Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Carte ethnique du Kosovo en 2005 : des mouvements d'épuration ethnique ayant eu lieu dans les deux camps  les serbes sont aujourd'hui groupés dans les trois districts du nord.
Carte ethnique du Kosovo en 2005 : des mouvements d'épuration ethnique ayant eu lieu dans les deux camps les serbes sont aujourd'hui groupés dans les trois districts du nord.
- Article -
Le plan B de la Serbie pour dissoudre le Kosovo
Un conflit frontalier entre Serbes et Kosovars vient juste d'être désamorcé par la Commission européenne. La Serbie prépare un plan B pour reconquérir les Serbes du Kosovo, qui commencent à
Louis-Benoît Greffe pour ABP le 17/12/11 0:57

Un conflit frontalier entre Serbes et Kosovars vient juste d'être désamorcé par la Commission européenne. La Serbie prépare un plan B pour reconquérir les Serbes du Kosovo, qui commencent à désespérer de leur pays (voir le site) .

Le gouvernement serbe essaie donc, via ses relais politiques au nord du Kosovo, d'encourager la décentralisation ethnique et administrative au Kosovo, (voir le site) sur le modèle de la Bosnie Herzégovine toute proche, divisée en entités serbe et croato-musulmane, afin de créer au nord du Kosovo une entité serbe qu'elle pourra par la suite ré-annexer de facto ou de droit. Cette partition à long terme pourrait donc se faire selon un scénario qui n'est pas sans rappeler les événements en Belgique et qui permettrait de satisfaire le fort nationalisme serbe tout en répondant favorablement aux efforts exigés par l'Europe et les États-Unis.

En effet, la Serbie ne peut s'opposer aux conditions fixées par l'Europe pour son intégration, qui lui est présentée comme nécessaire pour rompre son isolement, notamment économique, bien que la crise et l'incapacité des dirigeants européens à s'accorder rapidement pour reprendre l'initiative sur les marchés, tempère l'enthousiasme forcé des actuels dirigeants serbes.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2309 lectures.
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Voir tous les articles de de Louis-Benoît Greffe
Vos 17 commentaires
paotr arrepublik Le Samedi 17 décembre 2011 01:42
la situation est beaucoup plus complexe au Kosovo, ce ne sont pas les gentils albanais contre les méchant serbes comme le laisse supposer notre interlocuteur...
Rappelons que le Kosovo, plateforme mafieuse avait un statut autonome dans la Yougoslavie d'avant Milosevic comme la voivodine. Et dès lors que nous avons reconnu son indépendance, pourquoi refuser l'indépendance des ossètes et des abkhazes voire de la transnistrie. Il aurait été plus judicieux de garder un statut autonome dans une serbie débarassée de Milosevic. Maintenant, qu'avons aux portes de l'Europe ? La capitale des réseaux albanais de prostitutions et de drogue
merci l'europe
(0) 

Bertrand Deléon Le Samedi 17 décembre 2011 11:34
Le Kosovo est serbe, il l'a toujours été et le sera toujours.
(0) 

Louis Le Bras Le Dimanche 18 décembre 2011 09:52
"Rappelons que le Kosovo, plateforme mafieuse avait un statut autonome dans la Yougoslavie d'avant Milosevic comme la voivodine."
Mais que reste t-il de l'autonomie de la Voivodine ?? Que pensent les hongrois de la perte de leur autonomie et de la colonisation serbe ? A oui, ils ne sont pas que 10 %, ils n'ont plus le droit d'exister...
Ce sujet est complexe, je n'ai pas d'avis tranché sur la question, à part que je crois que le retour à la Serbie est devenu impossible.
La question est plutôt celle de la viabilité de cet Etat kosovar...un rattachement à l'Albanie ne serait-il pas une solution, en quelques cantons serbes reviendraient à la Serbie (il y a également un canton à majorité albanaise dans l'actuelle Serbie sans le Kosovo).
La République serbe de Bosnie devrait avoir le droit de se rattacher à la Serbie également, soyons cohérent, dans une Serbie fortement décentralisée (Bosnie serbe, Voivodine multiethnique, région de Novi Pazar etc).
Quant à la Macédoine, n'étant pas un pays crée pour une ethnie en particulier (c'est un morceau d'une vieille entité historique), on peut imaginer un Etat fédéral fondé sur un système de cantons, comme en Suisse... concernant le nom du pays "Macédoine du Nord" serait approprié...n'en déplaise aux grecs.
(0) 

MALIGORN Nikolaz Le Dimanche 18 décembre 2011 10:47
oui et le lien avec notre pays ?
(0) 

Lors H Le Dimanche 18 décembre 2011 11:59
Le Kosovo est aux Serbes ce que la Loire atlantique est aux Bretons le parallèle je l'ai fait il y a longtemps.
Ce qui est arrivé la bas est en train de se produire ici aujourd'hui il suffit de regarder le reportage 'Le kosovo volé' fait par la tv tchèque, pas besoin d'avoir de boule de cristal pour voir l'avenir des Bretons en Pays Nantais.
Je souhaite aux Serbes qui sont les vrais Kosovars de se rattacher à leur vrai pays la Serbie, que le mensonge cesse que la verité éclate à la face du monde et surtout en cette fin d'année un Joyeux Noel, Nedeleg Laouenn, Срећан Божић.
(0) 

le_serbe Le Dimanche 18 décembre 2011 12:31
pour info le nord kosovo est historiquement en serbie centrale... C Tito qui le ratache au kosovo dans les annee 60.
Autre info amusante dans les annee 20 lorsque la grece et la turquie echangaient leur population il a ete propose par ataturk au roi de yougoslavie (un serbe) de recupere en turquie tout les musulmans de bosnie et du kosovo, le roi a refuse pour lui il ete des citoyens yougoslave. On imagine toute les souffrance evite si il aurait dit oui.
(0) 

lukian Le Hir Le Dimanche 18 décembre 2011 17:03
Il semblerait que le Kosovo ait d'abord été serbes mais que les Ottomans ont favorisé la venu d'albanais a condition qu'ils se convertissent a l'islam. De facto , peu à peu des albanais ont chassé les serbes. Ensuite les nazis ont viré encore des serbes que les communistes ont par la suite empeché de revenir.....
(0) 

MALIGORN Nikolaz Le Dimanche 18 décembre 2011 18:00
Désolé mais pour ma part je ne fais pas le lien avec la Bretagne. Cet article n\'a rien à faire sur ce site consacré à la Bretagne.
(0) 

Lors H Le Dimanche 18 décembre 2011 20:13
Vous ne faites pas le lien!
Hé bien le lien c'est le changement de population tout simplement.
(0) 

Jak le Dreuzic Le Lundi 19 décembre 2011 01:51
@ maligorn : heureusement, ce n'est pas à vous de décider quels articles sont à leur place sur ABP et lesquels autres, non. Allez-vous faire la leçon à Libé ou au Figaro sur leur ligne éditoriale ou le choix des sujets de leur page "Politique française"? Non, bon.
Les liens, y en a deux. Celui expliqué ci-dessus, je n'y reviens pas, et le fait qu'ABP avait anciennement une rubrique "Minorités Européennes", qui est devenue "Europe". Or, les Serbes du Kosovo sont une minorité au sein du Kosovo et le Kosovo une ex-minorité au sein de la Serbie. Je vous vois venir : est-ce qu'il y aura un jour un article si le Trentin et le Haut-Adige italiens se déclarent indépendants pour rejoindre un pays germanique quelconque? Oui, pourquoi pas. Il n'y a pas que la Bretagne pemp-départementaliste sur ABP.
(0) 

vallerie yann Le Lundi 19 décembre 2011 11:11
"La situation des serbes du kosovo n'est pas qu'ethnique. Elle est également religieuse. Le Kosovo est le berceau historique de la Serbie Orthodoxe. Les kosovars musulmans ont été mis en place au pouvoir avec l'appui des américains et des français d'ailleurs (qui ont trahi un peuple avec lequel ils étaient amis depuis fort longtemps)
Le 1er ministre du Kosovo était, il faut le rappeler, selon un rapport de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, à la tête du groupe criminel de Drenica, coupable notamment de trafic d'organes prélevés sur des prisonniers, principalement serbes, entre 1998 et 2000.
Aujourd'hui, les églises orthodoxes sont détruites pendant que des mosquées se construisent
Aujourd'hui, les serbes sont à la merci de ces nouveaux "colons".
Le peu de solidarité des européens vis à vis de leurs homologues serbes est symbolique de la situation globale : aujourd'hui, l'islam est aux portes de l'Europe et les peuples ont manifestement décidé (pour l'instant) de se laisser mourir.
KOSOVO JE SRBJA !"
(0) 

Lors H Le Lundi 19 décembre 2011 12:09
Exactement Louis.
D’ailleurs il faut que certain arrête de classer les peuples.
Les Basques, Palestiniens aurait le droit qu'on parle d'eux et bien les autres aussi!
Tous les peuples doivent avoir le droit qu'on s'y intéresse et doivent avoir le droit de passer sur l'abp avec un point de vue Breton pour plus d'ouverture en suscitant le débat et non pas celui de la tv francaise qui nous dit quoi penser.
(0) 

Mikael Bodlore-Penlaez Le Lundi 19 décembre 2011 17:45
Le Kosovo a obtenu son indépendance de manière exemplaire. En effet, majoritairement peuplés d'Albanais, cette indépendance va dans le droit chemin du droit des peuples à l'autodétermination. Peut-on aujourd'hui, dans le cadre d'une Europe de plus en plus fédérale, refuser à un peuple son indépendance ou une plus grande autonomie ? La question vaut autant pour les Albanais, que pour les Serbes du Kosovo, les Flamands ou les Bretons.
En effet, la situation des Serbes du Kosovo n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Ce n'est pas un peuple vaincu, comme certains le laissent à penser parfois mais une minorité au sein de ce nouvel Etat. Ce que demandent les Serbes en souhaitant favoriser un régime confédéral n'est pas dénué de sens. Cela permettrait à la population serbe du nord du Kosovo de disposer de droits qui leurs est aujourd'hui difficile d'obtenir alors qu'ils représentent aujourd'hui la principale minorité du pays.
Parler de ré-annexion me semble toutefois maladroit. Si cette partie du Kosovo venait à réintégrer la Serbie, cela se ferait certainement lors d'une consultation de la population que les Serbes sont en droit de demander.
En tout état de cause, le droit des peuples à l'autodétermination reconnu au niveau international (ONU) ne se résume pas à une simple question "ethnique", mais est un subtile mélange entre situation politique, historique, linguistique, religieuse.
Mikael Bodlore-Penlaez
Auteur de l'Atlas des Nations sans Etat en Europe (éd. Yoran Embanner)
(0) 

paotr arrepublik Le Lundi 19 décembre 2011 19:51
avec ce Kosovo, on a ouvert la boite de Pandore... Demain, nos amis russes avec peut-être le soutien technique des mistrals construits en Bretagne pourront aussi de manière exemplaire intervenir en lettonie car la minorité russe, au statut de non-citoyens pourra légitimement demander un droit à l'autodétermination...
et quand on voit que le premier ministre kosovar est mouillé dans une histoire de trafics d'organes... j'ai du mal à voir l’exemplarité kosovare...
les bretons sont quelques fois singulièrement naïfs en matière de géopolitique des peuples "minorisés"..
(0) 

Bébert Le Nantais Le Vendredi 30 décembre 2011 15:59
Bravo à Mikaël Bodlore-Penlaez pour sa réponse pacifique et démocratique, heureux contraste avec les réactions pleines du droit définitif des états constitués sur leurs populations.
(0) 

Louis Le Bars Le Samedi 31 décembre 2011 19:31
Pour ma part, je ne vois pas de similarité avec la Bretagne sur cette question.
Le Kosovo n'est pas un ancien pays. Il n'existe pas une langue ou un peuple kosovar identifié et identifiable historiquement.
Il n'y a pas de limites historiques du Kosovo, hormis celles d'une province yougoslave serbe de 1945 (limites fixées par Tito) devenue pleinement autonome en 1974, mais n'ayant pas le statut de République (c'est à dire sans le droit constitutionnel yougoslave de sécession).
Ce qui gêne dans cette Affaire kosovare :
1. Le Kosovo n'était pas une République yougoslave. Or, tous les pays occidentaux, en particulier l'Allemagne et les USA se sont empressés de reconnaitre, voire de favoriser, l'indépendance des ex-républiques yougoslaves (notamment la Bosnie-et-Herzégovine et le Monténégro) dans leurs limites yougoslaves parce qu'elles étaient des Républiques.
C'était une justification légaliste.
Si l'on suit la même logique, il ne faudrait donc pas donner l'indépendance au Kosovo, partie de la République yougoslave de Serbie.
2. Le Kosovo est actuellement un Etat fantoche, avec un drapeau fantoche, un hymne fantoche ("Europe"), et est occupé.
Ce n'est pas un Etat, mais un Protectorat.
Le Kosovo est une République bananière de type africaine. C'est un jouet de l'OTAN à quelques encablures du Moyen-Orient et de la Russie.
Tous les albanais brandissent spontanément des drapeaux albanais, et vous avez un un Etat qui utilise un logo avec une carte sur fond bleu et des petites étoiles...c'est un mélange caricatural des logos de l'ONU, de l'OTAN et de l'UE... cela en dit long je trouve sur le coté "autodétermination" et l'indépendance de ce territoire !
C'est une farce...
3. Il n'existe pas de peuple kosovar ou de langue kosovar.
Il s'agit en réalité, et depuis le départ, d'un problème de frontière entre Serbie et Albanie. Tito pensait d'ailleurs rattacher les territoires albanophones à l'Albanie avant de se distancer de Staline (l'Albanie quant à elle est restée dans l'orbite soviétique). Ce qui a rendu le projet caduque.
Les albanais ont été victimes au XIX ème siècle des grandes puissances qui ont systématiquement favorisés les serbes et les grecs pour des raisons religieuses. Les albanais ne sont pourtant pas tous musulmans, et ne sont pas turcs. C'est un pays pluri-confessionnel.
Les albanais étaient déjà majoritaires dans cette zone (mais plutôt à 60-70 % qu'à 90 %) avant la création d'un Etat serbe moderne ou de la Yougoslavie.
4. Et les albanais de Macédoine ? Et ceux de quelques communes limitrophes en Serbie ?
5. La République Srpska (51 % du territoire de Bosnie-et-Herzégovine, environ 35 % de la population) n'a pas le droit de faire sécession. Mais elle n'a pas le droit non plus de prendre part aux décisions ou de représenter la Bosnie-et-Herzégovine à l'étranger. Nous sommes dans un déni de Démocratie évident, deux poids, deux mesures.
Nous avons affaire a des règlements de comptes historiques par certains grands pays dans cette région (notamment l'Allemagne et l'Autriche via l'UE). Les frontières que l\'on nous dessine ressemble de plus en plus à celles du Congrès de Berlin de la fin de XIX ème siècle, avec le morcellement en +. Il ne manque plus que le corridor du Sandjak de Novi-Pazar séparant le Monténégro et la Serbie, et le tour est joué.
Ils vont finir de faire du peuple serbe une victime, ce qui est un comble !
6. Et la Voivodine ?? Elle avait le même statut que le Kosovo à l'époque yougoslave.
Les magyars de Voivodine ont notamment connus une répression serbe dans les années 90, beaucoup ont fuit en Hongrie. Le parlement a été supprimé, le droit des minorités brimé...de plus de nombreux serbes fuyant la Croatie et le Kosovo se sont installés en Voivodine, réduisant le poids des magyars dans cette province. La Voivodine a une existence historique plus affirmée que le Kosovo.
7. Il n'y a en réalité plus tellement de désaccord majeurs entre albanais et serbes pour redéfinir la frontière, par la restitution à la Serbie des 3 communes du Nord-Kosovo à majorité serbe (+ une partie de Kosovska Mitrovica), en échange de l'abandon définitif des territoires albanophones par la Serbie...le seul point de litige serait à la rigueur Presevo, commune de Serbie (hors Kosovo), frontalière actuellement de la Macédoine et du Kosovo, et qui est à majorité albanophone.
C'est les USA, l'Allemagne et la France qui font barrage actuellement sur un tel accord, en arguant d'arguments "légalistes" pas tellement audibles au vue du contexte historique...
tout ceci me rappelle des Traités de type Versailles ou Saint-Germain-en-Laye, où la liberté des peuples à disposer d'eux mêmes n'était pas la même pour tous les peuples...
8. Je ne suis pas sur place mais je pense qu'une solution cohérente aurait été de prévoir à terme, en cas de démocratisation de la Serbie,de respect de l'autonomie et de la multi-cultarilité de la Voivodine, de projet d'intégration européenne, un référendum à terme au Kosovo proposant soit :
- l'autonomie du Kosovo (dans ses limites actuelles) au sein d\'une fédération de Serbie (avec la Voivodine, et éventuellement, la création d\'autres régions fédérées)
- une séparation totale prévoyant une redéfinition des limites du Kosovo entre territoires à majorité albanophones et communes à majorité serbes du Kosovo et de Serbie proprement dite, avec la possibilité d'un rattachement par référendum à l'Albanie (si accord de l'Albanie).
La proclamation d'indépendance a été précipitée. Et cela n'a pas permis au Kosovo de sortir de son isolement.
9. Au final, il me parait de plus en plus évident que le départ de l'OTAN de cette région n'est pas possible avant très, très longtemps, voire jamais. On peut finalement se demander si ce n'est pas le but.
L'éclatement en micro-états permet d'éviter des guerres de grandes ampleurs.
Mais la question des frontières et de la stabilité n'est en réalité pas du tout réglée, des mini-Yougoslavie ont été instaurées par les USA, l'UE et l'OTAN...
ce qui permet de légitimer le maintien de forces de l'OTAN dans la région (proche du Moyen-Orient, de la sphère d'influence de la Russie...). Le but de l'opération ??
(0) 

per lemoine Le Mardi 6 mars 2012 20:26
Comme ancien ami , très proche ,pendant 40 ans , du Président du Kossovo en exil aux USA et bien des fois nous fûmes même photographiés ensemble lors des Congrès de l'UFCE , je pense que le Kosovo est une minorité d'Europe , comme la Bretagne . La France est responsable , totalement , des multiples assassinats au Kossovo , par dizaines de milliers ,sinon par centaines ( comme dans les pays d'Afrique ) car je fus demandé comme médiateur par l'Ambassadeur d'Albanie et il lui a été répondu par la diplomatie française que je ne pouvais intervenir car je n'étais rien " pour la France " seulement le Président d'une ONG . Monsieur Juppé comme ses prédécesseurs sont tout simplement des criminels , et à mon vieil âge je ne risque rien à le confirmer car je suis amorti .
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons