Les dates essentielles de la partition de la Bretagne

-- Histoire de Bretagne --

Dépêche
Par Philippe Argouarch

Publié le 17/02/20 9:57 -- mis à jour le 16/07/20 11:42

La chronologie de l'établissement des régions et de leurs limites est parfois source de confusion car elle se fait discrètement par arrêtés et décrets sans aucun débat à la Chambre des députés et sans aucune consultation des citoyens concernés.

  • 4 août 1789 : dissolution des Etats de Bretagne et de la Province de Bretagne -

  • 22 décembre 1789 : Partition du duché en 5 départements.

  • 1859 : création de l'Archevêché de Rennes, constitué de 4 départements issus de l'ancienne province de Bretagne. La Loire-Inférieure n'est pas incluse.

  • Trois arrêtés ministériels du 5 et 12 avril 1919 créèrent dix-sept régions économiques formées par le regroupement des Chambres de commerce et d’industrie. La Loire-Atlantique et le Morbihan font partie d’une région autour de la Loire.

  • Décret du 28 septembre 1938 : Création et organisation de Régions économiques. Le découpage retenu correspond trait pour trait et nom pour nom aux régions que nous connaissons aujourd'hui ou avons connu récemment avant certaines fusions. Apparition du nom «Pays-de-la-Loire» . Voir les sources.

  • 30 juin 1941. Vichy crée les super préfectures, le 44 est détaché de la Bretagne et dépend de la super-préfecture d'Angers bien qu’un retour aux régions traditionnelles est prévu après la guerre.

  • Ordonnance n°45-2487 du 24 octobre 1945. De Gaulle crée des Commissaires de régions. Il reprend les régions créées sous Vichy et remplace les super préfets par des commissaires de la République. Il y a 18 régions. Les sources

  • Décret du 22 mars 1946. Fin du gouvernement provisoire. Les commissaires de la République sont supprimés. Il n'y a plus de régions.

  • Le décret du 30 juin 1955 relance l'idée de régions économiques. Les sources

  • Un arrêté ministériel du 13 juillet 1956 du gouvernement de Guy Mollet définit une région Bretagne à quatre départements seulement. Les sources

  • Un arrêté ministériel du 28 novembre 1956 reprend le terme «Pays-de-la-Loire» pour désigner la région comprenant le 44, le 85, le 49,le 72 et le 53.

  • Parution au JO le 6 décembre 1956 . Création des 22 régions économiques. Les sources

  • Echec du référendum d'avril 1969 proposant une régionalisation (et la suppression du sénat). La Bretagne proposée n'avait toujours que 4 départements.

  • La loi du 5 juillet 1972 fait de la région un établissement public. Les préfets des 22 départements «chef-lieux» deviennent présidents des 22 Régions.

  • Le 4 octobre 1977,le président Giscard d'Estaing signe la Charte culturelle bretonne. La charte concerne les 5 départements bretons ce qui fait que le 44 finance toujours des agences comme Ofis ar brezhoneg

  • La loi Defferre du 2 mars 1982 consolide et confirme la partition de la Bretagne. Les régions deviennent des collectivités territoriales.

  • La révision constitutionnelle du 28 mars 2003, inscrit les régions administratives au rang de collectivité reconnue par la Constitution.

  • Promulguée le 7 août 2015 sous le gouvernement Hollande, la loi portant sur le nouveau découpage territorial de la République ne réunifie pas la Bretagne.

  • Le 17 décembre 2018, les élus, majoritairement PS du Conseil Général de la Loire-Atlantique votent contre l'utilisation du droit d'option qui autorise de revoir les limites des régions.

  • Le 25 juin 2019, une pétition pour l'organisation d'un référendum sur la réunification de la Bretagne rassemblant 105 000 signatures est remise à l'Assemblée nationale.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1023 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

GENTRIC CLET
Lundi 17 février 2020

Merci pour cet historique, nous avons toujours besoin de repères et de références ça évite de laisser dire n'importe quoi.

Naon-e-dad
Lundi 17 février 2020

A l'époque où le Général était au pouvoir, l'on parlait non pas de "Région", mais de "Circonscription d'action régionale".

Le terme est moins ambitieux certes, mais il rend mieux compte au fond de la mentalité administrative (et jacobine) de la techno-structure...

Je ne me souviens plus trop précisément quand le terme "Région" - graduellement, je pense dans le début des 70's - s'est invité et substitué dans le discours médiatique. Quelqu'un aurait-il cette mémoire, qui n'est pas anodine?

Un amzer a oa ha ne veze ket eus ar ger "Rannvro" e langach ar bolitikourien.

P. Argouarch
Mardi 18 février 2020

@Le Sage : merci de vos compléments, je les ai intégrés

jakez Lheritier
Mardi 18 février 2020

Le référendum de 1969 sur la création des régions bidons, PDL,Bretagne croupion et la réforme du sénat, a été repoussé,mais appliqué quand même sur les "nouvelle régions"..

Encore une preuve, que les résultats,d'un référendum ou d'une consultation, sont bafoués par les gouvernements français.

Anne Merrien
Mardi 18 février 2020

Pour rendre moins déprimant cet inventaire, peut-être y ajouter la charte culturelle de 1977 qui concerne les cinq départements bretons (ce qui explique que le 44 finance l'office de la langue bretonne). Signaler aussi que l'administration judiciaire et notariale se maintient sur toute la Bretagne.

Anne Merrien
Mardi 18 février 2020

Le pays de Galles avait aussi été confronté à ce type de contentieux territorial, or la réunification avait eu lieu dans les années 70. Le Monmouthshire avait même été réintégré sous son nom historique de comté de Gwent.

Comment expliquer qu'en Bretagne rien ne bouge jamais? Les institutions britanniques seraient-elles plus démocratiques? La classe politique galloise de plus grande valeur? Ou les Gallois moins acculturés?

Herri Gourmelen
Mardi 18 février 2020

Quelle est la date de parution de la carte économique en tête d'article. L'Argolien que je suis est intéressé par la façon dont la Presqu'île est divisée.

Jacques
Vendredi 21 février 2020

Initiative utile.

On a trop longtemps présenté officiellement le découpage de la Bretagne comme un acte de Vichy...

En vérité chacun connait la réalité mais ne l'assume pas :

Faire disparaître la Bretagne de l'histoire, de la géographie, de la conscience, est à 100% une ambition de l'oligarchie franque/française, reprise par la bourgeoisie (riches des villes) lors de la Révolution de 1789... Et cette oligarchie n'a jamais été aussi présente qu'aujourd'hui et les Bretons votent pour elle... Vichy n'a rien fait qui n'était déjà au programme... Vichy n'est qu'un arbre cachant une forêt dont il était membre à part entière (un arbre bien utile à tous)...

Le problème pour les Bretons, c'est que le mot ''République'' leur a été enseigné comme un synonyme de ''démocratie'' et de ''volonté du peuple''... et comme tout le monde souhaite la démocratie et la volonté du peuple on se doit d'aimer la République!

D'où un conflit dans les esprits bretons : Comment peut-on défendre la Bretagne au nom de la démocratie et s'opposer à la République?

Du fait, le Breton défend sa Bretagne sans oser mettre en question la source de la problématique...!

Soit un entre-deux qui ne mène à rien!

Clet Gentric
Dimanche 23 février 2020

Pour Henri Gourmelen, je pense que cette carte a été réalisée entre 1930 et 1940, peut-être même 1930. Le copyright semble être 1930. un article intéressant ici : (voir le site)

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.