Le terrorisme islamique et les perspectives de réactions
Communiqué de presse de Institut de Locarn

Publié le 21/09/17 10:30 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Vendredi 20 octobre prochain, à l’Institut de Locarn, rencontre avec Pierre Conesa,

Thème de l’intervention :

1- La menace durable du terrorisme des salafistes djihadistes qui pèse sur les sociétés occidentales  (290 morts et 900 blessés en France en deux ans !).

2- Les pays vecteurs de diffusion de cette idéologie.

3- Quelles orientations pour réduire les menaces ?

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Qui est Pierre Conesa ?

Agrégé d’histoire et ancien élève de l’École nationale d’administration (promotion Jean-Jaurès), Pierre Conesa est ensuite haut fonctionnaire du ministère de la Défense, où il est notamment directeur adjoint de la délégation des Affaires stratégiques, avant de prendre sa retraite en 2012.

Devenu directeur de la Compagnie européenne d’intelligence stratégique (CEIS), il est enfin membre de la fondation Res Publica et maître de conférences à l‘Institut d’études politiques de Paris.

Il est rédacteur du 1er plan stratégique de soutien aux exportations d’armements, et a créé le campus de défense de l’École militaire.

Il est fondateur et président de la société Homid, spécialisée en intelligence économique, conseil, communication et relations publiques.

Bibliographie :

A propos du thème traité le 20 Octobre prochain, on mentionnera ses deux ouvrages parus entre 2016 et 2017 :

Guide du petit djihadiste, à l’usage des adolescents, des parents, des enseignants et des gouvernants, Ed. Fayard, 2016.

Dr Saoud et Mr. Djihad – La diplomatie religieuse de l’Arabie Saoudite (préface de Hubert Védrine), Ed. Robert Laffont, 2017.

Horaires :

14h30 : Accueil café

15h00 précises : Début de la conférence

18h30 : Fin

Inscription en ligne exclusivement

Voir aussi :

mailbox
imprimer
L'Institut de Locarn est le résultat de la nécessité ressentie face aux enjeux considérables de l'époque nouvelle. Ce nouveau monde est, en particulier, synonyme d'unification de l'Europe. Toutefois la concentration du pouvoir à l'échelon européen a été corrigée au traité de Maastricht par l'introduction du principe de subsidiarité : tout ce qui n'est pas délégué par les États à l'Europe reste de la compétence de ceux-ci. Le même principe doit être appliqué dans les relations entre la France et ses Régions. L'échelon national ne doit traiter que ce qui ne peut être mieux réalisé au niveau régional. La remontée de certains pouvoirs à l'échelon européen sur un vaste territoire doit obligatoirement s'accompagner d'une politique de décentralisation et de proximité au niveau des régions. Dan
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.