Le point BZH prendra bien son envol en 2014

-- Media et Internet --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 22/06/13 19:30 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Samedi 22 juin 2013, l'association PointBzh tenait son assemblée générale à Quimper et, après le survol de l'activité 2012, le président, David Lesvenan, a eu l'occasion de pointer les conséquences de la décision historique du 10 mai 2013 qui a vu l'ICANN (l'organisme technique mondial d'Internet) valider la création de l'extension de domaine Internet .bzh. (voir notre article)

Elle a eu un retentissement mondial et même des organes de presse presse asiatiques (Hong-Kong, Japon, Kazakhstan et bien d'autres) l'ont commentée. Cela confirme que l'extension .bzh s'adresse bien au monde, pour valoriser l'image de la Bretagne et de ses entreprises dans le monde, ainsi que pour permettre aux Bretons, où qu'ils soient, de se présenter avec une carte de visite déchiffrable immédiatement.

La victoire est l'aboutissement d'un long travail débuté en 2004, et l'un des tous premiers acteurs, Christian Ménard, ancien député du Finistère, ainsi que celle qui fut sa suppléante, la conseillère régionale, Françoise Louarn, étaient présents à l'assemblée générale.

Les 5 mois qui ont suivi le tirage au sort pour le traitement des dossiers (le .bzh a eu le numéro 204 sur 1530) ont été lourds pour ceux qui ont eu a remplir les questionnaires ardus de l'ICANN et à solliciter des réponses rapides du côté de la Région Bretagne, de l'AFNIC et des instances parisiennes, dont le Ministère des Affaires étrangères.

Il a été important de montrer aux interlocuteurs américains que l'on pouvait définir et prouver la réalité d'une communauté (au sens américain, plus large que le sens français) qui sera utilisatrice du .bzh. Le terme d'«attachement à la Bretagne et à la culture bretonne» a pu être rendu concret par des lettres de soutien émanant de toute la Bretagne et au-delà.

On peut imaginer qu'une firme japonaise présente en Bretagne demande un .bzh ou qu'un distributeur de produits bretons au Japon veuille l'utiliser. L'exemple et l'expérience des Catalans qui ont le .cat depuis 7 ans a été déterminante, tant pour l'idée que pour l'engagement du projet. Au final, l'ICANN a reconnu que le dossier breton était l'un des mieux présentés, en partie, grâce au groupe de conseil américain, KPMG.

Le président Lesvenan a expliqué que l'association doit passer du stade de la communauté militante à celle de gestionnaire de registre Internet, ce qui signifie exercer une activité commerciale, embaucher du personnel et avoir un local de travail. Elle aura toujours un but non lucratif.

Les engagements financiers de la Région Bretagne pour prêter de l'argent, sous forme d'avances remboursables, afin d'accompagner la montée en puissance, ont été aussi des éléments de réussite du projet.

La plateforme technique Internet sera fournie par l'AFNIC qui y mettra toutes les extensions géographiques françaises nouvelles (5 villes et régions) , ainsi que celles qui sont espérées (Alsace, Aquitaine, Corse). Les feux verts techniques sont attendus au début de 2014 et c'est donc dans les mois suivants que beaucoup d'entreprises, d'associations et de particuliers pourront arborer fièrement un nom de domaine, d'abord pour les mails, puis, pour les sites Internet. (voir notre article)

A partir de cette année là, la cotisation annuelle est fixée à 10 ¤.

Association PointBzh : (voir le site)

L'AFNIC est le gestionnaire du registre Internet français.

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1116 lectures.
mailbox imprimer