrême rigueur au sujet de son opposition à la réunification, il lui manque une qualité essentielle en ces temps mouvementés, l'imagination.

Des sondages prétendent que Manuel Valls est le préféré des Français pour le poste de premier ministre. On peut en douter et craindre la manipulation. Cet homme, jacobin naturel, inspiré par George Mandel et Clemenceau, ne risque pas de prendre la mesure des événements et des profonds changements nécessaires pour réformer la France. En cas de changement d'équipe gouvernementale, Jean-Yves Le Drian serait, actuellement, sans doute le mieux à même de réaliser ces changements institutionnels.


0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3725 lectures.
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 14 commentaires
Ar hole brizh
Lundi 24 janvier 2022
Bonne revue de presse. Concernant Mediapart, il y a un article tres recent (2jours) de Francoise Morvan, il est tres hargneux et plus passionne que d'habitude, au point qu'il est vraiment, vraiment imbuvable, "patrons licenseurs", "independentistes nazillions", meme le journaliste de Mediapart pour introduire ce recit de haine ne semble pas trop convaincu "selon elle" se croit-il oblige de dire. C'est la la force des Bonnets rouges, ils ne respondent pas aux criteres des partis ou mouvements traditionnels et cela en agace plus d'un, au point de se laisser dire n'importe quoi.
Pour reprendre l'une des idees de l'article ci-dessus, il est vrai que les media " ne prirent pas la mesure des évènements et ne comprenaient pas les buts de ce mouvement". C'etait flagrant avec l'emission C dans l'air de Yves Calvi sur les BR, a aucun moment il n'avait ete question d'identite bretonne, ni de volonte de decentralisation, mais seulement de portiques et de fiscalite.
Aussi, cette idee de manipulation de l'Histoire repetee par Francoise dans Mediapart est interessante, les BR n'y voient qu'une valeur symbolique sur des situations similaires a des epoques differentes, cela s'arrete la. Francoise et quelques universitaires bretons ont-ils vu une reecriture de l'Histoire, des colloques negationistes organises par les BR? Non, d'ailleurs les BR s'en foutent, le symbole, l'attribu est pertinent, ha mat pell zo. Cette masturbation intello-desesperee est vraiment ridicule.
(0) 
PIERRE CAMARET
Lundi 24 janvier 2022
Je recois FRANCE 2 en Australie . AUCUNE MENTION de ces Etats Generaux
(0) 
PIERRE CAMARET
Lundi 24 janvier 2022
Bonnets Rouges .Cela sera peut etre leur force ,d'avoir une strategie , des approches completement differentes ,de ce que nous connaissons habituellement .
Interessant : le calme des vieilles troupes .
Une suggestion : que les BR editent un petit livret , une centaine de pages au grand maximum , resumant leurs combats , sur les differents points critiques .
(0) 
Marcel Texier
Lundi 24 janvier 2022
Curieux que personne ne fasse de rapprochement avec l'Ukraine dont l'histoire ressemble beaucoup à celle de la Bretagne ! En marge de "l'empire" français, comme l'Ukraine était en marge de l'empire des tsars, proche de la Russie par sa culture et ses traditions, comme la Bretagne est proche de la France, tout en étant nettement distincte, elle a été soumise à une russification à outrance, comme la Bretagne a été et est encore soumise à une francisation à outrance, ses tentatives pour affirmer son identité et son indépendance ont été, comme elles l'ont été en Bretagne, réprimées avec férocité. L'indépendance de l'Ukraine ne tient que grâce à l'environnement international, comme l'indépendance de la Bretagne n'interviendra que lorsque l'environnement international le permettra. Demain ? Sûrement pas: le degré de conscience historique des Bonnets Rouges ne semble pas assez élevé. Après-demain, à coup sûr !
(0) 
ardouin maryvonne
Lundi 24 janvier 2022
voici un article dans la croix
(voir le site)
Par contre j'ai lu les doléances transports : dans l'optique d'une Bretagne à 5 départements,il n'y aurait eu aucune proposition d'un plan transport global ambitieux incluant une réflexion sur l'utilité de l'aéroport de Notre Dame des Landes ? cela me surprend beaucoup, vu le coùt qu'aurait ce projet pour la collectivité et le déséquilibre qu'il créerait sur le territoire de la Bretagne à 5 départements.
Pour l'aérien la seule proposition concrète est un vol low cost au départ de Brest,c'est très limité et peu fiable sur le long terme, vu la volatilité du low cost .
Bravo à eux pour le travail de synthése sur les propositions.
(0) 
PIERRE CAMARET
Lundi 24 janvier 2022
Ma Grande peur après ces Etats Generaux : AUCUNE REACTION DU GOUVERNEMENT FRANCAIS . Il va simplement ignorer la demarche ... il va continuer avec sa demarche a lui : Pacte d'Avenir ( tu parles )tacher de destabiliser les BR , en suscitant a l 'interieur quelques revoltes , quelques desertions.
Les BR ne sont pas relayes en Bretagne par le CR , pas relayes a l'Assemblee Nationale , par un Groupe d'Elus Bretons .????????
Wait and See . Peut etre qu'ils ont egalement prevu cela ?????
La FRance est un pays curieux , pour se faire entendre , il faut tout casser ?????? .Dialogue honnete , les francais ne connaissent pas >
(0) 
Klaod an Duigou
Lundi 24 janvier 2022
Les commentaires sur les forums des media français sont particulièrement odieux.
(0) 
PIERRE CAMARET
Lundi 24 janvier 2022
Ardouin Maryvonne . Il ne faut pas etre plus royaliste que le Roi .C'est une premiere serie de propositions , QUI DOIT S'AMELIORER AVEC LE TEMPS .
Ce qui me preoccupe : Les Groupes de Pression Bretons ????pour commencer les negociations ?????
Attention aux coups tordus !!!! nos adversaires sont experts en la matiere
(0) 
PIERRE CAMARET
Lundi 24 janvier 2022
Klaod an Duigou . Les commentaires !!! que voulez vous , nous les Bretons , on ne veut plus etre "PLOUCS",on ne veut plus faire parti du paysage habituel , on veut plus de dignite a cause de differents facteurs , dont notre passé historique ........ alors cela etonne , nos "chers"compatriotes parisiens ?? qui etaient habitués a plus de docilite , dans les terres de l'Ouest .
Mais attention le chantier est immense et non facile et nous devons nous sentir tous mobilises.
(0) 
Katell Goant
Lundi 24 janvier 2022
Ce qui semblerait intéressant , ce serait de faire un parallèle avec ce qui s'est passé en Catalogne. C'est l'initiative d'un mouvement populaire , relayé par les partis politiques catalans , qui a fait bouger les lignes. Malheureusement , pour l'heure , en Bretagne , le vote breton reste confidentiel, et nous allons pouvoir le constater aux prochaines municipales. Pourquoi les partis politiques bretons ne sont-ils pas plus visibles? Pourquoi les gens concernés par les Bonnets Rouges n'adhèrent-ils pas en masse dans les partis qui veulent défendre la Bretagne? La politique est nécessaire et noble , quand elle est bien menée par des femmes (peu nombreuses!) et des hommes de bonne foi , qui ont à coeur de défendre notre beau pays. Kenavo.
(0) 
Alan
Lundi 24 janvier 2022
Oui, ce fut un beau jour samedi à Morlaix comme ce le fut à Karez! D'abord un grand merci au collectif pour son travail de tri, de collectage et pour les 11 propositions! Nous avançons tous ensemble. Venu du pays de Lorient je vis à Sant Nazer depuis 3 ans et j'ai comme l'impression d'être émigré dans mon pays tellement le pouvoir en 44 a fait pour laminer la conscience Bretonne ici. Oui, mais il y a les Bonnets Rouges de Sant Nazer, ceux de Gwenrann, des Vignobles, de Naoned et d'ailleurs en 44. Le pays se lève! Nous serons tous à Naoned disadorn 19 a viz ebrel pour la réunification. Marin du commerce, je sens que nous sommes plein vent arrière, toutes les bonnettes (ruz, gwen ha du) sont hissées! Il faut continuer à communiquer. Les médias nous veulent et nous aiment"casseurs" alors que nous sommes des bâtisseurs de notre destin; l'article de OF dimanche était relativement bien fait car nous avons bien communiqué. Continuons! Et un trugarez bras à Corinne, Christian et Thierry! War raok!
Bevet Breizh!
(0) 
Michel Danveau
Lundi 24 janvier 2022
Un vent nouveau, incroyable voici quelques années, souffle enfin aujourd'hui et nous redonne espoir !
(0) 
PIERRE CAMARET
Lundi 24 janvier 2022
C'est vrai , l'espoir fait vivre .... alors vivons .
(0) 
Lanig
Lundi 24 janvier 2022
@ Katell Goant
Je ne crois pas que le vote breton soit confidentiel: il y aura des militants dans presque toutes les municipalités; il y aura plus de maires et conseillers, que jamais, militants cachés ou déclarés. L'idée bretonne avance très fort, surtout chez les jeunes (18% pour l'indépendance). C'est la première fois qu'un mouvement puissant et populaire se lève (Bonnets Rouges).
Pour réussir en politique , il faut s'investir sur le terrain, travailler le terrain, s'investir en économie , taire ses convictions, et se dévoiler seulement quand on a l'estime des gens. D'autre part , si l'on veut faire passer une liste, il faut absolument passer se présenter dans tous les foyers, au moins dans les petites et moyennes communes.
Sevel 'ra an avel , a zaio da gorventenn un deiz bennak!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.