Le gouvernement propose un Pacte d'Avenir aux Bretons mais pas de suppression de l'écotaxe

-- Economie --

Dépêche
Par La Rédaction

Publié le 16/10/13 15:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Suite à une réunion de ministres sur la crise de l'agroalimentaire breton qui s'est tenue à Matignon ce matin, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a produit le communiqué que vous trouverez en PDF.

Cette réunion d'urgence était composée des ministres suivants : M. Pierre Moscovici, Mme Nicole Bricq, M. Arnaud Montebourg, M. Philippe Martin, M. Michel Sapin, M. Jean-Yves Le Drian, Mme Geneviève Fioraso, M. Stéphane Le Foll, Mme Marylise Lebranchu, Mme Sylvia Pinel, M. Bernard Cazeneuve, M. Frédéric Cuvillier, M. Guillaume Garot, M. Benoit Hamon, ainsi que le préfet de la région Bretagne, M. Patrick Strzoda.

Un pacte et des aides à la reconversion

Le gouvernement propose un pacte «Avenir Bretagne» : «Un Pacte d'avenir Bretagne sera finalisé d'ici la fin de l'année. Ce Pacte reposera sur trois piliers : les premières actions annoncées aujourd'hui, le Plan Bretagne pour l'agro-alimentaire que le Préfet et le Président du Conseil Régional ont déjà commencé à préparer et l'accélération du Contrat de Plan entre l'Etat et la Région. Ce contrat de Plan portera sur 5 axes essentiels : l'enseignement supérieur, la recherche, et l'innovation ; les filières d'avenir et l'usine du futur ; les infrastructures et usages du numérique ; les mobilités multimodales ; et la transition écologique et énergétique». D'autre part, le salaire des licenciés de l'agroalimentaire serait payé par l'état à hauteur de 97% pendant un an dans le cadre de la reconversion ce des salariés.

Pas de suppression de l'écotaxe en Bretagne mais une étude des impacts promise

en ce qui concerne l 'écotaxe, le gouvernement a rappelé que «Prenant en compte le caractère périphérique spécifique de la région Bretagne, l'Etat a déjà accordé une réduction de 50 % du montant de l'écotaxe et exclu du réseau taxé la route nationale 164, arc vital de la Région pour le secteur agroalimentaire, ainsi que l'intégralité du réseau local. Les véhicules affectés à la collecte de lait et les véhicules agricoles sont exonérés de l'écotaxe poids lourds.»

100 millions alloués pour compléter la N164 du centre Bretagne

Dans le cadre du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 près de 100 M¤ seraient débloqués pour faire progresser la mise à 2X2 voies de la RN164, en accompagnement d'un effort similaire des collectivités locales et notamment de la Région.

Rien sur la fiscalité des entreprises

Les économistes savent bien que la crise de l'agroalimentaire en Bretagne s'inscrit dans un cadre bien plus vaste. La crise de compétitivité des entreprises françaises touche en Bretagne non seulement l'agroalimentaire mais l'automobile, les constructions navales et des milliers de PME diverses et variées. Beaucoup ont déploré que l'adoption de l'écotaxe, qui existe en Allemagne, n'ait pas été accompagnée, justement et adroitement, d'un ajustement de la fiscalité des entreprises françaises sur celle qui marche en Allemagne. L'institut de Locarn avait invité à ce sujet un économiste qui avait produit une étude comparative qui montrait la disparité toute à l'avantage de l'Allemagne. Malheureusement la France et tout particulièrement ce gouvernement, est bien plus rapide en ce qui concerne l'adoption de nouvelles taxes que de s'engager dans des réformes structurelles profondes qui, seules, peuvent sauver l'économie bretonne d'une désindustrialisation totale.

Document PDF 10.pdf Communiqué sur la crise en Bretagne. Source : Cabinet de 1er Ministre, service presse
Document PDF 10.pdf Réponse de jean-Marc Ayrault au député Richard Ferrand lors des questions au Gouvernement à l'Assemblée nationale.. Source : Pôle Stratégie, médias et communication gouvernem
Voir aussi :
mailbox imprimer