Le Télégramme censure ce qui gène les cocoricos

-- Economie --

Communiqué de presse de OMEB
Porte-parole: Gilles Delahaye

Publié le 27/12/14 20:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le journal Le Télégramme publie aujourd'hui, sous la plume du journaliste David Cormier, une page entière sur les imprimantes 3D. L 'article intitulé «3D. Une révolution en marche» donne les perspectives d'une nouvelle révolution comparable à la révolution internet, mais il ne présente, ni l'inventeur de l'impression en 3 dimensions (l'Américain Chuck Hull) ni les fabricants de ces machines dont très peu sont français. La presse française, le plus souvent, ne cite les inventeurs que s'ils sont Français et comme ils sont devenus rares, elle ne cite plus les innovateurs et les entrepreneurs.

Dès fois que le lecteur recevrait la confirmation que la France non seulement n'invente plus rien mais ne manufacture plus que des bateaux de croisières, des avions et encore au sein d'un consortium européen et des voitures presque toutes manufacturées dans les pays étrangers. Comme pour les drones, les meilleurs fabricants d'imprimantes 3D sont américains, chinois de Hong Kong ou allemands.

Le Télégramme ne mentionne pas non plus que l'on peut construire son imprimante 3D soi-même grâce à un projet open-source, initié par l'université de Bath en Grande Bretagne. RepRap (Replication Rapid prototyper) (voir le site) propose une machine qui peut s'imprimer elle-même et donc se cloner avec une licence copyleft) ! . Les fabriquants français Smartfriendz et la Smartrap, Tobeca et Foldarap n'ont fait que profiter du système RepRap. La Smartrap se vend en kit à 350 euros et construite à 450 euros.

Les prix s'effondrent. D'après David Cormier, la grande foire de l'électronique de Las Vegas, en janvier prochain, devrait présenter des imprimantes 3D pour 300 euros. Pour les Bretons qui habitent des zones rurales, y compris les agriculteurs, les imprimantes 3D apporteront dans un future pas si lointain, la possibilité de fabriquer un objet ou une pièce de rechange, sans devoir prendre sa voiture.

Cet article a fait l'objet de 2047 lectures.
mailbox imprimer
logo
L'Observatoire des Médias en Bretagne est basé à Rennes. Il est composé d'un collectif de plusieurs journalistes.
Voir son mur