Le Parti des Travailleurs débouté de sa plainte en diffamation contre Philippe Argouarch et Damien Perrotin
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 30/09/08 11:58 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Rennes— Suite à un article du 8 décembre 2007, signé de Damien Perrotin (candidat UDB aux municipales), et intitulé « Folklore libre-penseur à Pontivy » ( voir l'article ), le Parti des Travailleurs et son président Daniel Gluckstein avaient porté plainte à la fois contre Damien Perrotin (demandant 20 000 euros pour diffamation) et contre Philippe Argouarch, directeur de la publication Agence Bretagne Presse (demandant 10 000 euros pour la même raison).

Soutenus par Skoazell Vreizh, une association humanitaire (voir le site) et brillamment défendus par Me Yann Choucq lors de l'audience qui s'est tenue à la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Grande Instance de Paris, Philippe Argouarch et Damien Perrotin ont fait front à une attaque qui semblait politique et juridiquement pas trés solide vu ce qui est autorisé dans le débat politique quotidien . De son coté, le Parti des Travailleurs s'est dissout le 15 juin 2008, réduisant de fait la plainte à celle de M. Gluckstein.

La Cour s'est prononcée le 26 septembre : Les charges de diffamations ont été rejetées.

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2666 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.