Webmédias bretons : le délitement de 7seizh info (MAJ)

Webmédias bretons : le délitement de 7seizh info (MAJ)
Laurence Desneaux en 2014 à une manifestation à Nantes, dans sa main des tracts "BOUM" pour le rassemblement à Roc'h Trédudon commémorant un soi-disant attentat FLB en 1974.
Webmédias bretons : le délitement de 7seizh info (MAJ)
le whois de 7seizh.info
Troisième de notre websérie sur les webmédias, nous nous penchons sur 7seizh. Fondé en février 2012 par quatre personnes : Fabien Lecuyer, Romain Billy, une autre personne qui préfère que l'on ne cite pas son nom, et Laurence Desneaux, ce webmédia ne semble plus n'avoir qu'un rédacteur Philippe Parisse et un administrateur, Mme Laurence Desneaux, dont le nom est sur la fiche d'information du site comme administratrice et responsable technique du domaine comme on peut le voir sur le principal site américain d'enregistrement des noms de domaines où il suffit d'entrer 7seizh.info pour avoir tous les détails (voir le site) .

Un mail de Marie Duvel du 20 octobre 2011 adressé à Philippe Argouarch avec réponse de Melize Danet le 16 janvier 2012 qui établit le lien entre les deux pseudos. 42 42997_1.jpg Un mail de Marie Duvel du 20 octobre 2011 adressé à Philippe Argouarch avec réponse de Melize Danet le 16 janvier 2012 qui établit le lien entre les deux pseudos.

Pratiques journalistes douteuses

Tous les autres fondateurs ont quitté le navire. Un contributeur, qui a fourni du contenu pendant plusieurs années, Philippe Parisse, semble moins actif ces derniers temps. Mr Parisse avait fait une demande d'accréditation pour écrire dans ABP en mars 2008, nous l'avions acceptée. La première chose que Philippe Parisse a publiée dans ABP est un communiqué de l'AFP intégral avec le risque majeur d'une amende de 5000 euros pour ABP. Comme chacun sait il faut avoir un abonnement AFP pour republier ses contenus. Une fourberie qui ne peut s'expliquer que par la volonté de couler l'ABP et en dit long sur le niveau journalistique du personnage et ses intentions véritables. Seulement deux personnes ont osé publier des communiqués AFP sur ABP en 14 ans d'existence : Philippe Parisse et Claude Guillemain. Un article de 7seizh publié par Philippe Parisse qui avait été recopié intégralement du Télégramme a été depuis retiré, mais à une époque, ces vols n'étaient pas si rares. Philippe Parisse a été désaccrédité de l'ABP en 2008 pour faute grave et Mme Desneaux a été remerciée suite à son refus de dévoiler sa véritable identité. Non seulement les pseudos sont interdits sur ABP mais elle était en passe de devenir la rédactrice en chef du média alors que personne ne savait d'où elle venait, qui elle était, ni même où elle habitait !

Opacité et dissimulation d'identité

Madame Desneaux, connue sous de nombreux pseudonymes, Marie Duvell quand elle était à Novopress et aussi sous ce nom quand elle militait au parti breton d'extrême droite Adsav, Melize Danet, ou juste Melize, lors de son bref passage à ABP et Melize Danet sur les réseaux sociaux, Melize Erre ou redaction sur 7seizh, est l'administratrice du site web 7seizh.info. Un webmédia qu'elle a mis en place grâce à ses connaissances pointues du système de gestion de contenu ou CMS wordpress. Elle a aussi été choisie pour administrer le site web de Bretagne Réunie en 2015 pour les mêmes raisons. Elle serait avec Philippe Parisse, le dernier carré du projet 7seizh, signant sous rédaction et publiant des communiqués divers mais ne faisant pratiquement plus jamais de reportages.

Rumeurs

Selon les rumeurs circulant au sein du mouvement breton, Madame Desneaux serait en relation active avec des services de renseignements (*) de l' état. Cependant, aucun élément tangible et probant ne permet de l'affirmer. Il reste l'étonnement face à son intrusion rapide dans l'univers militant breton d'une composante à une autre, sa tendance à se porter aux responsabilités, à vouloir tout savoir sur tout et partout, et cette propension à l'usage de pseudonymes qui génèrent la défiance des militants qui ont eu à la côtoyer, mais le ressenti ou l'hypothèse ne font pas une réalité.

Si le mystère reste entier, la question que tout le monde se pose est pourquoi une personne qui est plutôt à gauche pour ceux qui la connaissent et pour ceux qui lisent 7seizh, a-t-elle été mêlée à des groupes d'extrême droite ? Nous laissons nos lecteurs en décider. [ici une phrase et un lien vers un réseau social ont été censurés pour rester conforme aux lois en vigueur concernant les diffamations]

Le business plan

7seizh webmédia comptait se financer grâce aux dons des lecteurs mais là encore la générosité des militants ou des sympathisants se fit attendre. Quant à la publicité sur internet, elle n'est pas rentable pour un webmédia en dessous de 5000 sessions par jour et ce site se situerait en-dessous des 500 selon notre estimation.

7seizh a voulu se présenter comme un média participatif mais le concept a malheureusement migré au même moment vers les réseaux sociaux. Les deux immenses médias que sont devenus Facebook et Twitter sont aujourd'hui les deux pôles de la participation citoyenne à l'information. Les informations y sont partagées, disséquées, analysées, commentées et même complétées et Facebook travaillerait avec les plus grands titres pour obtenir bientôt du contenu exclusif et devenir le premier média au monde.

Prendre la place de l'ABP n'est pas si facile !

Le contenu de 7seizh se résume de plus en plus à la publication de communiqués du monde associatif breton et des partis politiques dits "régionalistes" . Il vient se situer par là directement sur les plates-bandes de l'ABP car la publication de communiqués du monde associatif et des partis bretons est un des piliers de l'ABP depuis 14 ans.

Le problème des petits médias c'est que moins il y a de contenu, moins c'est diversifié et plus on se pose des questions sur des choix éditoriaux qui finissent par n'apparaître que comme du remplissage bon marché. Les lecteurs ne sont pas dupes indéfiniment.

ABP n'est pas contre le fait d'avoir des concurrents, d'ailleurs nous en faisons la promotion dans la nouvelle revue de presse bretonne lancée par ABP cet été. Par contre nous nous battrons toujours contre l'opacité, la duplicité, l'anonymat, le vol de la propriété intellectuelle, et la manipulation.

Modifié le 14 septembre à 13:30 heures.

(*) La Marine nationale en particulier serait inquiète du développement d'un mouvement indépendantiste en Bretagne qui fragiliserait la base nucléaire de l'Ile Longue.

.
Cet article a fait l'objet de 1512 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

Jacques
Jeudi 7 septembre 2017

Le concept ne m'a jamais croché, probablement trop orienté à gauche et surtout dans une formule qui me semblait usée et dépassée en Bretagne.

Néanmoins, ce média semblait également s'opposer à cette même gauche qui a tout loupée en Bretagne par idéologie socialiste décalée.

Donc, je n'ai jamais compris le positionnement et je lisais que peu.

Par contre, je trouve préjudiciable pour la Bretagne qu'un autre média disparaisse.

Il est temps que les Bretons travaillent ensemble et apprennent à nouveau à se respecter même si leur opinion politique diverge, car c'est cela la vie d'un société.

La vie ce n'est pas Highlander et il n'en restera qu'un... c'est simplement du loose-loose... (au final tout le monde y perd).

Nous ne sommes pas allés en Amérique 60 ans avant Christophe Colomb (pour ce que l'on en sait) en nous battant les uns contre les autres.

Ce n'est pas une bonne nouvelle.

Job Le Gac
Samedi 9 septembre 2017

Je suggère que les annonceurs ( asso; partis politiques, etc....) se tournent résolument vers le premier et seul média du net , qui plus est des plus sérieux , l'ABP..!!!

Philippe, comme la plupart d'entre nous, n'est pas un saint, mais il a maintes fois prouvé son sérieux , ses compétences et son savoir faire...!!!

Yann r.
Samedi 9 septembre 2017

Moi ce qui me surprend, c'est la semi-satisfaction de l'ABP de voir d'autres médias échouer... d'enfoncer le clou.

Mais l'ABP via son rédacteur en chef, sélectionne ce qui est dans sa ligne de pensée. L'ABP est un média très orienté.

Vivement un vrai média breton indépendant. un deiz vo sklaer an amzer

spered dieub
Dimanche 10 septembre 2017

Je persiste et signe .Durant le mois d'aout effectivement, seizh était en sommeil ,mais désormais le média fonctionne à nouveau .Comme quoi il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué .

yann
Dimanche 10 septembre 2017

Laurence Desneaux a aidé à l'organisation de rassemblements et a rendu divers autres services souvent bénévolement. Que ce soit avec les bonnets rouges, la zad, Bretagne Réunie et autres structures . Pour mieux gérer, elle s'informe sur les militants. Il y a cependant des questions : ces structures sont-elles satisfaites de ses travaux ? Pourquoi navigue-t-elle autant parmi les bretons ?

Emilie Le Berre
Mercredi 13 septembre 2017

Comme Jacques, jamais vraiment accroché. Je ne sais pas pourquoi. Il y a dans les textes un "je ne sais quoi" qui m'a toujours géné.

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 9 ?

Publicités et partenariat