Le testament du CELIB

-- Economie --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 28/11/17 20:51 -- mis à jour le 12/03/19 21:18
43665_1.jpg
couverture

Quand des Bretons éveillèrent la Bretagne : Le CELIB , le livre de Claude Champaud, un des pères fondateurs du CELIB (le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons) et un des rares acteurs encore en vie de ce formidable mouvement que fut ce sursaut breton d'après guerre, s'impose comme un testament de toute une génération de Bretons soucieux de l'avenir de la Bretagne.

Juriste de formation et professeur, ancien président de l'Université de Rennes I, chercheur sur le rôle et la responsabilité de l'entreprise dans la société, Claude Champaud, qui aura 90 ans au mois de janvier, a longtemps été le vice-président du CELIB. Il est à l'origine du club des Trente .

Le livre paru en septembre 2017 est le premier d'une nouvelle collection Découverte de l'Histoire de Bretagne dirigée par Frédéric Morvan du Centre d'Histoire de Bretagne.

Je l'ai lu entièrement, non par devoir en tant que journaliste ayant reçu le livre gratuitement, mais par respect pour un groupe de Bretons qui auraient pu fermer les yeux sur cette misère bretonne d'après guerre où il existait encore des corps de fermes au sol de terre battue et même des penn-ti où l'on partageait une pièce commune avec d'un côté les animaux et de l'autre les humains. Une Bretagne qui, de plus, se désertifiait, se vidait de ses habitants qui émigraient en masse vers la région parisienne ou d'autres grandes villes de l'Hexagone.

Le premier président du CELIB, René Pleven, fut décisif. Très tôt compagnon et ami proche du général de Gaulle, car en Angleterre avant lui pour des raisons professionnelles, il l'avait rejoint dès les premières heures. Le CELIB a pu jouer de ces appuis de premier ordre au-dessus de tous les soupçons dont la République a l'habitude dès qu'on parle de régions.

Le CELIB a su mettre la pression pour proposer des lois programmes et guider les élus divisés au sein d'une gauche et d'une droite dont les jeux de pouvoir ne faisaient qu'affaiblir tout rapport de force conséquent.

Nous savons tous que nous devons au CELIB le réseau routier gratuit arraché de haute lutte alors que la France était aux prises avec la révolte paysanne, les attentats du FLB et une guerre de libération nationale en Algérie il faut le préciser. Mais le CELIB a aussi accéléré l'électrification des campagnes bretonnes et poussé le TGV Atlantique, la construction du port de Roscoff et la création de la Brittany Ferries, l'arrivée de l'industrie automobile à Rennes et même le développement du transport aérien. Le projet de NDDL est soutenu par le CELIB depuis 1963. Dans une interview du Télégramme, Phlipponneau n'hésite pas à dire ceci : «Si le blocage du projet avait existé du temps du CELIB, je peux vous dire qu'il n'y aurait plus beaucoup de guignols à Notre-Dame-des-Landes. Les tracteurs seraient venus par là. La Bretagne a des atouts mais pour l'assurer d'un avenir, il y a des choses à faire, comme Notre-Dame-des-Landes. Ce sont 7.000 emplois tertiaires qui viendraient s'agglomérer autour, à la condition qu'il soit international». Il déplore page 75 que la zone de non droit (la ZAD) «assassine l'avenir de nos territoires et l'espérance de nos petits-enfants» car dans le cadre de la mondialisation, des entreprises de pointe ne manqueraient pas de s'implanter dans un rayon de 100 km.

Par contre, en ce qui concerne la centrale nucléaire de Plogoff, on ne peut que regretter le manque de discernement du CELIB. Champaud s'en prend à Mitterrand pour l'avoir suspendue, mais oublie de dire que l'abandon du projet était dans ses promesses de campagne. Il voit dans cet abandon une des causes du déclin du CELIB mais sans expliquer vraiment ce point de vue. Le déclin du CELIB semble se placer plutôt dans le contexte de l'apparition d'un Conseil régional et de la réforme territoriale Defferre avec la création des régions administratives (la réforme que de Gaulle voulait faire en fait, et que la gauche reprit à son compte 12 ans plus tard après l'avoir refusée)

Claude Champaud nous fait un récit détaillé de tout ce qui a été obtenu et de tout ce qui a été initialisé comme l'Université de Bretagne Occidentale ou l'Institut culturel. Il finit le livre par énumérer les cinq enfants du CELIB : l'institut de Locarn et le club des Trente, le think tank Bretagne Prospective, Produit en Bretagne, REDEO (ose et rêve la Bretagne) et STATBREIZH.

C 'est un livre courageux qui admet que le CELIB a commis des erreurs comme un remembrement excessif. Mais grâce au CELIB, l'agriculture bretonne est sortie du Moyen-Age --ce qui a permis aux paysans bretons de devenir chefs d'exploitation et d'avoir suffisamment de ressources pour envoyer leurs enfants à l'université. Champaud reconnaît aussi que des membres importants du CELIB, y compris René Pléven, ont appelé à voter NON lors du referendum de 1969 pour la régionalisation et la réforme du Sénat. On aurait voulu en savoir plus sur leurs arguments.

Ce que le CELIB a fait ici en Bretagne, il faut le faire dans toutes les régions de France__Général de Gaulle à Quimper en 1969

Champaud n'hésite pas aussi à régler des comptes. Il accuse Michel Phlipponneau d'avoir trahi l'esprit du CELIB en voulant jouer la carte du Parti Socialiste. L'universitaire finira par quitter le bateau pour tenter de faire un CELIB de gauche alors même que l'esprit du CELIB était de rassembler tout le monde (et tout le monde y participa sauf le PCF et la CGT). Il faut «conduire la Bretagne vers le socialisme et les socialistes vers la régionalisation» déclarera alors Phlipponneau. Michel Phlipponneau est par là le père spirituel de l'UDB, de ceux qui ont cru naïvement que la gauche et la gauche seule pouvait apporter une solution aux problèmes bretons alors que le CELIB est la preuve même, la preuve historique, que la Bretagne réussie quand elle est unie transversalement au-delà des divisions gauche-droite. Phlipponneau finira par rejoindre le centre politiquement, il faut le préciser. Sa contribution au CELIB est toutefois importante, elle comprend l'inventaire économique ou la rédaction de la loi programme en faveur de la Bretagne.

Les Bretons sont installés dans une sorte de cocon existentiel dont ils ne s’affranchissent que pour défendre des intérêts catégoriels ou égoïstes, sans réelle vision de l’avenir de leur région. __Claude Champaud dans une interview donnée à Breizh-info

Vu l'emprise des partis hexagonaux sur le Conseil régional, l'absence d'élus «régionalistes», on se demande pourquoi personne ne reprend le flambeau d'un mouvement unitaire avec l'esprit du CELIB. Des tentatives ont existé dans la foulée du mouvement des Bonnets rouges, mais sans personne haut placé auprès du président de la République, la chose est difficile, d'autant plus que Jean-Yves le Drian n'est pas René Pleven. Le Drian a la balle entre ses mains, mais ne joue aucun rôle pour la Bretagne. Personne ne le niera. Il aurait pu exiger la réunification administrative. Il aurait pu exiger l'officialisation du breton, la modification de la Constitution pour ratifier la charte des langues régionales. Habitué depuis des décades à la langue de bois, il a trouvé le poste idéal comme ministre des Affaires étrangères car Le Drian comme d'autres élus bretons, pense d'abord à la France. Il veut vendre des Rafales, pas des litres de lait.

Depuis la disparition du CELIB et de son champion René Pleven, plus rien n'a été réalisé en Bretagne. Les hydroliennes rouillent, le parc éolien offshore de Saint-Brieuc n'a pas encore décollé, la construction de l'aéroport de NDDL est bloquée, la PAC a été sérieusement malmenée, les fermes sont vendues pour en faire des maisons d'hôtes et les producteurs de lait touchent le RSA ou se suicident alors qu'il n'y a plus de beurre aux rayons de certains supermarchés.

Modifié le 30/11/2017

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Mercredi 29 novembre 2017

Je suppose Philippe que tu n'as pas lu celui de Michel Phliponneau "Debout Bretagne", et établi une comparaison immédiate avec ton objectivité scrupuleuse que peut, et doit avoir un journaliste comme toi. Tout en considérant que l'un, Michel Phlipponneau fait un "constat" personnel, écrit dans le jus frais des années 60/70, tandis que l'autre, Claude Champaud, fait un "testament" aujourd'hui en 2017 soit quarante sept ans plus tard... La plupart des responsables et actifs du CELIB, n'étant plus là pour un éclairage supplémentaire!... Ceux qui, du vieux CELIB en ont bénéficié, et ceux qui ne l'ont pas, ou pas assez!

Quoi qu'il en soit l'ancien CELIB est mort depuis longtemps et la Bretagne de ces années avec... Un nouveau du même sigle, dans une nouvelle orientation immédiatement dans la suite de l'ancien aurait une raison d'être et bien plus encore, d'aller plus loin économiquement , mais surtout politiquement!...

Pour la Bretagne d'aujourd'hui toujours sous férule, en retard dans le flux des progrès économiques et politiques (mais modernisée, bétonnée, découpée etc...) n'a que faire des testaments-romans, ou de CELIB d'un temps perdu, si ce n'est de retirer, non seulement de ces leçons en lettres mortes, mais au moins de celles-ci éventuellement des envies de nouvelles structures, des modes de penser d'avenir, et des actions présentes pour qu'enfin tout change...pour réellement changer et évoluer... librement!

Jean Cévaër
Jeudi 30 novembre 2017

Ayant appartenu au CA du CELIB des années 70 du siècle dernier et jusqu'à sa fin chronologique après la création de l'Institut de Locarn, où j'étais présent, ayant été l'un des fondateurs de Bretagne Prospective avec Jean-Jacques Kérourédan et quelques autres, ayant été ami de Joseph Martray, Michel Phlipponneau et bien sûr de Claude Champaud, je connais assez bien cette longue histoire qui a marqué celle de la Bretagne après la Libération. J'ai eu aussi l'avantage de fréquenter Marie-France Garaud, qui fut conseillère du président Pompidou, au début des années 80 du siècle dernier et d'entendre de sa bouche les détails de la mise en oeuvre de la Loi Programme en octobre 1968, une loi tellement importante pour la Bretagne. Bon, c'est une caractéristique de l'histoire, qu'il y ait en elle, tout ce que nous savons et tout ce que nous ne savons pas.

Lheritier Jakez
Jeudi 30 novembre 2017

Pour un CELIB 2

Pour une organisation des peuples:

Celtiques,Européens,et +

-coopération politique,économique,sportive,éducative,solidarité.

Léon-Paul Creton
Vendredi 1 décembre 2017

Jean Cevaër vous citez des personnes qui étaient en responsabilité à cette époque il y en avait bien d'autres... mais ici je m’en tiens au constat, à l’analyse de M.Phlipponneau sur la situation de la Bretagne en 1970. Et de mon regard d'alors sur la Bretagne...

« Debout Bretagne », son livre riche est une mine d’informations, sur la situation bretonne faite par l’état hexagonal à la Bretagne jusqu’aux années 50-60 et 70 dont il percevait parfaitement les carences, et sur ses espérances qu’en 1985 Le Pays soit bien avancé sur la voie de la modernité qui lui était due, et son développement autonome bien sur les rails. La quatre voie centrale de Bretagne n’est pas encore achevée en 2018! Et en plus de tout le reste, la poubelle coloniale et expérimentale de Brennilis... comme symbole d’asservissement et d’utilisation de certains territoires !

Beaucoup d’informations politiques, sur les commissions et coordinations, sur les évènements, les comportements des notables dont vous étiez alors, sur les projets pensés,espérés et non aboutis en raison d’intérêts divergents ou opposés, les luttes politiques intestines. Sur tout cela il aurait été intéressant d’avoir des points de vue de responsables, votre point de vue objectif sur ce qu'il en était, sur son travail, sur sa perception de l’échec à venir qui en partie à motivé ses choix politiques à l’encontre d’Edmond Hervé et du PS de l’époque qui est devenu sans gloire l’avorton politique qu’il est devenu en 2017 ! Et bien entendu sans aucun profit pour la Bretagne et les Bretons!

J’espère que « le testament » _bien des testaments se rédigent beaucoup trop tard !_ de Claude Champaud n’est pas seulement une tentative d’établir une sorte liste « à la Prévert » justificative, et qu’il mérite d’être comparé, cinquante ans après, aux constats et analyses que contient celui de Michel Phlipponneau.

L’un est un témoignage sur les actions et dans l’époque et ses espoirs, et qu’est donc l’autre ? Les ruines bretonnes aujourd’hui sont modernes devons-nous, les poings sur les yeux, les considérer comme un gain?

Que Michel Phlipponneau n’ait plus trouvé dans le PS un socialisme utile aux Bretons…qui aujourd’hui peut l’en blâmer ? D’autant moins de ma part qui rapidement au tout début des années 70 ayant mis mon sac de marin à terre, en avait également tiré rapidement la certitude ! Mais l’expérience devait trouver confirmation et donc, malgré tout, en 81 je votais Mitterrand ! La suite a démontré ce qu’il était ce soi-disant socialisme, et serait ! Il est toujours, impardonnable de persévérer dans l’erreur, et dire qu’elle est humaine relève du sédatif !

Beaucoup de choses à dire et à lire dans ce livre qui reste absolument d’actualité, mais je conclus par un petit paragraphe de ce « bouquin » que tout Breton aurait du lire à un moment ou un autre… Avant le testament, était à lire « Debout Bretagne ! »

Voici la fin de l’introduction au livre écrite en 1970 ! :

" L’exemple breton, parce qu’il a valeur de symbole, peut éclairer ce grand combat : pouvoir régional oui, pouvoir du peuple, pour le peuple. Que la Gauche le comprenne.

Aujourd’hui, affaiblie, divisée, traumatisée par ses échecs autant que par l’absence d’un modèle cohérent et crédible, elle pourra alors regarder l’avenir avec confiance, en répondant à sa véritable vocation : établir la démocratie et le socialisme, de la région à l’Europe.

La tâche est immense. Les jeunes Bretons peuvent prendre l’initiative en répondant à l’appel de ce livre : Debout Bretagne, debout Bretagne."

Cela a bien été écrit en en 1969/70…

" Avec le temps va, tout s’en va… "

NB:"Les Bretons dans un cocon existentiel etc...". Avez vous fait le nécessaire pour seulement tenter de leur apporter l'information et la réflexion émancipatrice par la tv confisquée par l'état français? Par exemple? C'était aussi LE combat! L'avez-vous vu au milieu de vos ambitions partisanes aux uns et aux autres?

Philippe, j'ai encore Debout Bretagne à la maison...

Léon-Paul Creton
Samedi 2 décembre 2017

Pour être fidèle et précis pour ce qu'à écrit M.Phlipponneau, voici le texte du paragraphe de la fin de l'introduction ci-dessous Désolé pour la présentation peu claire et la lisibilité...

" L’exemple breton, parce qu’il a valeur de symbole, peut éclairer ce grand combat : pouvoir régional oui, pouvoir du peuple, pour le peuple. Que la Gauche le comprenne. Aujourd’hui, affaiblie, divisée, traumatisée par ses échecs autant que par l’absence d’un modèle cohérent et crédible, elle pourra alors regarder l’avenir avec confiance, en répondant à sa véritable vocation : établir la démocratie et le socialisme, de la région à l’Europe.

La tâche est immense. Les jeunes Bretons peuvent prendre l’initiative en répondant à l’appel de ce livre : Debout Bretagne, debout Bretagne."

Écrit donc en 1970!

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner