Le joueur de bombarde devenu directeur de recherche chez Facebook (vidéo)

Yann Le Cun était l'invité d'honneur du premier Interceltic digital day à Lorient dans le cadre du festival interceltique. L'événement qui s'est déroulé aujourd'hui autour d'une centaine de personnes dans le cadre du Club K, était organisé par Breizh America . Il correspond à une des nouvelles directions du Festival qui entend marier un peu plus l'Économie à la Culture comme l'a expliqué le président du FIL, Guy Gestin, lors de la conclusion de la journée.

Yann Le Cun 40 40699_1.jpg Yann Le Cun

Fils d'un ingénieur en aéronautique, Yann Le Cun est un Breton qui vit à New York, où il est professeur à l'Université, et à Paris, où se trouve l'un des trois centres de recherches de Facebook sur l'Intelligence artificielle, les deux autres étant à New-York et à Menlo Park en Californie. Il est le directeur de recherche des trois labs.

Du connexionnisme aux réseaux sociaux

Étudiant à Paris en informatique, sa thèse sur les "modèles connexionnistes de l'apprentissage" avait été remarquée et il devient rapidement professeur à l'Université de Toronto, puis de New York.

Certains de ses algorithmes sur le connexionnisme avec des applications dans la reconnaissance des images étant utilisés par Facebook, son CEO, Mark Zuckerberg, finit par lui proposer le poste de directeur de recherche sur l'Intelligence artificielle. Il accepta en 2013 mais à condition de garder sa chaire de professeur à l'université de New York et de travailler dans un laboratoire ouvert.

Comme il passe régulièrement ses vacances dans les Côtes d'Armor où sont ses racines (il joue de la bombarde), il était dispo pour parler de ses recherches au digital day.

La confiance est la bande passante de la connaissance

Au cours de l'interview video, Le Cun explique que la recherche ne peut avancer que dans la transparence la plus totale et le partage des découvertes "on progresse rapidement parce qu'on partage beaucoup [...] on publie tout ce qu'on fait en open source". Pour Yann Le Cun, le partage est un démultiplicateur de l'innovation. Chercheur en intelligence artificielle, Yann Le Cun est un fervent partisan de l'intelligence collective (en réseau) et voit la science comme une extension de l'open source.

Philippe Argouarch

©agence bretagne presse

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

Jack Leguen
Jeudi 11 août 2016

Un open lab , super ! Mais les bad guys en profitent aussi . Un logiciel russe permet à la police d'identifier les personnes dans une manifestation , il suffit juste de filmer la manifestation. Voir aussi l'application russe Findface. Tout ça semble utiliser des algorithmes développés par Yann et ses équipes de chercheurs.

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 3 ?

Publicités et partenariat