Les biens communs : utopie ou nouvelle voie ?

-- Société --

Agenda de La liberté de l'esprit
Porte-parole: René Bantegnie

Publié le 13/10/20 14:16 -- mis à jour le 13/10/20 14:16
51073_1.jpg
Nicole Alix

Conférence-débat avec Nicole Alix

Dans l’amphi de l’hôtel Mercure, face à la gare de Quimper (Finistère)

Entrée : 8 €, adhérent·e·s 5 €, gratuit pour étudiant·e·s et demandeuses·eurs d’emploi

Nicole ALIX est présidente de La Coop des Communs, pour contribuer à la construction d’un écosystème favorable à l’éclosion de communs co-construits avec l’ESS. Elle est engagée depuis 40 ans dans l’économie sociale, 15 ans au Crédit Coopératif dont elle a été la directrice du développement et 25 ans dans le monde associatif de l’action sociale et la santé (DGA de l’UNIOPSS, créatrice du “Comité de la Charte pour le don en confiance », DG du groupe de Maisons de retraite Isatis). Elle est co-auteur de Vers une République des biens communs (Ed . Les liens qui libèrent. 2019)

Le retour des communs en économie politique revient à Elinor Ostrom, prix Nobel de l’économie en 2009. Depuis, la voie d’une économie et d’une écologie plus coopératives que compétitives reste une alternative stimulante pour gérer ces biens -et notre avenir- en commun.Retour ligne automatiqueRetour ligne automatique

Parmi les questions posées par les (biens) communs !

- Appropriation ou bien partage des ressources naturelles ou numériques ?

- Marchandisation du savoir, des innovations, des brevets (agriculture, santé...) ou bien investissements et valorisations en commun ?

- Quels sont les biens communs à protéger en priorité ? Le sol, l’eau, le climat ? La santé ? Les connaissances ?

Des jardins partagés aux logiciels libres, des encyclopédies en ligne aux recycleries installées dans les quartiers des villes ou dans les campagnes, les « communs » semblent essaimer partout. Mais pourquoi ce succès ? Et comment expliquer cet essor ?

L’ouvrage, Vers une république des biens communs , montre comment nous sommes entrés dans une phase nouvelle, celle de l’enracinement des communs dans la société, de leur extension à des domaines sans cesse élargis de la vie sociale et de leur pérennisation dans le temps. Car les auteurs partagent cette conviction : le commun n’est pas destiné à venir compenser les déficiences d’un monde capitaliste et marchand. Instrument d’une citoyenneté refondée, le commun comme les hybrides auxquels il ne peut manquer de donner lieu (mutuelles de travail, coopératives « ouvertes », plateformes numériques, etc.) ont vocation à se déployer comme formes économiques majeures, au service du bien commun.

En tirant parti de l’expérience mutualiste, coopérative et associative, ce livre s’efforce de penser dès aujourd’hui la connexion et la coopération entre communs pour aider à ce que cet avenir se réalise. Si l’on veut échapper à l’enfermement des communs dans un monde fait d’îlots séparés, il faut d’emblée envisager les relations des communs à l’entreprise, à la ville, au territoire, à l’action citoyenne, et commencer à préfigurer et à anticiper dans la pensée comme dans l’action ce que pourrait être une république des communs.

https://lalibertedelesprit.org/spip.php?article255

Voir aussi :
mailbox imprimer
Le but de "La liberté de l'esprit" est de contribuer au débat public sur le Pays de Quimper Cornouaille et au-delà, sur les sujets de société (sociologie, psychologie, économie, innovations scientifiques, éthique…), sans esprit partisan et avec une volonté d’ouverture, d’anticipation, de meilleure information contradictoire des citoyens et de gouvernance des impacts des choix de société.

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.