Le pianiste Yann Crépin sort un nouvel album : L’Éveil

-- Musique --

Musique de Philippe Argouarch

Publié le 16/11/21 18:38 -- mis à jour le 17/11/21 09:06
53851_1.jpg
L’éveil

La Bretagne attire les photographes et les peintres par sa lumière, elle attire aussi les musiciens et tout spécialement les pianistes par ses sons : le bercement du ressac et les ronflements de ses tempêtes. La combinaison de ces deux dons de la nature qui façonnent l’identité bretonne au fil des marées fait de la vieille terre d’Armorique, un territoire unique qui favorise l’imagination des artistes et des créateurs de tout poil. Les horizons comme les ressacs sont des émotions.

Oui, la Bretagne est aussi une terre de pianistes comme Didier Squiban, mais aussi comme Yann Crépin qui sort déjà son troisième album. Après La déclaration, Mise à Nu voici L’Éveil sorti ce mois-ci. 16 nouvelles compositions toutes aussi belles les unes que les autres.

Le pianiste solo fouesnantais est toujours aussi aérien et ce n’est pas un hasard si il s’est associé avec le photographe Mathieu Rivrin pour les photos de ce magnifique album - les deux étant les meilleurs dans leur secteur-. Ils sont liés intimement par le littoral, ce dernier espace de liberté, ce dernier espace où la nature, sans cesse renouvelée, ne peut être domptée ni détruite.

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.