Les Bonnets rouges ont fortement contribué au report sine die de l'écotaxe annoncé aujourd'hui par Ségolène Royal

-- Economie --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 9/10/14 13:40 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ce jeudi 9 octobre, Ségolène Royal, ministre de l'Environnement et de l'Équipement, vient d'annoncer aux transporteurs routiers qui menaçaient de bloquer les routes que la perception de péages sur le réseau routier principal est reportée sine die. Il faudra vérifier que cela ne réapparaisse pas sous une autre forme comme une taxation « en pied de facture ».

C'est en Bretagne, et nulle part ailleurs, que la révolte contre l'écotaxe des professions impactées a commencé et, cela, dès le 4 février 2009, à une époque où la totalité de la classe politique française s'auto-congratulait pour avoir rétabli les péages et les octrois abolis depuis la Révolution pour le réseau routier général. Sous la neige, un millier de personnes s'étaient réunies à la frontière Est de la Bretagne pour protester contre le vote récent de la redevance (automne 2008). Il y avait les agriculteurs de Bretagne, les transporteurs routiers et des artisans et même, Christian Troadec ! (voir notre article).

Ces Bretons solidaires et organisés ont donc mené une bataille victorieuse contre l'injustice économique qui condamnait leur région à la mort lente. Il est vrai qu'il a fallu le puissant coup de gong donné par les batailles rangées de Pont-de-Buis, au mois d'octobre 2013 (voir notre article), dont la dernière eut pour signe de ralliement le bonnet rouge, rappelant une vieille bagarre contre l'État pour des motifs voisins, en 1675.

Les dirigeants écologistes parisiens se sont déclarés consternés et, il ne fait guère de doute que l'écologie politique, telle qu'actuellement défendue par Europe-Ecologue-Les Verts, a subi une forte désaffection, même et surtout en Bretagne, comme l'on montré les résultats de dernières élections municipales, sauf, dans les métropoles.

L'Histoire retiendra l'insigne maladresse des gouvernants qui, non contents de confier des contrats en or massif à Ecomouv', ont validé l'idée de construire des portiques de détection gigantesques, comme autant de bastilles à prendre. Ils sont punis par où ils ont péché : l'esprit de grandeur. Non seulement, le principe était mauvais, mais, l'application digne d'un État qui peine à trouver des principes d'économie sérieux.

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1967 lectures.
mailbox imprimer