Le grand gaspillage des revues municipales et régionales que personne ne lit
Article de Philippe Argouarch

Publié le 11/05/12 20:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Il semblerait que certains élus socialistes aient un faible pour subventionner les agences de communications, les fabricants de logos et les journaux municipaux ou régionaux, en fait tout ce qui servait au siècle dernier à la propagande. Avec l'internet et les réseaux sociaux, tout ce système et les pratiques qui vont avec sont en train de s'écrouler.


La Cour des comptes avait déjà épinglé le trimestriel Bretagnes, voulu par Jean-Yves Le Drian au début de son premier mandat comme président de région. Le magazine s'est révélé être un véritable fiasco financier... Très largement subventionnée, cette revue à caractère universitaire n'a jamais trouvé son public. Diffusée à 6.000 exemplaires, Bretagnes a coûté 520.000 euros à la Région, pour 11 numéros. Quelques villes ont également mis au pot. La revue n'a dépassé qu'avec peine les 1.000 acheteurs en kiosque. Soit une subvention de 45 euros par lecteur, pour un coût au numéro de 48.000 euros.

Des connexions troublantes

Quand, en 1997, Jean-Marc Ayrault a été condamné, pour délit de favoritisme, à six mois de prison avec sursis et 30.000 Francs d'amende (1), une autre personne a été condamnée à 5 ans de prison ferme, il s'agit de Daniel Nedzella, qui était le PDG de la SNEP qui publiait le magazine municipal de la ville de Nantes.

Daniel Nedzella, qui vit aujourd'hui à La Baule, avait été cité plusieurs fois dans les années 90 dans des affaires de financement occultes du PS. Le fait que Daniel Nedzella ait été un financier du PS est avéré, ABP laisse les lecteurs en tirer leurs conclusions à la fois sur ce qui s'est vraiment passé et sur la timidité de la justice française quant à certaines pratiques pour le financement des grands partis politiques en général et pour le financement du marketing des personnes et des idées en particulier. Interviewé sur RMC (Radio Monte Carlo) ce matin, Hervé Louboutin, directeur du magazine Le Nouvel Ouest, parle d'un " système Ayrault " qui comprendrait la fabrication du " mythe " Ayrault, une communication pour faire oublier aux électeurs sa condamnation qui d'ailleurs, d'après son avocat, aurait été revue : " La condamnation de M. Ayrault en 1997 est nulle et anéantie par la réhabilitation intervenue en 2007 ", a déclaré Me Mignard à l'AFP. Juste une question Me Mignard : si le jugement était contestable pourquoi n'avez vous pas fait appel en 1997 ?

S'en tenir aux chiffres

Récemment, la chambre régionale des comptes a fait remarquer que le budget de la communication des Pays de la Loire dépassait celui de l'Île de France ! ( voir l'article ). Six maisons de la région ont été construites et on sait que la communication consiste principalement à faire croire aux habitants des pays de la Loire que cette région a une identité et existe depuis la nuit des temps.

Mais le plus surprenant c'est le nombre de revues subventionnées par la région Pays de la Loire en pleine crise économique. À croire qu'Internet n'existe pas, à croire que la crise n'existe pas. La revue 303, sur papier glacé, est subventionnée à hauteur de 336.000 euros en 2012, en progression depuis l'année dernière. Elle ne connait pas un grand succès en librairie (4 publications annuelles de 2.500 à 4.500 exemplaires). La revue "Place publique" sur Nantes se vend mal également (10 euros le numéro) et sa subvention régionale serait passée de 10.000 à 46.000 euros. Enfin le magazine régional Pays de Loire (gratuit) est imprimé en région parisienne par l'imprimerie Grenier.


Note

(1) En 1994, la chambre régionale des comptes notait que la « principale dépense de l'Omnic – l'impression et la diffusion du journal municipal “Nantes Passion” – ainsi que de nombreuses autres impressions, pour environ 6 millions de Francs par an, avaient été confiées, depuis 1989 et jusqu'au 1er janvier 1994 – sans appel formalisé à la concurrence, ni contrat écrit autre que celui concernant la régie publicitaire – à la même entreprise ». C'est sur ces faits uniquement que Jean-Marc Ayrault et Daniel Nedzella avaient été condamnés en 1997.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2810 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.