Le Togo relâche Loïk Le Floch-Prigent

-- Justice et injustices --

Dépêche de Christian Rogel

Publié le 27/02/13 11:23 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'ancien dirigeant d'entreprise, originaire de Guingamp, Loïk Le Floch-Prigent, a été mis en liberté provisoire par les autorités judiciaires du Togo. Etant en tournée à Abidjan, en septembre 2012, pour la promotion de son roman policier, «Granite rosse» (Coop Breizh, dont le directeur d'édition, Erwan Chartier-Le Floch est le neveu), il avait été bloqué à l'aéroport et remis à la police togolaise sans procédure d'extradition. ( voir l'article )

Il était accusé d'avoir introduit des escrocs auprès de son ancien associé de Dubaï, lequel lui réclamait une énorme somme qu'il aurait perdue dans l'opération.

Les autorités françaises n'ont pas semblé réagir immédiatement, mais Le Floch-Prigent, retenu à la gendarmerie de Lomé, avait été suivi de près par les autorités consulaires.

Après que son avocat, Me Klugman ait fait de vaines demandes pour obtenir une évacuation sanitaire, le parquet de Lomé a accepté le 25 février une libération provisoire pour raisons de santé.

Il a eu un malaise cardiaque la semaine dernière et sa santé était d'autant plus menaçée qu'il n'avait pu être opéré en septembre, à cause de son arrestation.

Loik Le Floch-Prigent est arrivé à Paris, aujourd'hui, 27 février à 6 h 30.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.