Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Le projet de directive « services » est absolument inacceptable en l’état. L’UDB demande le respect des services publics et des droits des salariés.
L’Union démocratique bretonne (UDB) appelle à participer aux manifestations organisées le samedi 11 février, avant l’examen par le Parlement européen de la directive « services », longtemps appelée directive « Bolkestein » et qui vise à organiser la libre circulation des services dans les Etats de l’Union européenne.
Nil Caouissin pour UDB le 9/02/06 17:57

L’Union démocratique bretonne (UDB) appelle à participer aux manifestations organisées le samedi 11 février, avant l’examen par le Parlement européen de la directive « services », longtemps appelée directive « Bolkestein » et qui vise à organiser la libre circulation des services dans les Etats de l’Union européenne.

Cette directive a certes été remaniée depuis l’origine puisque le scandaleux principe du pays d’origine, qui aurait permis à un prestataire de fournir un service dans un autre État membre selon les règles de son pays d’origine, ne s’applique plus aux droits sociaux.

Elle demeure toutefois parfaitement inacceptable en l’état, puisque le principe du pays d’origine s’appliquerait encore aux règles administratives et commerciales, empêchant de fait un réel contrôle des entreprises détachant de la main-d’œuvre dans un autre Etat membre et rendant illusoire la lutte contre le dumping social.

Par ailleurs, la directive concerne toujours l’ensemble des prestations de service, à l’exception des fonctions régaliennes de l’Etat. Cela signifie concrètement que des activités relevant du service public (services sociaux, santé…) seraient soumises à la concurrence. Ce ne sont pas des bases acceptables pour la construction d’une véritable Europe sociale.

L’UDB souhaite que la construction européenne s’appuie sur un véritable socle social, protecteur des salariés, ce qui suppose une harmonisation progressive des droits du travail par le haut et le refus d’une concurrence basée sur le dumping social

Elle soutient donc les demandes exprimées notamment par les organisations syndicales : retrait pur et simple du principe du pays d’origine, adoption d’une directive cadre sur les services d’intérêt général qui doivent être exclus du champ d’application de la directive « services », mise en place de réels moyens de contrôle, qui doivent relever du pays d’accueil.

Ronan Divard Porte-parole de l’Union démocratique bretonne /Mouezh Unvaniezh Demokratel Breizh (contacts : ronan.divard [at] wanadoo.fr ; 02 98 07 01 32 ; 06 32 29 30 84)

Dominique Lehaut, Porte-parole délégué aux affaires sociales / E karg eus an aferioù sokial

(contacts : DL ehaut [at] wanadoo.fr; 02 96 37 18 90 ; 06 80 31 59 66)

UNION DEMOCRATIQUE BRETONNE – UNVANIEZH DEMOKRATEL BREIZH

BP 80 722 – 44007 NANTES / NAONED Cedex 01

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons