Le retour de Gwennyn avec un 3e album : Kan an Tevenn
Revue de Philippe Argouarch

Publié le 26/11/11 14:22 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Heureuse et radieuse, Gwennyn présentait hier son nouvel album en avant-première à Pluguffan lors d'un dîner-concert au profit de l'école Diwan de Plogastel-Saint-Germain. Le Cd, sortit des presses seulement quelques heures avant le concert, ne sera en vente que début décembre.

À la croisée des chemins

Le résultat d'une rencontre entre deux générations et deux talents, ce duo n'arrête pas de nous étonner. D'un côté, Gwennyn Louarn, une chanteuse brittophone du XXIe siècle. De l'autre, un guitariste de talent : Patrice Marzin. Le mélange est explosif et d'une créativité sans limites comme l'avait été le tube du 2e album "We can plinn".

Après avoir tourné cet été en Allemagne, en Espagne et en Italie, le duo s'est concentré cet automne sur ce 3e album encore plus beau que les autres : "Kan an Tevenn" (Le chant de la dune). D'autres talents sont venus contribuer au projet comme le uilleann pipe et le whistle de Kevin Camus (aussi dans Bretonne de Nolwenn Leroy). Il y a aussi un texte de l'écrivain Kenneth White, "Gwenved", un autre de la harpiste Christine Merienne et un autre du compositeur Gérard Manset, des talents issus du vaste réseau de Patrice.

Des chanteuses bretonnes brittophones

Gwennyn fait partie de de petit groupe courageux de chanteuses bretonnes qui chantent en breton avec Nolwenn Leroy, Nolwenn Korbel et Cécile Corbel (plus rarement) pour citer les plus connues. Des Bretonnes debouts, pour qui la langue de nos ancêtres est une poésie naturelle et une nécessité de l'âme. Gwennyn compose ses chansons directement en breton et comme Nolwenn Korbel, elle fait vivre le breton avec des compositions contemporaines.

Fleur tardive

Gwennyn est la "petite fleur tardive", "the late blooming girl" comme l'explique bien son magnifique "The song of the Dunes", un texte en anglais qu'elle a aussi composé. "Do you feel the strength rising from the ground ?" chante-t-elle. Yes we do. Si beaucoup d'artistes bretons ou venus d'ailleurs puisent leur inspiration dans la terre bretonne, seule une poignée y puisse aussi sa force – et Gwennyn en fait partie. Une force qui se nourrit de la sève de la terre bretonne et d'un soleil invisible mais toujours présent dans la flamme des textes et des accords et jusqu'aux couleurs bigoudènes de la pochette.

Comme Keltia, un morceau sur l'amour de notre terre, "Brezhoneg.come", avec un e à .com, est un texte fort sur notre pays qui se relève :

"L'annonce d'un autre destin

bâti jour après jour

la nouvelle donne d'un pays émancipé

La Bretagne se relève

Tôt ou tard se lèvera le vent

Qui balaiera la honte d'antan"


Kan An Tevenn. Produit par Seniprod et distribué par Keltia Music. Dans les bacs début décembre.

Les prochains concerts

03/12/2011 Dédicaces à la librairie Arvro à Audierne

03/12/2011 Distillerie des Menhirs Plomelin

06/12/2011 Maison de la Bretagne à Paris

09/12/2011 Abadenn café-concert, Saint-Brieuc

10/12/2011 Le Cellier, Boquého

17/12/2011 Le Papier Timbré, Rennes

22/12/2011 Britt, Trégunc

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2303 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 27 commentaires
paotr arrepublik
2011-11-27 12:59:18
Nolwenn Leroy chante en breton
Nolwenn Korbel crée en breton
petite différence...
(0) 
Léon-Paul Creton
2011-11-27 14:37:38
La chanteuse Nolwenn Leroy utilise le Breton, la création et l'imaginaire celtique.
Cécile Corbel et sa harpe?...Les chemins autres...qui sans expression forte de sa part laisse le Breton et la Bretagne en attente...
NOLWENN Korbel, la Bretonne fondamentalement _ donc enfermée peut-être dans "SES" frontières... chante, exploratrice, le plus souvent en Breton son histoire et celle de la Bretagne sur le chemin que ses mère et père continuent de vivre et de tracer. Un fil solide non rompu, que je regrette amèrement qu'il ne soit pas tout à fait, le mien! Et celui de beaucoup d'autres...
An delà, j'aime NOLWENN Korbel parce que, non seulement, je l'ai connue toute petite,dans la cuisine familiale, où sa mère Andréa Ar Gouill lui demandait: C'hwui ho po "Djambonne" pe kig war ho "sandviche"... Gant cornichonnes? Mais pas seulement pour cela, pour ces vieux souvenirs bêtement attendris, mais pour son engagement qui mentalement, philosophiquement, politiquement, et psychologiquement qui font foncièrement _pour moi_ de NOLWENN Korbel, la seule NOLWENN dont le nom me fait lien avec la Bretagne et l'être pour des Bretons dont le show-bizz trouble la pensée et la raison! Mais pour toute son œuvre qui appartient, tôt ou tard j'en suis persuadé, aux Bretons qui recherchent témoignages de leurs racines et avenir! Et de l'assurance que quelque part, elles continuent d'exister et se perpétuent, et ...ront!
(0) 
Kévin
2011-11-27 15:23:55
Cecile Corbel chante rarement en Breton????
(0) 
Kabiten Kemmadur
2011-11-28 14:42:42
«Kan an Tevenn» (Le chant des dunes).
Trois mots et une faute dans le titre, ils sont beau les bretonnants du 21ème siècle !
\\\"Kan an devenn\\\" ne lâran ket !
\\\"DUNE f. tevenn -où \\\"
Flash ! Encore une mission pour Kabiten Kemmadur !
(0) 
Léon-Paul Creton
2011-11-28 16:02:16
Un anv gourel eo? N'eo ket?
(0) 
Léon-Paul Creton
2011-11-28 16:14:04
Le chant de "la" Dune
Tevenn : Masculin et singulier ne mute pas après l'article... enfin c'est ce qu'il me semblait.
(0) 
Alwenn
2011-11-28 17:00:59
«Kan an Tevenn» (Le chant des dunes).
Trois mots et une faute dans le titre, ils sont beau les bretonnants du 21ème siècle !
«Kan an devenn» ne lâran ket !
«DUNE f. tevenn -où »
You are sure ?
Bisousig, kazh an tevenn (Abeozen)
(0) 
Torr Revr
2011-11-28 17:50:20

Benel eo ar ger gallek "dune".
Gourel eo ar ger brezhonek "tevenn".
tevenn g. -où, tevinier : an tevenn, gant un t.
"le chant des dunes" <=> "kan an tevinier"
"kan an tevenn" <=> "le chant de la dune"
(0) 
Arvorman
2011-11-28 19:26:38
Si tu avais cottoyé un peu plus de bretonnants de naissance, tu saurais que l'on dit " an tevenn". Il te manque la pratique, car c'est vraiment un mot très courant dans l'Arvor ! Le brezhoneg, c'est pas que dans les bouquins,paotr !
(0) 
Spastik Lullaby
2011-11-28 20:25:51
Mission avortée pour Kapitan Kemmadur, le maitre du 21e siècle ! An Teven est un lieu dit connu de Santec, patrie d'un chanteur connu. Avec des puristes comme KK aux manettes il n'est guère étonnant de voir des brittophones aux mutations hasardeuses ! Tevenn est masculin, n'importe qui ayant vécu aux contacts des paysans et pêcheurs de la côte le sait, y-compris ceux qui n'ont pas la moindre prétention à enseigner le breton parfait, avatar de l'esperanto puisque ne souffrant aucune exception !!! Cet épisode tragi-comique est hélas symptomatique de la coupure existant entre les fanatiques de l'unification et de la régle d'une part et les bretonnants du pays badume d'autre part. Trist eo ar puristed ! hem, ar c'hlanyezhourien, bezit truez ouzin !
(0) 
lesnevenad
2011-11-28 21:10:47
Deuet eo ganit, Bisousig!
(0) 
Erwann DENEZ
2011-11-29 09:01:25
@kabiten kemmadur
Aet eo ho tenn er c'hleuz avat !
Cela devient lassant d'opposer systématiquement les nouveaux bretonnants aux locuteurs natifs...Certes il y a pour certains néobretonnants des progrès à faire mais assez de caricature ! Si la langue était plus diffusée (dans les médias audio et écrits) et utilisée régulièrement par ces mêmes brittophones natifs les apprenants pourraient s'améliorer rapidement...
Pour tevenn, c'est dans tous les dictionnaires ... Et point de fanatisme dans un simple rappel de grammaire... je signale que parfois certains mots ont des genres différents selon les région ex brezel qui est masculin mais qu'on utilise au féminin dans le Léon..ar vrezel. Pour info Gwennyn est bretonnante de naissance...et enfin @Spastik Lullaby on dit ar buristed ! mutation des noms de personnes après l'article ! Lol !
(0) 
Spastik Lullaby
2011-11-29 09:57:36
Doue ho pennigo ! Les mutations ne sont pas un problème, encore moins un ensemble de règles à appliquer sans discernement. Elles passent à la trappe chez de nombreux anciens, bretonnants de naissance (brittophones si vous voulez). Les trégorrois sont champions en matière d'escamotage de la vutation, sans avoir à en rougir. Je ne connais pas un bretonnant de naissance qui dirait "ar barisianed". C'est "ar parisianed" ou "an touristed". (Sur les panneaux c'est une autre affaire car on y verse volontiers dans l'esperantologie). "Ar beizanted" on prend, "ar besketerien" aussi. La mutation est effectuée si le terme est intégré à la vie, si elle s'avère ancrée localement et reflétant des critères partagés. Là encore par chez moi on dit "ar boched" par exemple, "ar brezel" aussi. Autant de choses rejetées et donc non mutées. C'est du moins ainsi que je le vois, Mais "kant parrez kant iliz"... Kenavo !
(0) 
Spastik Lullaby
2011-11-29 10:25:32
@ Erwann Denez. Si moi je catégorise, vous sous êtes très catégorique ! Ok c'est bien joli votre idée de transmission par l'âge et l'expertise. Mais les locuteurs de naissance qui ne baignent pas systématiquement dans le militantisme ne sont pas à la hauteur du "jeunisme" ambiant, en gros ils n'ont pas leur place dans le monde dit du breton moderne. Ils ne sont même pas choisis pour les enregistrements destinés aux apprenants ! On les entend un peu à la radio certes mais pour le reste, vous en voyez beaucoup vous à la tv ? (voire les nouveaux programmes, voire la nouvelle équipe de Ya! qui recentre sur le microcosme). Peu prisés par les médias les locuteurs anciens (et leurs descendants) ne sont pas valorisés dans leur pratique du breton. De plus êtes-vous si sûr que ceux qui dégoitrent à toularigo devant les caméras pour s'assurer un revenu sont des brittophones si actifs hors de leur métier ? Ma foi, peut-être bien mais la langue utilisée est bien un choix personnel que nul ne peut discuter sans risque d'intrusion dans la sphère privée. Ici on repense à l'accusation formulée à Denez Prigent de Santec car celui-ci rechignerait à faire acte de brittophonitude active, bref pas assez militant le pagan ! C'est le genre d'arguties emsaveriennes de type soviet suprême, complètement dépassé et contre-productif. N'eo ket gant laezh trenk e vez tapet kelienn !
(0) 
Torr Revr
2011-11-29 11:42:29

@ Léon-Paul Creton :
"Tu veux du jambon ou de la viande dans ton sandwich ? ...avec des cornichons ?" <=> "Morzhed hoc'h pe kig a yelo ganit e 'z prec'hdan ? ...gant c'hwervelled ?"
(0) 
Torr Revr
2011-11-29 11:54:48

@ Spastik Lullaby :
Benel eo ar ger gallek "gerre".
Gourel eo ar ger brezhonek "brezel".
Ar brezel, gant ur b.
A hent all : kelien, gant un n hepken.
(0) 
Léon-Paul Creton
2011-11-29 12:03:39
Leun a-drouz evit netra! Ar pezh a zo talvoudusoc\'h evit Breizh, n\'emañ ket aze... Après \"la victoire\" vous établirez une belle \"Académie des Lettres Bretonnes et Celtiques\" comme celle de New Lutèce, na!
Et puis, il y a l\'essentiel, c\'est pas pasque je fais quelques fautes de Saint Axe de l\'Intègre Ys, de grand-maire et d\'avocat biliaire _e brezhoneg pe e galleg_ que je fermerai ma gueule!
Que l\'on me fera taire! Que je briserai mon clavier et mon porte plume de sergent major! Cette stratégie de la mutation ne me rendra pas muet!
La faute sémantique ou autre, soulignée plus que de raison et surlignée davantage, ne me mettra pas hors du combat de la parole et du verbe, Mort à tous les verbifuges et gramminovores sélectifs, ennemis de la liberté...bretonne en particulier!!!
(0) 
Arvorman
2011-11-29 13:11:12
@Spastik. N'eus 'forzh petra ! Au contraire, les mutations sont scrupuleusement respectées par tout bretonnant de naissance. Sinon, comment voulez-vous que ce système oral si complexe soit parvenu jusqu'à nous ? C'est vous qui refaite l'Histoire. On se croirait sur ce site "Breton populaire" où les gens racontent souvent n'importe quoi (en français). Et on dit bien ar Barisianed, cher ami, ainsi que an Douristed. Vous falsifiez le breton populaire ! Ar Boched et ar B/Vrezel sont deux mauvais exemples. Et dans Ya!, on y trouve du très bon breton.Vous ne lisez pas les articles de Fabien Lecuyer, pétris de breton populaire et écrits avec un vrai amour de cette langue ? Et d'autres participants sont très bons dans ce journal. Mais c'est vrai que c'est facile de parler en français de ce que l'on ne connait pas, ou peu (ar brezhoneg). C'est nul.
(0) 
Arvorman
2011-11-29 14:02:27
@ Spastik: qu'entendez-vous par "se recentrer sur le microcosme" ? Au contraire, Ya! est ouvert à TOUS. Dans l'avant dernier numéro, on demandait encore aux gens de participer, dans l'édito. Rien ne vous empêche de leur envoyer vos articles en breton. Mais là, il faudrait se mettre à bosser, et vous verriez que rédiger en breton d'une façon régulière, et bien, cela rend très humble, je vous l'assure. On a moins envie de critiquer le niveau de langue d'un tel ou d'un tel et c'est même un sacré antidote ! On attend de lire vos articles. A bientôt.
(0) 
Léon-Paul Creton
2011-11-29 14:14:54
Nag en ur zoare gaer an traoù-se a zo laret diganoc’h, Torr Revr.
Mil bennozh Doue evit hoc'h alioù ken prizadus.
(0) 
Spastik Lullaby
2011-11-29 14:22:42
"Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet." Georges Courteline.
Boued an arvor a vo war an tan emberr, lipous, all the best to you Man !
(0) 
Torr Revr
2011-11-29 15:05:59

"ar pep talvoudusañ" eo a vez lavaret, Léon-Paul.
(0) 
L. Berrou
2011-11-29 17:11:10
Enfermez 3, 4 bretons dans une pièce, bretonnants de préférence.
Le problème breton sera rêglé, ils se seront entretués au bout de quelques heures.
Ceci étant dit, c\'est vrai que c\'est au pied du mur que l\'on voit le maçon, et citer Courteline e-kichen ur bommig brezhoneg dister n\'y changera rien.
(0) 
Spastik Lullaby
2011-11-30 11:12:06
Re wir eo ao. Berrou, koulz klozañ ar gaoz. Arabat ez afe faoskredennoù un nebeud tud da wir bater.
Evit kas an traoù d'an traoñ ne vije ket fall ober ano euz an ALBB, Atlas ar Yezhoù, savet evit Breizh gant Pierre Le Roux, drezañ lakaet splann he kempenn pegen druz ha liesdoare eo ar brezhoneg, madoù e leizh da dennañ dioutañ evit reiñ lamm d'an dud a fell dezho embann kredennoù kamm a beur unvaniezh dirak ar groaz !!!
Ar re gozh, gwir vretoned anezho, n'o doa na doue na mestr evit plantañ kemmadurioù evel ma garent, bez e oant o mistri dezho o-unan, ("klañv eo-hi en he benn (L), diaez eo lakaat an dud da deskiñ (T), deomp da dibi un tamm (T)", kement a lavarioù wir a lakafe yezhourien hag adaozerien tik da grennañ).
Trist eo e vije mistri er c'hlasoù evit distresañ ar wirionez, bet int bet er skolioù meur, eno e vez desket ar variezon, fae a reont ouzh ar pezh a zo bet lakaet da wir dre ar skiant ?
N'eo ket souezh e vije un nebeudig a dud o c'hortoz e vije maro ar mohikan diwezhañ evit fourrañ o gwallardoù hag o reolennoù figus, akademiezh ar brezhoneg mit-hu. Ken enouet ez int ken ez ruzont o amzer o lammat war paour-kaezh Yannig deskard evit troc'hañ e c'houzog d'ar c'hentañ bramm a-dreuz. Farsus eo pa gac'h un pe zaou diouto en o bragez, nes ar gaozioù a-dreuz a reont diouzh patrom ar galleg na petra ta ! Pennoù-laoù o skuilhañ ampoezon, hardi, pelloc'h aze n'eus ket kalz diouzh ar c'hilhog hag e gomper.
bref, autant laisser ce site d'infos se complaire dans l'erreur et le révisionnisme, aussi bien par ses orientations rédactionnelles idéologiquement hyper-marquées que par les commentaires mensongers que l'on y trouve.
kenavo !
(0) 
Jean Landais
2011-11-30 15:44:28
"bref, autant laisser ce site d'infos se complaire dans l'erreur et le révisionnisme, aussi bien par ses orientations rédactionnelles idéologiquement hyper-marquées que par les commentaires mensongers que l'on y trouve."
Ca veut dire quoi exactement ??
(0) 
Spastik Lullaby
2011-11-30 17:14:12
Gwion, celui qui sait lire le français a tous les éléments de réponse dans cette digression linguistique. Résumons-la en français donc et apportons d\'autres touches, c\'est la richesse des langues que de pouvoir se compléter suivant les besoins du discours et de l\'usage. Perso, j\'ai pas fait l\'école du breton mais je n\'ai pas à en rougir. Desket meus war ar bern penn an ti...
Pour revenir à la discussion, on y entrevoit clairement ce que certains voudraient voir pour la langue bretonne de demain. En veux-tu en voilà des solutions faciles qui gomment toute aspérité de terrain, épuisant immanquablement les ressources. Ah le fameux \"y a qu\'à faut qu\'on ! allez, y qu\'à prendre notre indépendance et après tout le monde s\'y mettra, allez le breton, au dico...\". Sauf votre respect les termes donnés pour sandwich (prec\'hdan) et cornichons ( c\'hwervelled) ) n\'existent tout bonnement pas en-dehors de deux ou trois listes de combinaisons chimiques hasardeuses à la sauce \"Preder\". A-moins qu\'un dico n\'ait donné à Louis Paul creton le terme de \"c\'hwervell\" pour cornichon dans le sens d\'abruti (ce que confirme la terminaison en \"-ed\" réservée aux humains et animaux). Je donnerai ma main à couper que même Nolwenn Korbell, aussi portée vers l\'avenir et charmante qu\'elle soit, mange plus volontiers du cornichon / \"kornichon\" que des abrutis / \"c\'hwervelled\" et fait honneur au breton de sa mamm-gozh plutôt que d\'avoir à réfléchir à des termes savants importés du gallois et de l\'irlandais et parfaitement inconnus ici, donc inintégrables. Bara kof ha kof pour sandwich reste une valeur sûre et un néologisme réussi, un ! Cornichon c\'est kornichon ou konkonbrez bihan. Hélas comme la majorité des gens ne connaissent rien au breton ils n\'y voient que du feu et sont prêts à se soumettre bêtement au microcosme du breton hyper-correct et hyper-unificateur, centré sur le militantisme et incapable de s\'ouvrir sur d\'autres problématiques plus large.
Torreor, Arvorman, Louis Paul, allez donc sur le site du breton populaire, consultez l\'ALBB, adhérez à dastum, allez voir les anciens... mais de grâce ne prenez pas vos vessies pour des lanternes ! Le néo-breton vaut à la Bretagne ce qu\'a valu le remembrement de la fin des trente glorieuses, on pense s\'enrichir mais on épuise ! Bref, sauvons ce qui reste de nos talus !
Bez e vo tud evit reiñ an dislavar din, a zo mat ! C\'hoazh a zo, arabat ober FM ac\'hanon kar re zister e vije !
(0) 
Léon-Paul Creton
2011-11-30 22:28:31
Spastik Lullaby, Il est inutile de m’attribuer l’introduction dans un commentaire de ces deux « … combinaisons chimiques hasardeuses à la sauce «Preder», que sont : « c’hwervelled » et « prec’dan » ! Relisez les commentaires et voyez plutôt avec Torr Revr ; Ce que vous rajoutez en citant Nolwenn Korbel n’a donc pas lieu d’être là. Surtout en donnant le sentiment d’être en lien avec mon commentaire.
J'ai pu constater comme vous, que les deux mots que vous citez ne sont pas dans les dicos que j'ai pu consulter, après l'intervention de ...Torr Revr, qui est celui qui les a proposés.
J'ai pensé un instant le lui signaler, mais à quoi bon, je n'ai pas trouvé que cela valait d'encombrer les commentaires davantage.
Vous n’êtes pas le seul à m'appeler Louis, pourquoi Louis? Peut-être pensez-vous que je me trompe sur mon prénom ? C'est bien Léon et j'y tiens ! (;0)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.