Le PARTI BRETON s’engage aux côtés de Bruno Chavanat à Rennes

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Sébastien Girard

Publié le 20/12/13 0:17 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
32396_1.jpg

Le Parti Breton a décidé de participer à la liste « Osons Rennes » menée par Bruno Chavanat aux élections municipales de Rennes. Aux côtés d'Yves Pelle et de Sébastien Girard, conseiller municipal sortant de Saint Jacques-de-La-Lande, plusieurs membres de la fédération du pays de Rennes rejoindront la liste de Bruno Chavanat avec la volonté de tout faire pour assurer son succès.

Après 37 ans de gestion socialiste, il est temps d'assurer une véritable respiration démocratique dans une ville livrée à une gestion dispendieuse et bureaucratique. Avec Bruno Chavanat, nous avons trouvé une oreille attentive aux problématiques bretonnes : réunification, coopération Rennes-Nantes, développement de la culture bretonne. Toutes ces idées, qui recentrent Rennes sur son territoire, sont rejetées avec mépris par le maire actuel et son successeur désigné, la députée Nathalie Appéré. Totalement intégrés à la technocratie socialiste parisienne ils ont même traité avec la plus grande morgue, lors d'une séance du Conseil municipal, le mouvement populaire des Bonnets Rouges.

Une nouvelle gouvernance plus démocratique est nécessaire, face aux logiques d'un appareil socialiste qui décide de tout avec seulement un simulacre de concertation. Une gestion moins dispendieuse, mettant fin aux projets grandioses inutiles, doit permettre de revenir à une pression fiscale plus supportable pour une population asphyxiée par des hausses répétitives des différents impôts. Une meilleure intégration dans le territoire breton, rejetant les logiques artificielles du Grand Ouest, doit donner à Rennes un rôle véritablement moteur aux côtés de Nantes.

Dans tous les domaines il faut rompre avec une gestion routinière et poser les problèmes sans tabous. Seule une équipe nouvelle avec une vision nouvelle peut répondre aux défis actuels de notre ville.

Sébastien Girard

Secrétaire à la communication extérieure

mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 13 commentaires
Thierry Jamet
Vendredi 20 décembre 2013

Mais personne ne sait en dehors de Rennes qui est ce monsieur Chavanat dont vous parlez avec tant de flamme...

Yves-Alain LE GOFF
Vendredi 20 décembre 2013

Quel que soit le degré de sincérité de Bruno Chavanat quant à la réunification de la Bretagne, l'UDI n'est-elle pas, au niveau national comme la grande majorité des partis français, favorable à un Grand-Ouest qui signifiera la mort de la Bretagne ?

Sebgi35
Vendredi 20 décembre 2013

Bien sûr la grande majorité des partis français sont favorables au grand ouest mais ce qui est important c'est d'avoir en Bretagne des alliés dans les grandes villes en particulier permettant de sortir de notre ghetto et qui s' engagent pour la réunification et agissent
dans la cadre de la coopération Rennes Nantes, qui suppriment le pole métropolitain créé par Delaveau. En bref que Rennes agisse en moteur dans une coopération Rennes Nantes Brest et également avec les villes
moyennes en Bretagne, faire une véritable politique territoriale pour les bretons et les bretonnes.

SPERED DIEUB
Vendredi 20 décembre 2013

Un des dirigeants historique de ce parti est à l'origine de l'écotaxe ,mais je ne suis pas surpris car depuis un moment le parti breton n'a pas une position équilibrée vis à vis de la classe politique française il accorde des circonstances atténuantes et a du mal a dissimuler sa compassion vis à vis des partis de droite français surtout les libéraux alors qu'ils ont autant de responsabilité dans nos malheurs que la gauche ,pour exemple les derniers communiqués mettent uniquement en cause le pouvoir socialiste ,alors qu'au niveau breton mis à par Le Fur et quelques autres l'ump bretonne aussi jacobine insiste bien plus que le PS pour la réalisation de la couteuse et improductive LGV

julien
Vendredi 20 décembre 2013

Je n'ai même pas trouvé une seule mention de la Bretagne sur son site. Encore moins sur les problématiques de culture, développement économique, langue ou réunification.

Sebgi35
Vendredi 20 décembre 2013

Le Parti Breton a une position claire vis à vis des partis nationaux français. La question est de savoir si on peut discuter des enjeux actuelles en Bretagne ou non ? Avec Bruno Chavanat c'est oui. Rennes actuellement tourne le dos à son hinterland et ne profite pas de sa position géographique pour développer le reste de la Bretagne. La majorité socialiste à Rennes contribue à appauvrir le reste de la Bretagne en se tournant vers Paris.C'est la même chose pour la Région Bretagne avec la LGV alors que l'on pouvait investir dans une liaison Rennes Nantes qui favoriserait les échanges et donc nous mettrait en position favorable pour la réunification. Concernant son site, c'est un site généraliste qui a été créé avant que nous annoncions notre participation avec lui. Le programme politique qui est en cours d'écriture fera une large part à la réunification, langue bretonne à Rennes, développement économique, culture bretonne.

Aleksandr Ar Drogon
Vendredi 20 décembre 2013

Une alliance aurait pu être faite avec "Europa Breizh" et sa candidate pour Rennes, Caroline Ollivro..
Tant que nous n'unirons pas nos forces bretonnes et quelque soit nos sensibilités, la France jacobine se jouera de nous en pratiquant la technique du "diviser pour mieux régner"....

Sebgi35
Vendredi 20 décembre 2013

SPERED DIEUB vous ne lisez pas tous nos communiqués, nous condamnons autant l'UMP dans certain cas que le PS. pour Rennes, il y a une situation locale particulière. Je vous invite à venir voir comment est géré la ville par les socialistes depuis 37 ans. Aujourd'hui dans Ouest France il y avait la présentation des premiers noms de la liste socialiste, aucune personne de la société civile, beaucoup d'attaché parlementaire qui ont fait carrière à Paris dans les ministères ou à l'UNEF et qui n'ont jamais travaillé de leur vie. La liste à laquelle nous collaborons est représenté par la base, un questionnaire a été distribué il y a quelques mois dans le but de redonner la parole aux rennais, un livre a été sorti et maintenant nous construisons le programme politique qui sera dévoilé en janvier.

SPERED DIEUB
Vendredi 20 décembre 2013

Il me semble évident que pour des élections locales un parti breton soit amené à des alliances avec divers représentants des partis hexagonaux dans ce cas il ne faut pas faire ce reproche à l'udb non plus ,mais malgré la déception qu'engendre le pouvoir socialiste français certains membres de ce dernier conservent tout comme d'autres au centre ou à droite une sensibilité bretonne alors faut t-il les rejeter dans le camp jacobin ??? ou les amener à renforcer leurs convictions bretonnes,pour contrer l'influences qu'elles subissent de la part du pouvoir parisien parfois la diplomatie et la pédagogie sont plus efficaces que la critique systématique l'"intolérance et l'arrogance vis à vis de personnes qui un peu malgré elles pourraient dans une société de plus en plus urbaine qui se débretonnise s'éloigner de notre cause vu que elles ont aussi de multiples sollicitations par ailleurs
En ce qui concerne le pacte d'avenir malgré qu'il nous est imposé il contient des éléments positifs et une apparente volonté régionaliste je n'y crois pas, seulement le mouvement breton devrait jouer le jeu créer un comité de vigilance pour veiller à son application en ce qui concerne la dévolution ,c'est la meilleure méthode pour piéger le pouvoir car de part ses promesses qu'il ne voudrait même pas mettre en application il a employé la méthode bien connue de l'effet d'annonce pour tenter d'éteindre l'incendie en spéculant sur l'essoufflement de la fronde des bonnets rouges et son atomisation pour que ensuite tout soit oublié et que la Bretagne continue à mourir tranquillement mais surement ,voilà pourquoi il faudrait prendre le pouvoir au mot et s'il ne tient pas ses promesses le monde constatera que nous sommes des gens de bonne foi qui auront été trahis une fois de plus mais on peut espérez que pour une fois le jacobinisme serait au pied du mur dans une hypothèse plus heureuse

Yann Pennkalet
Vendredi 20 décembre 2013

"La question est de savoir si on peut discuter des enjeux actuels en Bretagne ou non".
Quand un parti français n’a pas le pouvoir localement, en effet il “discute des enjeux actuels de la Bretagne” et se montre d’ailleurs très ouvert sur les questions qui pourront lui attirer des voix supplémentaires, sans trop de risque pour ce qui est des engagements, sur la décentralisation, la réunification, l’officialisation de la langue bretonne hag all, hag all ...
C'est ce qu'a fait le PS , et c’est le discours que nous tient l’UDB depuis 30 ans au moins, sauf qu’une fois élus, les partis français n’ont que faire de la Bretagne. Aujourd’hui les Bretons ont suffisamment de recul pour pouvoir juger et il faut arrêter de les prendre pour des imbéciles : Cette stratégie a complètement échoué et le Parti Breton est en train de faire avec la droite française ce que l’UDB a fait avec la gauche. Sachant que l’UDB, après avoir vu le PS à l’oeuvre continue à le soutenir contre toute logique, on devine évidemment qu'une fois les élus en place, le poste prime avant les intérêts de la Bretagne.
Non, franchement, ce modèle n’a plus aucune crédibilité et heureusement que d’autres perspectives sont en train de se dessiner.

Sebgi35
Samedi 21 décembre 2013

Yann Pennkalet, je ne suis pas d'accord avec vous car nous avons pour les élections municipales de 2014 des listes autonomes et nous ne signons un accord national comme l'UDB sur l'ensemble de la Bretagne, c'est au cas par cas que cela se règle et en fonction de rapport humain.A Vannes, ou dans des petites communes de Bretagne comme Evran ou ce que nous avons fait à Nantes en montant une liste et nous avons été rejoins par l'AEI et le centre. Une stratégie politique doit être différencié pour les élections locales et en ce concerne les élections européennes et régionales, nous partirons avec les forces constituées lors de ces élections locales car pour réussir lors de ces élections il faut le plus grand nombre d'élus possible.

SPERED DIEUB
Samedi 21 décembre 2013

Finalement je comprenais votre démarche jusqu'à ce moment ou j'ai appris la présence d'une liste bretonne à ces municipales elle menée par Caroline Ollivro dirigeante du nouveau parti breton Breizh europa n'avez vous pas tenté une entente de ce coté là ??? cela aurait été beaucoup plus cohérent car une fois de plus il va y avoir un affrontement fratricide semant la confusion dans l'électorat breton potentiel tout en faisant un cadeau inespéré aux adversaires de la cause bretonne
(voir le site)

Sebgi35
Samedi 21 décembre 2013

Au départ nous étions en discussion avec cette liste qui aurait eu une chance si Caroline avait négocié avec l'Alliance Citoyenne ex Modem à la mairie de Rennes et qu'elle n'avait pas quitté le Parti Breton pour créer son propre mouvement qui est un Parti Breton Bis. Elle n'a pas voulu négocier avec eux, partant de ce constat sa liste a peu de chance d'aboutir. Je pense qu'il aurait du se préoccuper de leur liste plutôt que de fonder un autre mouvement politique.

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.