Le Parti Breton dit non au référendum sur la réunification de la Bretagne

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Sébastien Girard

Publié le 4/07/14 12:44 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
34551_1.jpg

Le Parti Breton/Strollad Breizh est opposé à l'organisation d'un référendum sur le rattachement de la Loire-Atlantique. La Bretagne est Bretagne de Nantes à Brest et de Clisson à St Malo. Toute partition de son territoire de la part des partis politiques français, depuis Pétain et les nazis en passant par les partis politiques de droite et maintenant le PS, démontre la volonté farouche de l'Etat français de la faire disparaître.

Le débat ouvert à l'occasion de la réforme territoriale a encore permis à certains élus, de gauche comme de droite, d'exprimer clairement leur hostilité à l'encontre de la Bretagne, qui leur semble un danger pour l'unité de la France. Les renoncements, traitrises récents de nombre d'élus bretons du parti socialiste démontrent bien la force des instances parisiennes sur ce sujet. Comment ferions-nous confiance à ces mêmes élus et à leurs collaborateurs pour organiser un référendum ? Comment les dés ne seraient-ils pas pipés ? Demande-t-on aux Parisiens à quelle région ils veulent se rattacher ?

Les derniers sondages montrent qu'aujourd'hui encore une grande majorité des Bretons, dont les habitants de Loire-Atlantique, souhaitent retrouver leur pays uni. Ils se sentent plus forts ensemble pour affronter la situation et l'avenir économique difficile dont sont responsables les partis au pouvoir. Ils comprennent que seules les régions à forte identité peuvent promouvoir leur économie dans le système mondialisé actuel.

Les Bretons doivent comprendre que seule la victoire de partis politiques bretons aux prochaines élections, notamment régionales, pourra leur éviter la DISPARITION DEFINITIVE de la Bretagne.

Le bureau politique du Parti Breton

mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 27 commentaires
Yannig Pennkalet
Vendredi 4 juillet 2014

Complètement d'accord avec vous. Il est naïf de penser que le « oui à la réunification» puisse l'emporter dans une consultation organisée par les Jacobins.
J'avais réagi dans ce sens à un communiqué récent de 44 = BZH réclamant un référendum, malheureusement censuré, je veux dire non publié….

Yannig
Vendredi 4 juillet 2014

Pour séparer le Pays Nantais de la Bretagne, personne ne s'est embarassé d'un référendum. C'estdonc de la même manière que la réunification doit s'effectuer!

Louis Le Bars
Vendredi 4 juillet 2014

Je comprends parfaitement le message du Parti Breton, nous sommes nombreux à avoir les mêmes interrogations ou inquiétudes, mais le référendum est la seule hypothèse viable et réaliste. Viable car compte tenu du passé récent et de l'évolution démographique importante de la Loire-Atlantique un rattachement d'office dans une Bretagne aux contours historiques reconstitués pourraient susciter un rejet et une délégitimation. Mais surtout en réalité c'est le seul moyen de parvenir à la réunification.
Par ailleurs le référendum renforcerait la dimension démocratique des débats, ce qui est un élément ESSENTIEL de dynamisation de la vie politique en Bretagne et en France. Si un référendum est organisé sur la réunification, un Grand-Ouest ne pourra plus être imposé sans l'avis des bretons.
En Ecosse les écossais votent pour un parti souverainiste, mais l'indépendance ou non de celle-ci ne peut être accordée que par un référendum indiscutable et non par des arrangements d'appareils politiques.

SPERED DIEUB
Vendredi 4 juillet 2014

Les Bretons doivent comprendre que seule la victoire de partis politiques bretons aux prochaines élections, notamment régionales, pourra leur éviter la DISPARITION DEFINITIVE de la Bretagne.
Oui mais seulement il n'y a qu'une minorité, pour certains déjà plus ou moins convertis, qui entend ce message qui revient en permanence Vous prêchez dans le désert ,vous rendez vous compte ??? Pour que votre parole soit entendue il vous faudrait changer de stratégie médiatique ,parlez en direction du grand public Troadec est vraiment le seul jusqu'ici qui a réussi à donner un peu pignon sur rue aux thématiques bretonnes ,beaucoup l'approuvent d'autres moins c'est çà la démocratie
La France depuis l'ancien régime a tenté de soustraire le pays nantais à la Bretagne ,le décret de Vichy n'est pas tombé du ciel (Clémentel Daladier en étaient les précurseurs) ,quand à Pétain pas grand chose à voir là dedans . Guichard hier , Ayrault, Auxiette et d'autres maintenant ne font que perpétuer cette obstination historique basée sur la crainte de la renaissance de la Bretagne
Le référendum oui, là vous avez osez à juste titre soulever un gros problème sujet à débat particulièrement sur ce site

Iffig Cochevelou
Vendredi 4 juillet 2014

@ SPERED DIEUB
Pour cela il faudrait que tous les sympathisants de la cause bretonne comprennent qu'il n'y a pas d'autre choix que de gagner politiquement (comme tu le dis si bien): c'est simple, que l'on en finisse avec les bisbilles britto-bretonnes et que l'on adhère a ce qui existent , les sympathisants cela représentent au bas mot 10% de la population soit 4 à 500000 personnes , de quoi faire un ou des partis de plusieurs milliers de personnes au lieu des quelques centaines aujourd'hui qui ne peuvent strictement rien sans implantation locale

eugène le tollec
Vendredi 4 juillet 2014

Il vous reste,aux prochaines élections
Qu'à virer ce qui est UMP/PS et assimilés
J'ai dit aussi de créer un grand parti breton à multiples courants...
Mais ça,ce ne sera jamais fait( trop de chefaillons) et des "oui ,mais moi,je verrai çà comme ceci avec ce terme plus approprié",etc.
AMEN!!!

SPERED DIEUB
Vendredi 4 juillet 2014

c'est simple, que l'on en finisse avec les bisbilles britto-bretonnes et que l'on adhère a ce qui existe
Ce n'est pas particulier au PB pas plus qu'à l'udb ou autre ,seulement la cause bretonne sert trop souvent d'alibi pour faire avancer des idées ,qui lui sont souvent étrangères ,si bien que des militants sincères, mais tellement passionnés par la cause avalent toutes les couleuvres possibles et imaginables ,jusqu'à parfois sombrer dans le fanatisme. C'est cette logique qui a conduit le mouvement à sa perte entre 1933 et 1945
Des couleuvres il en a aussi avalé ,en se faisant les supplétifs efficaces de la conquête de la Bretagne par la gauche avant 1981 .Ceux qui osaient contester ce refrain
(Il n'y aura pas de printemps en Bretagne ni ailleurs tant que les socialistes ne seront pas au pouvoir )
étaient considérés en général comme des hérétiques et des dissidents qui était projetés dans la marginalité ,(plus marxiste que moi tu meurs
On voit le résultat aujourd'hui
La base d'une démocratie bretonne saine reste à construire ,pour être crédible vis à vis des bretons il faut être constant dans les idées ,ne pas céder en général, au modes du moment
l'opportunisme à tout prix (à la Lainé) ,de toute façon immoral et malsain ,a suffisamment démontré ses échecs

Yann LeBleiz
Vendredi 4 juillet 2014

@Louis Le Bars
Il faut arrêter avec la "LA multiculturelle", c'est de la propagande parisienne. La LA n'est pas plus multiculturel aujourd'hui qu'hier, et par forcément plus que le 35.
Certes c'est un carrefour depuis la nuit des temps, mais si l'on compare à Cardiff (Capital du Pays de Galles) qui est peuplée à 60% d'anglais, on est très loin du compte.
Connaissez-vous des minorités nationales françaises s'affirmant comme telle en Bretagne? Moi, je n'en connais pas! (Et si cela existait, rien ne prouve qu'elles seraient hostiles à la réunification!).
Un référendum n'est valable que si les institutions organisatrices sont "neutres". Hors, l'Etat français ne cache absolument pas son parti pris, c'est à dire son hostilité à cette réunification.
Je vous rappelle, que la France considère le référendum en Crimée comme illégal, au titre qu'il est organisé par les russes de Crimée avec le soutiens de la Russie, sans participation internationale et onusienne et sans accord de l'Ukraine...!
Le référendum écossais se fait avec une validation du gouvernement écossais (un gvt actuellement indépendantiste), les anglais ne décident pas unilatéralement.
Pourquoi les bretons accepteraient une méthodologie de référendum que les autres nations refusent???

Léon-Paul Creton
Vendredi 4 juillet 2014

Vouloir un référendum sous l'étrange prétexte de démocratie face à une situation autoritaire, serait donner la reconnaissance démocratique et une légitimation à un fait totalitaire. Ce serait entériner tous les actes politiques qui ont créé cette situation ! Ce serait une légalisation par les Bretons eux-mêmes de ce démembrement, de cette avanie. Définitivement un acte de lâcheté, de haute trahison de leur part, de notre part.
Si un référendum devait avoir lieu, je ne reconnaîtrai jamais ses résultats. Ce qu'un décret et autres actes non démocratiques ont établi, un nouveau décret doit les annuler et rétablir la Bretagne dans son état antérieur. Que feront ceux qui, Bretons et réclamant un référendum comme des cabris, s'il entérine la situation actuelle ??? Accepteront-ils ce qui en découlerait ?
Quant aux soi-disant partis bretons ils n'existent pas ! Incapables depuis toujours de faire front commun ils ne sont pas là, ils ne pèsent rien dans ce moment politique actuel qui voit le mouvement des Bonnets Rouges et la régionalisation qui va prendre une grande importance. Ils ratent toutes les marches, toutes les étapes depuis des décennies et ne donnent aucune garantie pour l'avenir!
Nous avançons sans eux, il aurait mieux valu, parfois qu'ils n'aient pas existé !...
Ils ne sont pas là, ils ont tout fait pour cela ! Ce n'est pas le peuple Breton le principal responsable de leurs choix, de leurs errements. Ils ont été l'exemple pour le peuple breton de ce qu'il ne fallait pas faire !

Marcel Texier
Samedi 5 juillet 2014

Le Parti Breton a parfaitement raison dans cette affaire.
Un référendum organisé par les autorités françaises serait, dès le départ, entaché de partialité. Comment faire confiance à des gens qui ont organisé depuis des décennies la débretonnisation de la Loire-Atlantique, qui ont implanté de façon délibérée des populations non-bretonnes dans cette partie de la Bretagne, qui nous montrent sans arrêt, à la télévision et ailleurs, des cartes d'une Bretagne tronquée ? Comment faire confiance à des menteurs patentés ?
Ne parlons pas de démocratie en France ! Qui, pour peu qu'il ait vécu dans des pays se rapprochant de cet idéal, peut croire que la France est un pays démocratique ?
Il est tout à fait exact, comme le dit Léon-Paul Creton, que vouloir un référendum serait "donner la reconnaissance démocratique et une légitimation à un fait totalitaire".
Ce fait totalitaire, c'est le décret Pétain-Darlan du 30 juin 1941. Il faut savoir que le gouvernement français de l'époque a d'abord soumis son projet (quelle veulerie ! Quelle bassesse !) aux autorités allemandes, en l'occurrence à l'Obergruppenführer Werner Best, chef de la Gestapo pour l'Ouest de la France. Que nous dit ce "brave homme" ?
"C'est à cette époque que le gouvernement français procéda à une réforme de l'organisation administrative créant des "régions" regroupant plusieurs départements avec à la tête de leur administration des "préfets régionaux". Avant que cette organisation ne reçoive notre aval pour la zone occupée, il nous fallut examiner ce qu'elle impliquait pour les intérêts de l'Occupation ainsi que pour ceux du territoire occupé."
( 52 J 158 Fonds Henri Fréville à Rennes).
Voilà le péché originel des "Pays de la Loire", la tache qu'on ne fera pas disparaître, pas plus que Lady Macbeth ne pouvait faire disparaître la tache de sang qui souillait "sa petite main" !
Veut-on, par un référendum, donner "la légitimation démocratique" à ce qu'a approuvé Werner Best, ex-adjoint de Reynhard Heydrich responsable des Einsatzgruppen qui liquidaient Juifs et autres indésirables sur les arrières de la Wehrmacht en Pologne et ailleurs ? Rappelons aussi qu'après avoir brillamment travaillé en France, Werner Best a été envoyé au Danemark pour y mettre en oeuvre la déportation des Juifs. Condamné à mort par un tribunal danois à la Libération, il s'en est finalement tiré avec une peine de prison. Quelles références pour celui qui a, pour ainsi dire, porté les "Pays de la Loire" sur les fonds baptismaux !
P.S. Bien sûr, le projet de démembrer la Bretagne était dans les cartons depuis longtemps. Il n'empêche qu'on peut dire: "Clémentel en a rêvé, Pétain l'a fait !"

SPERED DIEUB
Samedi 5 juillet 2014

Pour Marcel voici un autre article concernant le sujet que vous avez abordé
(voir le site)

Marcel Texier
Samedi 5 juillet 2014

Pour Spered Dieub
Merci pour la référence. La plus grande prudence est de mise cependant pour ce qui concerne les articles publiés par Wikipedia sur le mouvement breton. On y sent la "patte" d'une personne qui, en mélangeant habilement le vrai et le faux, en entretenant des ambiguïtés (par exemple, elle laisse entendre que Yvonnig Gicquel aurait participé à une réunion avec le Préfet Quenette en 1942, alors qu'il est né en 1933), vise essentiellement à jeter le discrédit sur tout ce qui se réclame de l'identité bretonne. Une obsession véritablement pathologique !

Reun Allain
Samedi 5 juillet 2014

S'il parait en effet naturel dans une démarche démocratique de demander un référendum sur la réunification, les choses deviennent aussitôt plus compliquées quand on réfléchit aux conditions.
Imaginons le cas le plus simple où seule la Loire-Atlantique serait amenée à se prononcer, ce serait à priori le plus équitable car cela évite une ingérence des PdL comme de B4 du strict point théorique.
Sauf qu'il y a quand même un problème de l'ingérence des politiciens dans la communication pour ne pas dire dans l'intoxication des élus des PdL sur la campagne précédant la consultation. En d'autres termes les seuls responsables de la défiance qu'on doit avoir vis-à-vis des baronnies en place sont les barons eux-mêmes. Comment faire confiance à des élus qui n'auront eu de cesse que de débretonniser la Loire-Atlantique dès l'instant où ce département s'est retrouvé dans le giron d'une « région » qui ne s'appelle plus Bretagne.
Pourquoi demain ces élus deviendraient neutres par magie alors qu'ils ont consacré d'énormes budgets aux frais des contribuables pour « ligériser » le plus grand département breton. Subventionnant FR3 pdl, des radios locales, des journaux, des sites internet, les écoles, qui peut croire que tout ceci deviendrait neutre du jour au lendemain. Et quand bien même une garantie institutionnelle de neutralité serait assurée en période de campagne comment effacer les séquelles de plusieurs générations d'intoxication.
Aujourd'hui, il n'est pas un jour sans que des partisans de la fusion ne déplorent la volonté majoritaire des Bretons en faveur de la réunification de préférence à la fusion. Se posent-ils la question de leur responsabilité. Depuis que les circonscriptions d'action régionales ont été confiées à des barons (Guichard en tête), et à sa suite (Fillon, Harousseau, Auxiette), ceux n'ont fonctionné que pour détruire des réalités humaines, sociales et historiques et maintenant ils voudraient pleurer sur la défiance des Bretons à leur égard.
Quelle confiance accorder à une assemblée décidant des intérêts bretons dont les élus seraient Sarthois, Angevins, Vendéens mais aussi à ces quelques élus bretons, arrivistes, lâches, prêts à vendre la Bretagne pour un poste. Regardez ces députés ou autres ministres qui se veulent plus « nationaux » que Bretons (Marylise Lebranchu, Ph Noguès), ces élus locaux qui tournent le dos en même temps que leur veste pour un sucre d'orge à la Présidence des Métropoles de l'Ouest (François Cuillandre), ces autres maires récemment élus qui attendent leur récompense sans que ça gène de trahir l'attente de leurs électeurs (Nathalie Appéré, Johanna Rolland, .
La liste serait interminable mais on ne pourrait pas oublier Claudy Lebreton président de l'assemblée des départements de France (ADF) et du CG 22 qui comme son nom ne l'indique pas est natif de la Sarthe de Conlie. Anecdote secondaire sans doute mais peut être pas que symbolique qui vaut tout un programme !

Louis Le Bars
Samedi 5 juillet 2014

@ Yann Lebleiz : "Il faut arrêter avec la «LA multiculturelle», c'est de la propagande parisienne. La LA n'est pas plus multiculturel aujourd'hui qu'hier, et par forcément plus que le 35."
J'ai parlé de l'évolution démographique dans le sens fort accroissement récent dans un contexte de non-appartenance à la collectivité politique "Bretagne". Le 44 représentait en 2010, 28,82 % de la Bretagne Historique, en 2013 on doit être au moins à 30 %.
Quelques données démographiques de 1801 à 2010 :
- Total Bretagne historique :
1801 : 2 202 715
1866 : 2 999 594 ( + 36,19 % en 65 ans)
1954 : 3 072 378 ( + 2,43 % en 88 ans)
2010 : 4 498 773 ( + 46,45 % en 56 ans)
- Classement des départements :
Précision : il y a 5 départements en Bretagne historique, donc à répartition égale on aurait théoriquement 20 % de la population par départements.
Je mets pour chaque département le % de celui-ci sur le Total de la Bretagne historique et entre parenthèses son classement.
COTES D'ARMOR (COTES-DU-NORD en 1791)
1801 : 22,89 % (1er)
1866 : 21,38 % (2ème)
1954 : 16,38 % (5ème et dernier)
2010 : 13,15 % (5ème et dernier)
évolution 1801-2010 : + 17,32 %
FINISTERE
1801 : 19,93 % (3ème)
1866 : 22,09 % (1er)
1954 : 23,69 % (2ème)
2010 : 19,95 % (3ème)
évolution 1801-2010 : + 104,45 %
ILLE-ET-VILAINE
1801 : 22,19 % (2ème)
1866 : 19,76 % (4ème)
1954 : 19,10 % (3ème)
2010 : 21,96 % (2ème)
évolution 1801-2010 : + 102,14 %
LOIRE-ATLANTIQUE (LOIRE-INFERIEURE en 1791)
1801 : 16,77 % (5ème et dernier)
1866 : 20,08 % (3ème)
1954 : 23,88 % (1er)
2010 : 28,82 % (1er)
évolution 1801-2010 : + 250,76 %
MORBIHAN
1801 : 18,21 % (4ème)
1866 : 16,71 % (5ème et dernier)
1954 : 16,96 % (4ème)
2010 : 16,12 % (4ème)
évolution 1801-2010 : + 80,71 %
Autres données :
- La taux de natalité en Région administrative est actuellement inférieur à la moyenne française (une révolution). L'augmentation est dons liée à un solde d'arrivées nettement positif par rapport aux départs (immigration).
- En Loire-Atlantique (population multipliée par 3,5 en deux siècles), la part des bretons "administratifs" dans les nouveaux arrivants tourne autour de 8 % depuis le début des années 2000
- Le poids démographique de la Bretagne historiquement de langue bretonne sur le Total Bretagne historique est en très forte diminution sur les 60 dernières années (période qui correspond à la fin de la transmission de la langue):
BASSE-BRETAGNE "ELARGIE" (22-29-56)
1801 : 61,04 %
1866 : 60,17 %
1954 : 57,02 %
2010 : 49,22 %
HAUTE-BRETAGNE "FRONTALIERE" (35-44)
1801 : 38,96 %
1866 : 39,83 %
1954 : 42,98 %
2010 : 50,78 %
- Lorsque les régions administratives ont été mises en place, la plus grande ville de la Région Bretagne n'était pas Rennes, mais Brest. On voit que dans le système français, le statut de capitale régionale a permis le développement de villes (Montpellier, Orléans etc) qui n'avaient au départ qu'une importance moyenne voire très limitée.

SPERED DIEUB
Dimanche 6 juillet 2014

Marcel il n'est pas dit que Yvonnig Gicquel a participé à cette réunion ,il fait simplement une histoire de cette période ,il était compétent dans ce domaine comme dans d'autres
Organisme d'étude et de travail », selon Yvonnig Gicquel
Mais en fait je vous avais répondu de part un commentaire précédent ,qui me semble avoir été oublié !!!

Dr LEMEE Jean Louis
Dimanche 6 juillet 2014

L' Alliance Fédéraliste bretonne-Emglev Kevredel Breizh s'était déclarée il y a trois ans déja, contre un référendum avec les arguments suivants:
1-Il n'a pas été question de référendum quand le gouvernement de Pétain a séparé la Loire Inférieure du reste de la Bretagne.Un simple décret a suffit.
2-Les décisions prises sous le gouvernement de Pétain ont été considérées comme nulles et non avenues (la parenthèse de Vichy n'a pas représenté la République française) par le gouvernement de de Gaulle en 1945.
3-A l'heure présente les forces bretonnes n'ont pas la capacité financière de contrer le rouleau compresseur étatique qui ne manquerait pas d'ètre mis en place pour développer une propagande antiréunification et nous perdrons ce référendum. Le pouvoir central en tirera toute légitimité pour enterrer définitivement notre cause.
Ce sont ces arguments que nous avions à nouveau fait connaitre au collectif Bzh=44 , tout récemment, à la suite de leur demande de se lancer dans la voie du référendum sans aucune concertation préalable avec les organisations concernées. il est vrai que Bzh=44 entend jouer les gros bras allant jusqu'à décider d'interdire au représentant de notre organisation de monter sur la tribune officielle lors de la manif du 28 Juin dernier à Nantes!
Le Bureau AFB-EKB

PIERRE CAMARET
Dimanche 6 juillet 2014

UNe chose qui n'a jamais ete essayee en Bretagne ..... c'est l'UNITE ****?????? alors continuez comme cela , mes amis , interessant de voir cela, de son balcon , sans se meler , a la foule .
**** . Et cela les jacobins , le savent tres bien.

eugène le tollec
Dimanche 6 juillet 2014

Total accord
Le seul problème est que l'état fait ce qu'il veut dans l'application où l'abolition de ses décrets et l'action de Vichy à été un acte majeur de l'état républicain (dont la pensée suprême est de casser du breton)...unicité...même moule..etc.
Salutations

eugène le tollec
Dimanche 6 juillet 2014

Pierre,tu es un aîné et tu as raison ...
Il n'y aura jamais d'unité...le tour de la polémique et des discussions donne un résultat ultra décevant...je confirme tes analyses..à l'impossible nul n'est tenu.

PIERRE CAMARET
Lundi 7 juillet 2014

Il y a bien longtemps , je lisais que : si les 17 tribus gauloises s'etaient unies , c'en etait bien de CESAR a Alesia .Mais il y a eu des CHIKAYA , j'y vas , j'y vais . Si A y va .. je n'y vais pas etc.......
En fait je vois le raisonnement de MARESCHAL , dans 20 ans/ 40 ans , l'Europe sera plus forte et la France plus faible ( Sauf si Mme LE PEN La Patriote casse tout )donc l'Europe imposera a la France , l'Europe des Regions .
Alors attendons : 1er RV 2034 sinon 2054 .

M.Prigent
Lundi 7 juillet 2014

Pour ce qui est de l'UNITE autour de la "Une et Indivisible et Centralisée" tous les partis nationaux sont UNANIMES, de l'extrème droite à l'extrème gauche.
Et çà, en Bretagne, nous ne savons pas le faire pour une Bretagne "Une, Indivisible et Autonome".

Louis Le Bars
Lundi 7 juillet 2014

Les Partis bretons sont unanimes sur la réunfication, l'autonomie, l'Europe...bien plus unanimes que les Partis français en réalité dans un contexte autrement plus compliqué. Le vrai enjeu c'est la stratégie.
Les mouvements français étaient-ils unanimes en 39-45, sur l'Algérie etc ??

PIERRE CAMARET
Lundi 7 juillet 2014

Eh! Louis Le Bars . Oui les partis francais francais ( exceptes les Communistes) etaient Algerie Francaise en 1958 . C'est le parti Socialiste , qui a envoye le contingent en Algerie . LACOSTE Gouverneur General de l'Algerie etait Socialiste ....je peux en rajouter ... mais je termine par une phrase de Mitterand .Ministre alors de l'Interieur : L'Algerie , c'est la France et le principe de l'Independance , ne se pose meme pas .
Alors si tous les partis Bretons sont d'accord ??? Parlez nous un peu de votre strategie , car j'avoue que je ne saisis , mais pas dutout .C'est la Grande Nebuleuse pour moi . Nous vous ecoutons.

PIERRE CAMARET
Lundi 7 juillet 2014

Mais M.PRIGENT , c'est leur fond de Commerce . ils le vendent , mais eux vivent ladessus . Cela semble un Bon rendement .Ce qui m'etonne : c'est un slogan ecule , mais qui marche depuis + de 200 ans ..
Le Breton lui vit selon les periodes , avec une constance souvent debile . Un de mes amis UDB ( Mais un tres brave type et c'est dommage )maintient la cooperation avec le PS . Motif avec la gauche , on peut parler . Ma reponse ( nous nous estimons ,) ils sont aussi baratiteurs , aussi blabla que l'UDB .. ils marchent completement a cote de leurs pompes . C'est LEUR STRATEGIE ... difficile , avec les intellectuels . Alors , ils causent , se reunissent et ........... ne font rien . Surtout Rien .

Yann-Bêr
Lundi 7 juillet 2014

Pierre Camaret. J'ai eu aussi des amis : ex-FLB, UDB, Emgann puis Breizhistance. Des gens bien, tous. Dire qu'ils ne font rien est peut-être exagéré. Ce que je leur reproche : c'est d'abord de s'accoquiner avec leurs équivalents franchouillards.
Et de ce fait, de constamment se tirer dans les pattes avec leurs idées de chapelles distinctes au lieu de rechercher les points de rassemblement.
Mais bon, nous sommes de plus en plus nombreux à exprimer cette situation ridicule que ne comprennent pas les Bretons eux-mêmes.
Je ne sais plus qui l'a dit dans un autre commentaire sur ce site : "La Bretagne n'a pas les hommes (j'ajourerai les femmes) qu'il lui faut".

Louis Le Bars
Lundi 7 juillet 2014

@ Pierre Camaret : vous avez raison pour l'Algérie, et je pensais bien au PC qui à cette époque était un Parti important en France.
Concernant la stratégie, je constate juste que les Partis bretons ont quasiment tous les mêmes objectifs de base pour la Bretagne, ce qui diffère entre eux c'est surtout leur positionnement vis à vis des Partis français. Pour ma part je me suis déjà exprimé = 0 alliance avec les Partis parisiens (essentiel), et deux Partis suffiraient amplement (gauche/droite). Un Troadec pourrait très bien représenter la gauche bretonne par exemple.

sebgi35
Lundi 7 juillet 2014

Le Parti Breton ne se positionne pas simplement sur l'échiquier politique gauche et droite mais propose une voie nationaliste qui se constitue doucement en Bretagne par l'intermédiaire des bonnets rouges. Christian Troadec n'est pas simplement un homme de gauche mais à sa façon un nationaliste breton

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.