Le MBP devient "Pour la Bretagne"

-- Politique --

Communiqué de presse de Christian Troadec
Porte-parole: Christian Troadec

Publié le 26/04/18 16:05 -- mis à jour le 26/04/18 19:42

Réuni dimanche en assemblée générale à Carhaix, le Mouvement Bretagne & Progrès a décidé de changer de nom et s’appelle désormais « Pour la Bretagne – Breizh war-raok ».

Ce changement de nom correspond à la nécessité de placer au centre des débats la capacité pour la Bretagne de décider elle-même, d'assurer son avenir par de nouvelles richesses

dans les nombreux secteurs à potentiel de l’économie bretonne, partager le progrès social, assumer une écologie responsable, renforcer la démocratie.… car si tout le monde est

sensible aux problèmes de sécurité routière par exemple, il est anormal que Paris décide seule du bien fondé de réduire la vitesse à 80 km/h sur l'ensemble des routes secondaires

bretonnes d'une façon unilatérale alors que la Bretagne, sur son territoire, aurait dû avoir son mot à dire, adapter la règlementation sur les secteurs vraiment dangereux et réaliser

des travaux là où cela est nécessaire. Un exemple qui démontre la nécessité d’une nouvelle gouvernance régionale où la Bretagne sera plus autonome dans le but de disposer de plus d'outils de décision et d'autonomie fiscale.

Un cap essentiel pour l’avenir commun des Bretons a été adopté et défini pour le moyen terme visant à obtenir une assemblée de Bretagne, collectivité unique réunissant le Conseil régional et les Conseils départementaux avec ce pouvoir législatif et fiscal indispensable s’inscrivant dans le cadre de la réunification de la Bretagne.

« Pour la Bretagne » a renouvelé son Conseil d’administration et son Comité stratégique. Christian Troadec, Maire de Carhaix et Conseiller départemental en est le porte-parole, André Lavanant le président, Yves Brun le trésorier et Didier Tocquet, Secrétaire.

Voir aussi :
mailbox imprimer
Vos 14 commentaires
Peri loussouarn
Jeudi 26 avril 2018

" Pour la Bretagne"
C'est propre, c'est clair, c'est efficace.
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. Boileau.

Lucien Le Mahre
Vendredi 27 avril 2018

La Bretagne doit avoir plus que "son mot à dire" : sans doute est-ce une façon de parler, sans doute est-ce mieux que rien, mais ce n'est pas - ou plus - suffisant pour ne pas vivre en décalage avec le mouvement général de notre époque.
Selon le "principe de subsidiarité" européen dont la République encore centralisée ne respecte pas l'esprit - tout en faisant comme si dans la forme - les Régions en général et la Bretagne en particulier doivent bénéficier d'un "home-rule" décomplexé et serein, à l'image de tous les Lânder, Généralités et autres nationalités historiques des pays qui nous entourent.
Le régionalisme pusillanime et servile de "l'Oncle Tom breton" n'est plus de saison quand on voit qu'il peut conduire au mépris de la démocratie représentative comme lors des votes régionaux téléguidés de 2014, pour empêcher la réunification bretonne à laquelle aspire pourtant une majorité de la population. On vient d'ailleurs de voir ces jours derniers se reproduire, à l'Assemblée Nationale, la même pratique de vote forcé par l'Etat Major partisan, sous peine d'exclusion du récalcitrant ayant osé penser différemment.
Jolies pratiques. On progresse ...
Il s'agit au contraire de responsabiliser enfin les territoires et leurs habitants en leur confiant "les pouvoirs et les devoirs" de leur niveau et auxquels ils ont droit, au lieu de les laisser voir tout tomber d'en haut comme des averses ou des chutes de grêle, sans plus de possibilité d'intervenir que des serfs car souvent même en effet sans qu'ils aient "leur mot à dire" !
Il faut donc regarder l'évolution de nos voisins européens ou canadiens qui, soit gèrent des budgets régionaux proportionnellement 20 ou 30 fois supérieurs au nôtre, à moins qu'ils ne prélèvent eux-mêmes - comme en Euskadi - les impôts sur leur territoire, à charge pour eux de gérer leur budget en réservant une part (de l'ordre de 10%) pour les devoirs régaliens de l'Etat Central (défense, diplomatie, renseignement, péréquation inter-régionale, contribution européenne etc...).
La Bretagne a géré son propre budget pendant plus de mille ans, d'abord en pleine souveraineté puis en autonomie, sa chancellerie luttant constamment dès lors pour limiter les appétits de Versailles, avec les déperditions que l'on peut imaginer. Sous Louis XV, la moitié du riche produit versé au pouvoir royal par une Bretagne industrieuse et administrée à l'économie, partait en fastes de cour, banquets, spectacles, bals costumés, feux d'artifice et innombrables réjouissances et frivolités versaillaises.
Aujourd'hui comme hier, un Etat central pourtant largement déficitaire et nullement exemplaire, continue à se prendre pour Versailles en centralisant les rentrées encore plus qu'alors, et en redistribuant à sa guise (Morvan Lebesque disait : "en octroyant") leur pitance à des Régions sous tutelle qu'il refuse de laisser s'organiser elles-mêmes, ayant tout simplement trop à y perdre pour changer sa logique centralisatrice, laquelle, par définition, profite plus au centre qu'aux périphéries.
Et nous qui tardons à nous organiser pour avoir plus que notre mot à dire : pour obtenir enfin nos droits démocratiques de citoyens européens ...

Fañch Ar Vilin
Vendredi 27 avril 2018

A quoi bon changer de nom si on ne change pas de mentalité ?

Lheritier Jakez
Samedi 28 avril 2018

A quand la réunion des organisations bretonnes démocratiques,humanistes,sachant se parler pour donner des objectifs clairs ,pas seulement sur les réseaux...
Je cite :Pour la Bretagne,l'UDB,le parti Breton, Breizh Europa,,Breizh Impacte,AFB,Bretagne,Prospective,
44=Breiz,le MAB,etc...
A quand le rassemblement de tous les élus bretons issus de ces organisations ?
Quelle est votre stratégie, à long terme, en matière électorale:
-Européenne 2019,
-Municipale 2020 surtout et en priorité.
Quelles actions "physiques visibles" allez vous entreprendre sur le terrain ,à commencer par la Loire Atlantique ,l'Ille et Vilaine,...?
Relancer l'idée d'une marche ,soit sur le Canal de Brest à Nantes,soit aux villes des marches de Bretagne.

Peri loussouarn
Samedi 28 avril 2018

Question à Fañch Ar Vilin :
Pouvez-vous développer votre question ?
Question à Lheritier Jakez :
Et vous, quelles actions physiques visibles entreprenez vous sur le terrain ?
Question subsidiaire : Quel parti avez-vous choisi ?

Cueff. Daniel
Dimanche 29 avril 2018

Bravo
Oui la Bretagne!

Lheritier Jakez
Dimanche 29 avril 2018

pour Peri Loussouarn:
Je vote selon un programme ,et selon la personne fiable qui se présente .Bretonne ou autre,
Pour les réalisations,actions et échecs,intéressez vous à la 4 ème ville de Bretagne -St Nazaire-derrière le mur de la honte de la déchirure bretonne.
Que ces partis bretons unis ,si possible, organisent des réunions et actions chez nous.
J'ai organisé une réunion débat sur le dossier Mutuelles en Bretagne,aucune organisation bretonne invitée
ne s'est déplaçée.Le CD 44 a eu la politesse de s'excuser.....Alors?
Contactez moi ,je vous en dirais plus sur d'autres réalisations et projets (2018/2019)que j'ai menés depuis les années 60 jusqu'à aujourd'hui .
Et vous?

Lucien Le Mahre
Lundi 30 avril 2018

En tout cas, et bien que je ne sois nullement expert en politique politicienne, pour ce qui est des détails de l'opération, j'ai déjà fait à plusieurs reprises et je renouvelle encore exactement la même suggestion que @Lhéritier Jakez dont, au passage, les interventions sont toujours réalistes et constructives.
Si nous arrivons à bâtir une telle plateforme, un telle base, un tel noyau, un tel ferment, nous jetterons les bases d'un mouvement comparable à ceux des régions qui, contrairement à la Bretagne, sont arrivées politiquement à quelque chose, non seulement en Europe ou au Canada, mais également dans le cadre de la République jacobine.
Après, en raison de la conjoncture actuelle, cela peut aller vite, en commençant par nous faire décoller des scores confidentiels à l'échelle régionale.
L'illusion alternative des grands (ou désormais ex-grands) partis hexagonaux a fait son temps, il faut je crois s'en rendre compte. Y compris en tant que protecteurs intéressés de telle ou telle mouvance, naïvement réjouie par l'octroi d'un strapontin qui jamais ne se change en fauteuil.
En promettant quelques miettes pour agrémenter leur jacobinisme aux ordres de leurs états-majors centralisés, ils se seront finalement montrés aussi chiches que les pêcheurs de la rivière chinoise Guillin envers leurs cormorans éternellement entravés, lesquels, après des heures de labeur et des kilos de poisson rapportés au maître, reçoivent le soir venu pour tout salaire un misérable poissillon jeté à la volée.

Yann Kerne
Lundi 30 avril 2018

Changer de nom à tout bout de champs cela perturbe les électeurs.
Cela veut dire que d'une élection à l'autre on ne peut pas se faire une idée de ce qui a été fait
Changer de nom souvent pour masquer les échecs????

Yann Menez Are
Lundi 30 avril 2018

Réunir toutes les organisations bretonnes c’est un bel objectif, mais c’est loin d’etre suffisant. en terme électoral on sera à 10-15/100.
Le vrai défi consiste à bâtir un programme susceptible de convaincre les 85 pour cent des bretons qui votent systématiquement pour des formations franco françaises et jacobines qui plus est !

Yann Menez Are
Lundi 30 avril 2018

Réunir toutes les organisations bretonnes c’est un bel objectif, mais c’est loin d’etre suffisant. en terme électoral on sera à 10-15/100.
Le vrai défi consiste à bâtir un programme susceptible de convaincre les 85 pour cent des bretons qui votent systématiquement pour des formations franco françaises et jacobines qui plus est !

spered dieub
Lundi 30 avril 2018

Pour Lucien et les autres ,déjà le jour ou la population bretonne pensera Bretagne avant de penser France et classe politique francilienne ,un très grand pas sera accompli .C'est d'abord par là qu'il faut commencer .Et dans ce sens une dénomination, comme pour la Bretagne est bien plus efficace que MBP .

Lucien Le Mahre
Mardi 1 mai 2018

La réunion des organisations bretonnes n'est certes pas suffisante, Yann, même si elle demeure nécessaire car il faut commencer par là, difficile de procéder autrement.
Mais ce n'est qu'un début, c'est vrai, à partir duquel il est indispensable de mettre sur pied un programme général.
C'est en effet le but, afin de ne plus se cantonner à ce que les hexagonaux nous abandonnent volontiers : "la défense de la bretonnité" (trop souvent encore perçue comme le vestige d'un passé condamné à terme) en se réservant jalousement ce qui fait voter le grand nombre : l'emploi, le développement économique, le social, la fiscalité, les subsides, les postes et les carrières, les médias, la place dans l'Europe et dans le monde etc...
On a donc aux yeux des gens et pour rejoindre le constat de @spered dieub, d'un côté les mini formations bretonnistes éparpillées qui défendent des langues que les gens ne parlent plus, une Histoire qu'ils ne connaissent pas (plus ou moins des légendes comme le répète leur presse régionale) les deux étant peu ou pas enseignés du tout, ou plutôt remplacées par celles du grand voisin, puisque la vision à long terme de l'Etat nation reste "l'assimilation par substitution progressive d'identité" (il n'y a pas qu'en Loire Atlantique), ce à quoi nous nous opposons au nom des Droits de l'Homme.
(Evidemment, le secteur culturel breton fait de la résistance, en développant une culture autochtone remarquable mais n'ayant pas tout-à-fait pignon sur rue puisque, malgré certains subsides, elle repose essentiellement sur le bénévolat. Bénévolat admirable par ailleurs, mais les gens voient pas forcément ce qui leur parait aller de soi).
Et de l'autre, on peut dire en face : une francisation omniprésente, possédant ou contrôlant toute la machinerie étatique officielle, celle qui les représente au national et à l'international, celle qui possède les grands corps d'Etat, les Armées, les entreprises monopolistiques nationales, les communications et tout le reste, celle qui nous emploie et attire nos élus dans leurs réseaux puissants et rémunérateurs...
Aussi, outre les manquements voulus de l'éducation, est-il bien difficile d'échapper au rouleau compresseur des médias centralisés qui nous ignorent ou presque, le reste étant réduit à la portion congrue.
Total : pour retrouver le souci de tous : peut-on espérer un vote autre que symbolique quand on propose en tête de gondole la défense d'une culture "régionale" que les gens ne voient pas reliée au développement économique dans une République telle qu'elle est : centralisée et donc possédant toutes les commandes et réduisant dans sa logique des nations historiques plus anciennes que la France, telles que la Bretagne, à de gros départements sans grande volonté propre ?
La réponse est non, je crois que nous sommes tous d'accord.
Je soulignerai cependant pour finir l'estimation de Yann à 10-12% de suffrages atteignables par "la coalition bretonniste" (et non "bretonne", tous les Bretons n'étant pas bretonnistes, il s'en faut de beaucoup, rappelons-nous de 2014). C'est déjà un score permettant d'accéder aux financements démocratiques qui nous sont dus puisque nous payons pour cela et d'envisager une visibilité encourageante pour l'avenir : voyons le volontarisme politique d'une Corse moins peuplée qu'un seul département breton !

Peri loussouarn
Mardi 1 mai 2018

à Lheritier Jakez
Pour ce qui est de mes engagements pour la Bretagne, comme vous visiblement, je ne reste pas inactif, je peux vous l'assurer,
à commencer par les matières politiques et éducatives.
Ceci-dit, je me permets une seconde question : vous dites "Je vote selon un programme ,et selon la personne fiable qui se présente .Bretonne ou autre" :
est-ce à dire que vous vous autorisez toujours le vote pour les partis jacobins ?
Vous parlez de stratégie à long terme : c'est une idée que je rejoins mais puisque vous connaissez les résistances à surmonter, je pense ne pas avoir de mal à vous convaincre qu'il est d'abord nécessaire de structurer les partis - ici "pour la Bretagne", mais cela est vrai pour le parti breton, Breizh Europa, l'Udb, ... le temps de l'union venant par la suite si possible.... Cela est évidemment fortement souhaitable, si possible...

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.