Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Photo paysan-breton.fr
Photo paysan-breton.fr
- Dépêche -
Les éleveurs de porcs bretons rebondissent
Le malheur des uns fait le bonheur des autres nous dit l'adage. C'est le cas des éleveurs de porcs bretons, qui, il y a quelques années produisaient à perte. L'animal vivant se vend, selon les cours de Plérin, 1,68 euro le kilo
Philippe Argouarch pour ABP le 31/10/19 17:25

Le malheur des uns fait le bonheur des autres nous dit l'adage. C'est le cas des éleveurs de porcs bretons, qui, il y a quelques années produisaient à perte. L'animal vivant se vend, selon les cours de Plérin, 1,68 euro le kilo, contre 1,40 euro en janvier dernier (source Du Guerny dans Les Échos). Le cours est à 1,684 euro le kg aujourd'hui. La raison de cette remontée ? La fièvre porcine qui décime les élevages en Chine et dieu sait si le marché du porc est énorme en Chine. Ça tombe bien car la Bretagne des 5 départements produit environ 18 millions de porcs par an.

C'est le maximum que peut produire la Bretagne car produire plus de porcs pourrait avoir de graves conséquences sur la qualité de l'eau, de l'air et de la terre. Agrandir les élevages pourrait nuire non seulement à la santé des habitants mais aussi à d'autres industries comme le tourisme. Plusieurs extensions d'élevages vers plus de 15 000 porcs par an ont été stoppées par les riverains récemment.

Rien n'est toutefois gagné

La consommation de porc a diminué en France et presque partout en Europe. Les exportations vers la Russie sont toujours interdites. La fièvre porcine est déjà arrivée en Europe et il n'y a toujours pas de vaccin. L'arrivée de la fièvre porcine en Bretagne serait un désastre sans nom.

Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 1 commentaires
Rafig Le Vendredi 1 novembre 2019 17:25
Désolé mais si vous voulez faire un geste pour le climat et le respect des animaux ... il ne faudrait plus manger des bêtes. 5 millions de porc dans 1 ou 2 départements bretons pour faire du jambon de paris !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons