Le nouvel album de Yann Honoré - Autoportrait

-- Musique --

Chronique de Culture et Celtie
Porte-parole: Gérard Simon

Publié le 22/11/20 10:13 -- mis à jour le 22/11/20 18:41
Yann HONORÉ - "Wet glasses" - Extrait de 01:04. CD "Autoportrait"
51277_1.jpg
Portrait de Yann HONORÉ par Fanny HONORÉ

C’est tout en profondeur et velouté, qu’en compagnie de son électrique et hybride instrument dénommé cello bass, pouvant, selon le jeu, sonner entre violoncelle et contrebasse, que Yann Honoré nous accueille au seuil de son nouvel opus, distribué par Coop Breizh et titré, « Autoportrait ».

Après une courte séquence rythmique de cordes pincées, aussitôt mémorisée à l’aide d’un looper, magique pédalier permettant d’enregistrer, en direct, des boucles de plusieurs lignes instrumentales, le musicien s’empare d’un archet avec lequel il vient, cette fois, suavement, les caresser, avant de saisir et donner souffle de vie à une flûte très « celtisante » qui se stratifie, alors, à la base de la toile musicale, précédemment créée.

Nous sommes, d’entrée, littéralement, « cueillis » par ce très sensuel « Wet glasses » qui ouvre, pas à pas, le programme.

Mais pour encore mieux nous émouvoir, sur les nappes mémorisées qui continuent de « tourner », Yann Honoré saisit sa guitare électrique pour, irrémédiablement, nous enjôler avec un magnifique jeu « à la Mark KNOPFLER », intervention relayée par un retour de la flûte, à présent, ponctuée de claquements de doigts, eux aussi, captés en direct, puis dupliqués.

Vous l’avez compris, l’artiste est seul et œuvre au cœur d'une époustouflante performance solo, poly-instrumentale.

Au fil de l’album, en plus des instruments précités, Yann Honoré, joue du low whistle irlandais, du duduk (hautbois arménien) de la sanza africaine (petit piano à pouce et lames métalliques ou de bambou), de la basse et des percussions !

L’enregistrement d’« Autoportrait » découle et est réalisé dans la droite ligne du spectacle éponyme, créé en 2019, que le compositeur armoricain a donné dans plusieurs centres culturels de Bretagne.

Au-delà de la prestation scénique et discographique en solo, susmentionnées, c’est toute la chaîne de création artistique qui est, ici, attribuable à ce fort talentueux musicien, puisqu’il a composé tous les thèmes, les interprète et… les a enregistrés dans son propre studio quimpérois, devenu un véritable outil de composition.

« Mon propos, en ce qui concerne ce CD, est de restituer, aussi fidèlement que possible, ce que je joue sur scène, sans autre artifice que la qualité de son et de mixage que permet l'enregistrement multi-pistes. Il n’y a aucun rajout », précise, dans une note d’intention, le bassiste hors pairs et multi-instrumentiste.

Comme le mentionne Coop Breizh, au travers de sa présentation d’« Autoportrait », « Yann Honoré a promené ses lignes de basses lyriques et funky aux quatre coins de l'Europe en multipliant les rencontres (TAIFA, Alan STIVELL, Dan AR BRAZ, Fawzi AL AYEDI, Carlos NUNEZ, Pat Mc MANNUS et bien d'autres). »

Depuis plus de 15 ans, Yann Honoré a, entre autres, réalisé des albums pour beaucoup d’artistes ou de groupes avec lesquels il a collaboré, comme GWENNYN, Dominig BOUCHAUD, ainsi que des musiques pour l'image vidéo, dont pour la chaîne France 5.

Il s’est, également, régulièrement produit avec le Théâtre des TARABATES de Saint Brieuc, pour lequel il a composé plusieurs musiques : Pierre et le Loup, en 2007, l'Amoureux, en 2010, le Temps d'une Histoire, en 2014.

N’oublions pas, en juillet 2002, la parution de son premier album solo de World Music, « Zaw », réunissant des artistes de Bretagne, Kabylie, Irak et Pays de Galles, publication fondatrice de l’esthétique du présent « Autoportrait ».

Pour notre part, c’est en 1996 que nous avons, pour la première fois, « rencontré » Yann Honoré, au travers du 3ème opus de GLAZ, groupe qu’il avait co-créé, en 1991, avec le guitariste Yves RIBIS.

Sur « Holen ar Bed - Le sel de la terre » (Déclic/BMG), le musicien que l’on retrouve à la basse, aux basses, assure, également, les programmations, la composition originale de la plage 4, « An Amzer Dremenet - Le temps qui passe », les arrangements de tous les traditionnels et hors textes, notamment, issus du Barzaz Breizh, l’écriture des paroles du titre éponyme.

Dissous en 1998, GLAZ a beaucoup marqué les esprits dans le contexte du revival de la musique bretonne, celtique, des années 90.

En mars 2015, édité chez L'Oz Productions, distribué par Coop Breizh, Yann Honoré, (basse frettée, fretless, cellobass et low whistle) signe les compositions, les arrangements et la réalisation de l’album « The Old K Way » des BUZZ BUDDIES, groupe de folk-rock, initié par le brillant multi-instrumentiste quimpérois.

Par la plume avisée et chaleureuse de Xavier DANIEL, Culture et celtie, l’e-MAGazine était au rendez-vous de cette parution saluée par une enthousiaste chronique suivie d’une éclairante E-interview. - Lire notre chronique et écouter 4 extraits sonores - (voir chronique)

Nous n’avons, ci-dessus, évoqué, plus exactement, survolé que quelques aspects marquants du conséquent itinéraire musical et technique de ce musicien de premier ordre.

Pour en revenir à ce qui motive, ô combien, notre présente chronique consacrée à cet excellent nouvel album « Autoportrait », inutile de vous dire à quel point, nous avons pu ressentir tous les fruits des expériences, au cours du temps, acquises par le compositeur-interprète et… « ingéson-réalisateur », qui conjugue, avec brio, toutes ses compétences au service d’une riche et large expression artistique forgée au croisement des rythmiques et mélodies du monde et des musiques actuelles, en faisant dialoguer ses racines bretonnes avec toutes les sonorités qui l’ont nourri et construit, notamment, celles d’Irlande, d’Afrique et d’Orient.

La force de ce projet musical est de vous capter, immédiatement, par la paix, la sérénité, la profondeur qui en émanent, en proposant un voyage introspectif, certes, pour le musicien… mais pour nous-mêmes, également !

Au fil de l’écoute, défilent des images, des paysages, peut-être, quelques visages que l’artiste nous laisse le soin d’imaginer… d’envisager.

Rien n’est évident, rien n’est imposé, tout est proposé, parfois, même, à peine, suggéré…

Au cœur même de certains morceaux, des métissages de couleurs, de rythmes, de styles apparaissent, tour à tour, en fusionnant ou en s’opposant, toujours, harmonieusement.

Ne soyez pas surpris si, dans votre esprit baigné par ce fin élixir de notes et de sons, vous vous projetez, en fondu enchaîné, des images d’une lande bretonne aux ajoncs et bruyères courbés sous le vent marin, révélant, en son lointain, une médina d’ocre et de sable, ou si le miroir obscur, à peine troublé, d’un lac irlandais reflète la silhouette, va de soi, horizontalement inversée, d’un toit paillé d’une traditionnelle case africaine.

Il ne paraît y avoir aucune rupture entre les 8 plages qui composent le programme de ce disque qui revêt l’aspect d’un album-concept où ambiances et thèmes se juxtaposent, se lient ou se prolongent, en se nourrissant les uns les autres.

Yann Honoré semble, à nos yeux, cautionner notre ressenti, en enchaînant, sans césure de plage, « Les jours gris » (piste 5) et « La grand traversée » (piste 6).

Liés, notamment, par une basse bien ronde, bien « grasse », comme nous l’aimons, la couleur bluesy, amplifiée par la ligne de guitare électrique du 6e titre, répond, parfaitement, au spleen oriental de la 5e pièce susnommée.

L’intervention finale au cello-bass, plus rythmée, mais tout aussi « orientalisée » que la pièce précédente, affirme la cohérence des deux compositions.

Tout au long de ce voyage, le propos musical est fluide, varié, mais homogène.

« Autoportrait » est une vaste fresque panoramique que l’on découvre d’une oreille attentive, comme on le ferait avec des yeux émerveillés.

Ce projet est très pictural. Les couleurs prennent pour palette celle des sons, les pinceaux sont les instruments, l’artiste est, indiscutablement, un maître inspiré pour la peinture de cet « Autoportrait » où, in fine, il se livre.

Sur la face interne d’une très sobre, mais « classieuse » jaquette, très joliment illustrée par le portrait de l’artiste signé de Fanny Honoré, le composteur ne précise-t-il pas ?

« Autoportrait... un mot emprunté aux peintres... Comme un regard sur soi, en soi.

Cet album, il me raconte, il me dépeint. »

Au-delà de l’excellence musicale, Yann Honoré a réalisé, en son propre studio, un remarquable enregistrement aux mixages ciselés et une mise en espace stéréophonique soignée qui donne pleine dimension à ses « tableaux ».

S’il s’agit, tant sur le plan exécutif poly-instrumental que sur l’aspect « mis en boîte », d’un réel défit technique en solo, ne croyez surtout pas que le projet final s’avère être le produit d’une froide technologie.

L’ensemble est, au contraire, très chaleureux, très humain, grâce à la sensibilité de l’interprétation et à l’intervention de quelques séquences rythmiques de claquements de doigts et de percussions exécutées à la bouche, à la bouche, technique appelée, communément, human-beatboxing.

Nous vous conseillons, plus que très vivement, ce remarquable opus, intégralement instrumental que nous « labellisons » comme l’un des albums majeurs reçus et chroniqués au cours de l’année 2020 qui, en ce mois de novembre, étire, déjà, ses dernières productions.

En profondes vibrations, Yann Honoré signe et nous fait partager un élégant et riche voyage qui, en privilégiant, avant tout, un certain état d’esprit, nous permet de repousser, encore, la notion d’une Celtie sans limite.

Gérard SIMON

Illustration sonore de la page : Yann Honoré - "Wet glasses" - Extrait de 01:04.

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, l'e-MAGazine (Voir site)

Les titres du CD "Autoportrait"

01. Wet glasses - 05:30.

02. M'Bour Billy - 04:07.

03. The missing ones - 03:29.

04. Run Avel (pour Annie) - 04:26.

05. Les jours gris - 02:09.

06. La grande traversée - 04:17.

07. Là où le vent se lève - 07:59.

08. Trañzplinn - 04:23.

Musiques composées, interprétées et enregistrées par Yann Honoré.

CD "Autoportrait" de Yann Honoré

Parution : 6 novembre 2020

Réf : 4016385

Distribution : Coop Breizh (Voir site)

La page officielle de Yann Honoré : (Voir page)

© Culture et Celtie

mailbox imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.