Les contradictions de Macron sur le centralisme français

-- Politique --

Dépêche
Par Philippe Argouarch

Publié le 9/12/16 17:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Il y a seulement trois jours, le candidat à la présidence de la République, Emmanuel Macron, déclarait lors de sa visite à New-York devant une assemblée d'étudiants ce qui bloque la France, c'est sa tradition jacobine, on attend trop du pouvoir politique, on est tous co-responsables ...

On pouvait alors espérer un développement favorable à une vraie réforme régionale lors de sa venue à Rennes deux jours plus tard pour y rencontrer le MEDEF, mais c'est le contraire qui s'est produit quand un journaliste du Télégramme, Philippe Créhange, lui demande Si vous êtes élu président de la République, comptez-vous revenir sur la réforme territoriale ?

Alors que l'on sait que le Conseil de l'Europe a condamné la France pour avoir mené une réforme régionale sans consulter les populations concernées (voir notre article), on est plutôt surpris de la réponse du candidat : Il ne faut pas passer son temps à défaire ce qui a été fait. La Région Bretagne intensifie chaque jour ses coopérations avec la Loire-Atlantique. C'est cela qui est important. C'est par le travail en commun que l'on fait avancer les territoires et non pas par l'instabilité législative permanente. (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2155 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

spered dieub
Samedi 10 décembre 2016

Dans le genre jacobin ,ce n'est pas le pire .Dans ces temps tourmentés il me semble être encore un démocrate .

Je constate qu'il a de moins en moins de commentateurs sur ABP .

Paul Chérel
Samedi 10 décembre 2016

Belle preuve qu'arrivés au pouvoir, les grands élus ne savent plus ce qu'ils disent. Ce jacobin en est encore à parler de "territoires" alors que nous, nous lui parlons de "peuples" ayant culture, langue et coutumes et n'avons rien à faire de ses découpages administratifs et ridicules. Paul Chérel

Luigi Barsagli
Samedi 10 décembre 2016

"Il ne faut pas passer son temps à défaire ce qui a été fait."

Oui on en doute pas, pressé de défaire la Bretagne ou les droits des salariés. Pas pressé de défaire la Région des Pays-de-la-Loire ou les banques d'affaires.

Yann Kerne
Samedi 10 décembre 2016

Je suis d'accord avec Spered Dieub, il y a de moins en moins de commentaires sur ABP.

Pour quelles raisons?

Est-ce que ce ne serait pas du au fait qu'après quelques années relativement intenses en évènements (écotaxe , bonnets rouges) et en espoirs (réunification de la Bretagne), les bretons sont un peu désabusés.

Ecotaxe = victoire, Réunification = échec, Emergence d'un contrepoids breton aux régionales = échec.

Ou alors une autre hypothèse!! On voit trop clairement les partis pris droitiers de la rédaction

Luigi Barsagli
Samedi 10 décembre 2016

"On voit trop clairement les partis pris droitiers de la rédaction"

Je pourrais formuler des critiques sur la Rédaction (avec risque de ne pas être publié), mais sur ce point je pense que vous faites absolument fausse route. D'ailleurs une Rédaction droitière n'aurait pas publié mon précédent message sur cet article. Cet article d'ailleurs montre plutôt une sorte de déception par rapport à un espoir. Ce n'est en aucun cas un article d'une personne anti-Macron. Je me souviens également d'articles sur ce site vantant (à mon avis à mauvais escient) les cars Macron .

Didier Lebars
Samedi 10 décembre 2016

Il faut apprendre a distinguer les convictions d'un individu, les discours et puis ensuite les actes. Macron est un ambitieux intelligent. Il a joué au théatre, il joue une pièce de plus. S'il veut se faire élire il a plutot interet a viser les lecteurs de Ouest France et ne pas se mettre mal avec tout le reste de la France. Tout ça n'a aucun interet.

En 2017, par definition c'est le centralisme qui sera élu. Le problème n'est pas là. Je pense que ce truc centralisé va dans le mur et ça n'a rien a voir avec la Bretagne, c'est dans toute la France que les manettes ne répondent plus.

Personnellement je trouve que les articles ABP vont de plus en plus a gauche. Par contre les commentaires de moins en moins nombreux sont plutot à droite, surtout ceux qui apportent de l'information.

Jacques
Samedi 10 décembre 2016

Macron qui utilise le mot "jacobin"....?

Mince alors, si l'on en croit un article publié il y a peu, l'emploi de ce mot serait la marque de l'archaïsme intellectuel typique du breton....

Alors Breton, Macron?

Personnellement, je pencherai pour un milieu breton en perdition car faisant le constat que le Socialisme est l'erreur de leur vie et qui par manque de courage font le choix du refus de la réalité!

"les partis pris droitiers de la rédaction"...

Faut-vraiment être très à gauche ou très perturbé par sa déception du Socialisme pour voir dans la ligne éditorial d'ABP un "parti pris droitier" (qui de plus serait néfaste au nom d'un simple principe venu d'où on ne sait où...)!

Cela devient vraiment visible que le Mouvement Breton (au niveau de sa globalité) est lessivé et n'a rien à proposer aux citoyens....! Ce serait pathétique si ce n'était pas catastrophique!

Le Mouvement Breton de concert avec la République pour offrir aux Bretons : Macron, Walls, Fillon ou Marine.... un bien joli bouquet!

Et à ce rythme, c'est bien le FN qui risque de gagner dans le vieux pays de nos Pères!

Jo Pevedic
Lundi 12 décembre 2016

Macron, et le couplet de la deuxième gauche, vaste plaisanterie ! D'une part la pensée jacobine ne recouvre pas uniquement le monisme républicain national et donc son opposition aux identités particulières, c'est aussi faire prévaloir la loi sur le contrat, etc. etc. C'est ça que dénonce Macron à mon avis. D'autre part la question régionale, les identités, Rennes,… tout ça ne présente aucun intérêt pour lui : Rennes est un confetti sur la carte du monde. Et puis soutenu par qui sur ces questions … R. Ferrand ? Deux styles d'opportunisme, l'un franc direct décoiffant spectaculaire (Macron) ; l'autre docile, mielleux, servile… (Ferrand) à l'image de ce que sont nos figures politiques bretonnes depuis toujours.

De moins en moins de commentaires !

Parce que ABP qui parle tant de démocratie, de centralisme insupportable… n'apprécie pas tant que ça la contradiction finalement et sélectionne ses commentaires. Ils vont tous dans le même sens, une sorte de nationalisme libéral-conservateur breton. Du "Fillon breton" en quelque sorte : très libéral concernant l'économie, voire libertarien (Le Mat) et très conservateur concernant les moeurs, l'identité, l'histoire, etc. A cela évidemment rien à redire, la ligne éditoriale est ce qu'elle est — quand on ouvre le Figaro on ne s'attend pas à lire L'Humanité — mais pas étonnant que d'anciens lecteurs se détournent d'ABP.

Didier Lebars
Mardi 13 décembre 2016

Petit reflexion sur le filtre des commentaires.

Sur ABP pour etre publié, on doit commencer à penser ce que va penser l'auteur. Tout cela commence aussi au prétexte des multiples lois et menaces de tribunal en France. Il y a aussi la résultante, ce climat moralisant omniprésent dans les discours entre voisins, les médias, les gens entre eux ...

in fine sur ABP on constate l'effet (classement Alexa) imparable d'un tel prototype, a fortiori dans un systeme concurrentiel total comme le web avec la possibilité de se domicilier sous des lieux plus cléments et sans aucune barrière douanière. Certains pays logiquement mettent des filtres d'accès pour la population.

Des medias français ont bien compris la menace, ils doivent maintenant recruter à prix d'or des provocateurs indépendants, avec des rémunérations qui couvriront les amendes, de temps en temps le patron viendra s'excuser à titre gratuit sur un dérapage.

Jacques
Mardi 13 décembre 2016

Le Mat un libertarien?

C'est qu'en même lui qui vantait sur son dernier article les acquits du Socialisme en Bretagne et qui a censuré un commentaire qui lui disait que les Bretons n'avaient pas attendu le Socialisme pour être solidaire et socialement avancé! (Ce qu'il sait très bien, il est historien, mais cela va à l'opposé de l'idéologie du prétendu progrès social du Socialiste).

Le "nationalisme libéral-conservateur breton", le voilà le vrai problème de toute une génération de militants bretons!

C'est tout à fait exact :

Dans la très chrétienne Bretagne, il fallait tuer la religion (tant païenne qui subsistait que Chrétienne symbole d'occident),

Dans la très commerçante et très entreprenante Bretagne, il fallait tuer la liberté individuelle d'entreprendre au nom d'un monde régulé par l’État!

Dans la très Bretonne Bretagne, il fallait tuer la nation historique au profit d'une identité mondialiste qui apporterait la paix universelle (rêve similaire à l'idéologie jacobine)!

Le Mouvement Breton rêvait de Che Guévara, Mao et Mitterrand, quand les Danois et Hollandais (possédant une structure culturelle similaire à la Bretagne) avaient déjà compris depuis la fin du 19ème siècle que le Socialisme était une erreur fondamentale!

Le problème d'ABP est plus que ce Média a du mal à se placer entre la tendance du Mouvement Breton Socialisant (en fin de vie) et le besoin de tourner la page à cette période sans se couper des anciens tout en se préservant des nouveaux qui parfois vont un peu trop dans l’excès par la nécessité de réagir.

De plus, ABP tourne autour d'un groupe de rédacteurs qui au fils des années n'apportent plus d'axes de réflexions nouveaux, surtout face à l'évolution de la société (en interne Bretagne et sur le plan international) et face au besoin criant de rénover le mouvement breton pour le remettre à niveau des mouvements similaires en Europe (le mouvement breton actuel étant le seul à n'obtenir strictement aucun résultat démocratique).

Yann Kerne
Mardi 13 décembre 2016

Oui je suis en phase avec Jo Pevedic. Je me suis sans doute mal exprimé dans mon premier commentaire!

Le dernier paragraphe résume bien ce que j'ai senti depuis des mois et des années que je lis ABP. Je dirais même que cet aspect s'accentue depuis plusieurs mois. La rédaction publie des prises de position qui montre son côté libéral d'un point de vue économique et son soutien aux hommes politiques de droite en Bretagne (surtout Le Fur).

Paul Chérel
Mercredi 14 décembre 2016

Je seras assez d’accord avec l’analyse de Jacques si ce n’est la définition à rallonge du VRAI problème de “toute une génération de militants bretons”

Le Vrai problème n’est pas celui-là ; c’est que le MOUVEMENT d’abord n’existe pas ou plutôt ,c’est un ensemble de petites agitations dans tous les sens et, prenant (Ô horreur) exemple sur la France, ses représentants, ses prises de position idéologiques, et surtout ses méconnaissances du monde qui évolue.

ABP; contrairement à ce que dit Jacques, n’a pas à se situer entre ces tendances héritées du voisin datant d’un autre siècle.

C’est un moyen d’nformation et, de plus, de nécessaire désinformation pa rapport à l’ensemble des media éctits et audiovisuels qui sont d’une pauvreté inégalable.

Contrairement au dernier paragraphe, ABP n’a pas pour mission de devenir un mouvement politique DE PLUS.

C’est aux Bretons de faire le ménage, s’ils le veulent bien et s’ils sont capables de faire cette réflexion. Ils ne le seront que le jour où on leur aura ouvert les yeux. Paul Chérel

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.