Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Enquete -
Le témoignage du prêtre d'Outreau : le pardon, pas l'oubli

Dominique Wiel a connu quatre années de calvaire, une condamnation pour pédophilie et trente mois de prison, avant det'être reconnu innocent

bernadette Poiraud pour Journal La Mée le 15/11/06 13:52

Dominique Wiel va venir à un dîner-débat organisé par le Lions'Club, à la Ferrière à Châteaubriant, le 21 novembre prochain, cinq ans après son arrestation (c'était le 14 novembre 2001, il avait 64 ans).

Dominique Wiel a connu quatre années de calvaire, une condamnation pour pédophilie et trente mois de prison, avant d'être reconnu innocent. Pourra-t-il oublier la terrible injustice qu'il a subie ? et#171; J'ai déjà pardonné aux enfants qui m'accusaient et#187;, dit-il au journal Le Pèlerin. Mais il n'oubliera jamais : et#171; Non, jamais je n'en aurai fini avec cette affaire. A jamais, je me dirai qu'on m'a arrêté, jeté en prison, condamné et#187;. Et que ce qui lui est arrivé, peut arriver aux autres.

Le procès du procès d'Outreau a été mené par une commission parlementaire, avec un bouc émissaire tout désigné : le juge Burgaud. La chasse au juge répondait en quelque sorte à la chasse aux prétendus pédophiles. Tout pour le spectacle et le sensationnel.

Sans doute alors n'était-il pas possible de réfléchir sereinement sur la Justice en France. Mais cette réflexion n'a pas été menée depuis. La " justice ", d'ailleurs, n'est pas seulement l'affaire des juges, Ceux-ci n'interviennent qu'en fin de parcours. Il y a tant d'intervenants avant ! Notamment la police, et les médias, et les citoyens comme vous et moi prêts à juger et condamner sans savoir. Il est tellement facile de se croire quelqu'un de bien quand on voit, face à soi, quelqu'un qui peut passer pour un salaud. L'affaire d'Outreau devrait conduire chacun de nous à davantage d'humilité, d'humanité et de réflexion, au rejet de toute volonté de vengeanceet#8230;.

Du salaud au héros

et#8230; mais aussi au rejet de toute certitude. C'est Dominique Wiel lui-même qui le dit : et#171; Je trouve assez curieux que les médias aient mis autant d'acharnement à me mettre au trou qu'à me porter au pinacle maintenant. et#187;.

et#171; J'incite les gens de la presse à réfléchir sur le fait qu'ils sont un quatrième pouvoir sans contre-pouvoir et#187;, continue-t-il. et#171; Les juges vont s'interroger, j'espère que vous, vous allez vous interroger aussi et#187;.

Dans un livre qui vient de paraître, Dominique Weil revient sur cette terrible histoire, essayant de démêler comment, lui, le prêtre au service des plus fragiles, des plus démunis, a pu se retrouver pris dans les mailles du filet judiciaire. Son récit doit et#171; nous conduire à changer notre manière de vivre ensemble et#187;.

Voici quelques extraits de son livre

[Avant l'affaire] : et#171; Pour ma part je maintiens ma porte ouverte aux jeunes. Certains soirs il peut en venir une dizaine, parfois deux ou trois seulement. Il en viendrait beaucoup plus si je les autorisais à fumer du shit chez moi comme ils le font dans le local des poubelles, mais je n'autorise que les cigarettes et j'offre le café. Pourquoi viennent-ils ? Certains de toute évidence cherchent un père. D'autres un adulte à qui ils puissent faire part de leurs inquiétudes, de leurs interrogations sur l'avenir. Mais tous semblent satisfaits d'avoir tout simplement un endroit décent pour bavarder au chaud. Ou se taire (et#8230;) j'ai installé une table de ping-pong et, autour, ce qu'il faut pour s'asseoir et jouer aux cartes. J'ai simplement enduit les murs pour que chacun puisse y dessiner ou y écrire ce qu'il veut. Je laisse de la peinture et des crayons-feutre à disposition. Qu'est-ce que je leur apporte ? Je ne sais pas. Je suis là, je les écoute; parfois, rarement, je donne un conseil ou une adresse. Comme lorsque j'étais sur les chantiers, j'espère juste incarner à leurs yeux une idée de la vie, faite d'ouverture et de respect et#187;

[Et puis arrive l'arrestation de ses voisins Myriam et Thierry]. Etrangement la justice arrache une vingtaine d'enfants à leur famille : et#171; Le 6 mars 2001 la police opère une véritable rafle à la sortie des écoles. Une vingtaine d'enfants sont embarqués (et#8230;) La plupart des enfants ont été retirés à leurs parents pour être placés ! La police nous a dit qu'il y a des pédophiles et que tant qu'ils ne sont pas arrêtés il vaut mieux mettre les enfants à l'abri et#187;. Ahurissant !

Une affaire de fous

[Petit à petit des voisins font comprendre à Dominique Weil qu'il est soupçonné de pédophilie et le 14 novembre 2001 il est arrêté] : et#171; Dès le premier interrogatoire je refuse de répondre si je n'ai pas un avocat à mes côtés. C'est une disposition prévue par la loi et j'ai le sentiment que cette demande aggrave considérablement ma situation. C'est ça qui est incroyable avec l'institution judiciaire : tout ce que vous tentez pour faire valoir votre innocence se retourne contre vous et#187;. Incrédule, le voilà mis en prison. Abattu d'abord avec le sentiment d'avoir affaire à des fous. et#171; Mais suffisamment puissants pour m'avoir arraché à ma vie et embastillé et#187;.

Heureusement un comité de soutien se monte autour de lui. Le 15 janvier 2002 a lieu la première confrontation avec les adultes qui l'accusent. Il demande une confrontation avec une seule personne à la fois. Il ne l'obtiendra pas.

et#171; Le juge ne se donne pas la peine de me répondre et, comme il vient de terminer la mise en place et va prendre la parole, j'entonne, debout, La Marseillaise. Pourquoi La Marseillaise ? Parce que j'ai le sentiment à ce moment-là de n'être plus en République, mais dans un régime de droit divin, une sorte de monarchie, où l'institution judiciaire aurait pris le pas sur la démocratie et le respect des droits élémentaires. La Marseillaise, à laquelle je n'avais pas pensé en venant, me semble soudain plus éloquente que tous les discours. (et#8230;) Il y a un moment de flottement, cependant, durant lequel le juge Burgaud doit vraisemblablement tenter de reprendre ses esprits, mais qui dure suffisamment tout de même pour me permettre d'aller au bout du refrain.

Et soudain, le juge reprend les choses en mains. Faites-le asseoir ! ordonne-t-il aux gendarmes. Mes deux gardiens me sautent dessus. Le plus âgé assez mollement, comme si tout cela l'amusait plutôt, le plus jeune en m'étranglant furieusement, ce qui a au moins pour effet de me faire taire. Mais, à peine assis, je me relève et ré-entonne La Marseillaise et#187;. Un avocat osera parler de et#171; partition musicale qui s'apparente à un langage codé et#187; !

53 magistrats

[Il n'y a aucune preuve contre lui. Mais ce n'est pas important ] et#171; C'est que vous les avez détruites et#187; disent les gendarmes.

[125 fois Dominique Wiel demandera une mise en liberté provisoire, sans provoquer la nécessaire réflexion] : et#171; Chaque fois le Président lit le même texte. Le Procureur ânonne les mêmes phrases (et#8230;). Pas un ne se donne la peine d'ouvrir le dossier et#187; . Le juge se contente de dire que et#171; les enfants ne mentent pas et#187;. En fait ils mentent si bien qu'ils inventent un crime ... qui n'a pas eu lieu. Mais 53 magistrats différents les croient, ainsi que 11 magistrats du Parquet général. Ils les croient, ou plutôt ils ne se posent pas de questions. Mais Dominique Wiel décide de tenir tête.

On sait la suite : le procès, les accusateurs qui se rétractent. Et pourtant la condamnation, le retour à la case prison.Parce que, quand la machine judiciaro-médiatique est en marche, il est bon qu'elle ait des hommes à broyer.

Enfin le procès en appel et enfin la reconnaissance de la non culpabilité.

et#171; Ces trente et un mois de prison m'ont beaucoup appris, sur l'état de notre société, sur le pouvoir des institutions, sur l'impuissance d'un homme seul à se faire entendre et#187; dit Dominique Wiel.

Un livre contre les égoïsmes, contre l'indifférence. Un témoignage bouleversant.

ABP/BP

mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?