Les Bretons ont inventé la thalassothérapie
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 20/06/15 12:42 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une des premières régions du monde pour le nombre de variétés d'algues marines et l'étendue de ses champs de laminaires et de varech, la Bretagne est connue pour son eau de mer iodée et tonique. Elle a ouvert le premier centre de thalassothérapie au monde à Roscoff en 1889. Depuis, elle est devenue un centre mondial de ce genre de soins avec des fleurons comme Carnac,Dinard, Roscoff, Quiberon, La Baule, Saint-Malo, Perros-Guirec, Bénodet, Douarnenez, Arzon, Belle-Ile, Le Pornichet ou Pornic.

L'offre s'oriente de plus en plus vers une clientèle aisée capable de dépenser des sommes conséquentes pour la santé et le bien-être. Ce sont plusieurs milliers d'emplois en Bretagne, une composante importante en plein développement de l'hôtellerie bretonne de qualité qui s'inscrit dans le développement du tourisme breton, une industrie en passe de dépasser l'agro-business. Le plus des hôtels thalasso, c'est qu'ils fonctionnent toute l'année, à la différence des autres établissement touristiques. Les emplois dans ces hôtels ne sont pas des emplois saisonniers--on y vient aussi bien en hiver qu'en été.

Nous avons visité un de ces fleurons bretons, le Carnac et Spa Thalasso resort . Une station qui offre soins, sport, ateliers, diététique, des activités saines pour tous y compris les familles, dans un cadre magnifique et respectueux de l'environnement au milieu des anciennes salines de Carnac (24 ha). En pleine rénovation vers le haut de gamme, la thalasso de Carnac peut servir 380 repas dans trois restaurants dont un diététique et offre 264 chambres et hébergements. Le centre développe aussi l'accueil de séminaires d'affaires avec salles de réunions et connectivité pour 240 personnes, ce qui représente déjà 8% du chiffre d'affaires.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.