Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Le Drian, diviseur de la Gauche
Contrairement à l'attitude adoptée par le PS dans toutes les autres régions, contrairement même à l'attitude que Le Drian avait adoptée en 2004, ce dernier a refusé ce lundi la règle démocratique et républicaine de la proportionnelle pour réaliser la fusion entre sa liste et celle d'Europe Écologie.
Mona Bras pour UDB le 16/03/10 9:28

Contrairement à l'attitude adoptée par le PS dans toutes les autres régions, contrairement même à l'attitude que Le Drian avait adoptée en 2004, ce dernier a refusé ce lundi la règle démocratique et républicaine de la proportionnelle pour réaliser la fusion entre sa liste et celle d'Europe Écologie.

Tout prouve que Le Drian avait décidé de longue date que la fusion ne se ferait pas. Hier soir, dès 22 h, le PS collait à Rennes les affiches du second tour (tout était donc déjà programmé). Non sans morgue il entendait mettre sur le quota d'Europe Écologie les 4 personnalités étiquetées écolo qu'il avait embarquées sur sa liste pour tenter de mettre Europe Écologie Bretagne sous la barre des 10 %, ce qu'il savait évidemment inacceptable de notre part. Le message était clair : dans un scrutin pourtant à 2 tours, ne pas rallier son panache dès le 1er tour était un crime de lèse-majesté.

Il n'a pas varié de cette position de 10 h du matin à 19 h 30, heure à laquelle il a lancé l'impression de ses bulletins de vote, nous obligeant à faire de même.

Le Drian porte donc l'entière responsabilité de l'échec de la fusion. Cette attitude a provoqué un réel désarroi chez plusieurs secrétaires fédéraux PS (Thierry Burlot dans le 22, Gwendal Rouillard, pourtant ancien assistant parlementaire de Le Drian, dans le 56)... et chez Marylise Lebranchu, qui est tentée d'interpréter le comportement de Le Drian comme une volonté d'affaiblir Aubry dans ses ambitions de candidature à la présidentielle de 2012 (Le Drian s'y opposant). Tous sont conscients des conséquences de cette stratégie de division pour les scrutins à venir.

Europe Écologie Bretagne sera donc présente au second tour avec une liste maintenue à l'identique.

Le passage de 11 à 3 listes devrait se traduire pour les 3 listes par une augmentation mécanique de leurs scores respectifs (les 8 listes éliminées ont totalisé 28 % des suffrages). Pour Europe Écologie Bretagne, un score de 15 % le 21 mars (représentant par rapport aux 12,2 % du 14 mars un gain de 10 % du total des voix recueillies par les 8 listes éliminées) donnerait 9 ou 10 élus, un score de 20 % donnerait 12 ou 13 élus (soit davantage que ce que Le Drian nous consentait en niant notre représentativité réelle du premier tour).


Pour rappel, le meilleur score obtenu par Europe Écologie le 14 mars est de 17,5 % en Rhône-Alpes (avec le cas particulier de la Corse où la liste autonomiste soutenue par Régions et Peuples Solidaires, donc l'UDB, a obtenu 18,5 %).

Le 21 mars la Région Bretagne peut donner son meilleur score aux écologistes et aux autonomistes, un score qui serait historique.

La mobilisation des militants de l'UDB et de tous les militants Europe Écologie Bretagne cette semaine en vaut donc la peine. Nous n'avons que quelques jours. Faisons fonctionner tous nos réseaux.

Le deuxième enjeu est que la victoire de Le Drian, qui ne fait aucun doute (il est important d'en être conscient pour convaincre les hésitants à choisir le vote Europe Écologie le 21 mars), soit une victoire à la Pyrrhus, avec une majorité non pas absolue mais relative, c'est-à-dire de moins de 50 %.

La faute politique de Le Drian, diviseur de la gauche, peut constituer un accélérateur historique dans l'affirmation de l'écologie et de l'autonomisme comme 3e force politique en Bretagne. Nous vivons des moments assez difficiles humainement mais également exaltants. Une nouvelle page de l'histoire politique de la Bretagne s'écrira peut-être dimanche.

Christian Guyonvarc'h
Numéro deux
sur la liste Europe Écologie Bretagne dans le Morbihan

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2200 lectures.
Vos 17 commentaires
Aleksandr ar Gall Le Mardi 31 août 2010 23:27
Voilà ce qui se passe quand on croit bon de jouer les mercenaires pour les socialistes... Vous êtes bien punis de votre naïveté envers un PS qui n'aura de cesse de chercher l'hégémonie et qui ne sera jamais ouvert à la moindre dévolution pour la Bretagne. Au moins les choses sont claires maintenant.
(0) 

Paul Chérel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Je ne sais pas ce qui vous permet d'arriver à une majorité relative de Le Drian. La prime de 25 % accordée à la liste gagnante lui donnera sûrement la majorité absolue des sièges, même si elle est moindre que les 58 sièges sur 83 obtenus en 2004. L'alliance d'un parti breton, quel qu'il soit, avec un parti français, est une erreur. Paul Chérel
(0) 

Ghildas Durand Touz Le Mardi 31 août 2010 23:27
C'est le revers de la médaille, ou, pourrait-on dire, un retour de manivelle : pour ce qui est de diviser, l'UDB est allée à bonne école depuis plus de quarante ans ! Cela vous sert à quoi de discuter de la couleur à peindre sur la coque du navire quand celui-ci est en train de sombrer ? Ghildas Durand Touz.
(0) 

mathieu ménard Le Mardi 31 août 2010 23:27
Eh bien la fabuleuse idylle semble avoir tourné court. On note que ce qui chagrine l'UDB, c'est que "la gauche soit divisée". Donc la gauche jacobine comme la gauche supposée "régionaliste" sont bel et bien dans le même bateau. Merci de l'aveu clair et net.
Mais le meilleur étant que ce désir de coller au train socialiste français soit payé à coups de trahison. Au moins c'est clair !
Soyons sûr que lorsque le deuxième tour sera clos, le jeu des chaises musicales mettra tout le monde d'accord. L'UDB pourra alors "tourner la page".
Je ne crois qu'en un parti breton, totalement et uniquement. Ces élections ont montré que les ambiguïtés y compris chez Troadec sont mortelles.
(0) 

Pierre J.Y.M. LEMOINE Le Mardi 31 août 2010 23:27
Quelle gauche ? Celle d'Aubry ou de Royal , deux jacobines anti bretonnes . Il me semble difficile ( non , il a trop souvent joue avec le feu et les double jeux ) de voir le signataire , qui se dit breton , prendre tous ces gens comme reference ... bretonne .
(0) 

jan michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
...cela aurait été tellement plus simple de faire liste commune avec une véritable liste Bretonne : Nous te ferons Bretagne ! Le résultat aurait été élevé !!
(0) 

David Derrien Le Mardi 31 août 2010 23:27
Je dois avouer que c'est une sacré surprise de voir une triangulaire lors du second tour (même C Troadec a été pris de court !). Donc dire de Le Drian qui est le diviseur de la gauche est un peu s'avancer sur la façon dont le PS a pu gérer le premier tour et organiser le second. Reconnaissez tout simplement que vous avez recu une leçon de stratégie. Pourquoi ? sortez du bois et avouez que l'enjeu de ces élections résidait dans un rapport de force et l'attribution finale de strapentins, en se allianr au second tour au PS.(Ce qui est d'autant plus vrai pour l'UDB qui a pour objectif politique d'être représentée à l'assemblée régionale), et que pour réussir son pari du second tour Le Drian avait besoin de s'assurer le premier en intégrant aussi des "écolos",des "bretonnants".... . Qui osera faire croire que, en l'absence de compétences générales sur l'environnement, l'emploi, la gestion maritime, le développement d'énergie propre..., l'EECO pouvait appliquer l'ensemble de son programme (je ne vais pas rappeller ici quelles sont les attributions du CR, bien maigres en l'occurence). mais bon pour être propre il faut un programme complet. Tout ça n'est que calcul arithmétique bien navrant. Et bien mal vous en a pris ! et vous voilà obligé de vous assurer un avenir comme conseiller régional... (je pressens déjà que certains udébistes souffrent déjà ce cette situation, eux qui avaient déjà loupés le coche en 2004...). Mais malgré cela, étant Breton, je suffoque à cause de l'hégémonie du PS en Bretagne, et si je peux, par mon vote, amoindrir l'action et la présence de ce parti en Bretagne (tout comme l'UMP d'ailleurs) prest on da zañsal gant an diaoul !
(0) 

Lionel Chenevière Le Mardi 31 août 2010 23:27
"Le Drian, diviseur de la Gauche" et l'udb diviseur de la Bretagne ! Amen.
(0) 

RIO frédéric Le Mardi 31 août 2010 23:27
Je ne crois pas qu'il soit le diviseur de la Gauche d'autant plus que lui au moins est un vrai socialiste. Il a toujours pris soin de vous incorporer dans ses équipes et celà date de quand il était maire de Lorient. Pour le remercier, l'UDB va s'allier avec Hascouet qui tout d'un coup alors qu'il est du Mans et a fait toute sa carrière dans le Nord de la France se rappelle qu'il a un nom breton; surtout après son échec pour prendre la tête des verts. Mais qu'est ce qu'il vous a pris de ne pas rejoindre un vrai socialiste breton dès le 1er tour... Vraiment qu'est ce qu'il vous a pris???????
(0) 

pierre camaret Le Mardi 31 août 2010 23:27
On n'entend que La Gauche , la Gauche ,la Gauche et tres tres peu Bretagne ,Bretagne . Vraiment le mal est profond. En fait les "Partis Nationaux" ne devraient pas presenter de candidats aux elections Regionales.Il ne devrait y avoir que des partis et des candidats Regionaux....puisque le but est de gerer la Region ??
(0) 

jan michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
... conclusion : aux prochaines élections : l'UNION ! L'UNION : Parti Breton, Nous te ferons Bretagne et l'UDB !!!
(0) 

Jean-Loup LE CUFF Le Mardi 31 août 2010 23:27
Défenseur du site historique de Saint-Aubin du Cormier, je ne ne peux mettre notre travail de près de 10 ans (MAB + Koad Sav Pell) au service d'un seul parti breton, mais bien au service de la Bretagne toute entière... Ainsi je ne suis encarté nulle part et reste libre de parole! J'étais sur la liste "NTFB" et j'en suis fier, et prêt à repartir... mais comme mon premier parti reste celui de la Bretagne, au second tour dans cette surprenante triangulaire, je vais voter pour les derniers bretons en lice! En effet je n'oublie pas qu'en 2000 et 2001, l'UDB était à nos côtés pour dire "NON" aux ordures sur le champ de bataille de Saint-Aubin du Cormier, et que Le Drian et ses amis du PS "breton", dans l'opposition du président Rohan, étaient totalement absents de notre lutte! (Même pas un courrier de soutien! Il est vrai que le vice-président du Sitcom profanateur de Fougères était PS!) Dimanche je vais donc voter pour la Bretagne et la liste EE-UDB! Et pour moi, les militants bretons abstentionnistes vont faire une erreur de calcul politique... Chans vat evit Breizh!
(0) 

padrig montauzier Le Mardi 31 août 2010 23:27
Ah nos Harkis après plus de 40 années de collaboration avec la gauche et l'extrême gauche françaises, des pleurs et des pleurs car ils ne vont pas retrouver leurs petits sièges de petits bourgeois notables totalement inefficaces pour le combat de libération de la Bretagne !!! J'en pleure de joie !!!
(0) 

mathieu ménard Le Mardi 31 août 2010 23:27
Oui, ces messieurs n'auront plus de vice présidence pour se faire mousser ici et là. C'est cocasse.
(0) 

pierre camaret Le Mardi 31 août 2010 23:27
Les derniers messages .Les "Harkis" bretons en effet c'est le seul cote positif de cette election. NB .Les autres Harkis Algerie" ceux la je les respecte .Ils ont ete jusqu'au bout de leurs idees .Et Honte , Honte a la France ,de les avoir si maltraites
(0) 

burban xavier Le Mardi 31 août 2010 23:27
A Tous ,
JYLD n'avait pas eu cette attitude aux élections régionales de 2004 , le politicien issu du sérail revient aux méthodes du système hégémonique à l'instar des partis qu'il a évincé de la scène politique PC , PRG ...ect... Le PS est arrogant malgré une abstention de 51°/° cette fois . L'allié VERT - UDB société civile devenait encombrant d'ou cette situation pour le second tour . Cependant, les électeurs ont accordé 60 °/° au personnel politique qui les gouverne depuis 40 années UMP et PS , ce mode binaire a fait ses preuves pour les idées et les résultats négatifs de la conduite des affaires : chomage , précarité , pauvreté rampante des ménages , abandon des + jeunes à la misère 27°/° des jeunes sans emplois ....,le système doit s'entretenir c'est pourquoi les moyens médiatiques et le discours convenu trouvent encore écho parmi les votants .... UMP et le PS le savent , ils ont besoin d'etre adversaires pour exister . Les Bretons sont légitimistes et soumis , nous devions nous y attendre , c'est une permanence dans cette population . Il est vrai que le quotidien de nombre d'entre-eux est ardu , la réalité économique cruelle .....
Pourtant, cette dernière élection permettra au personnel politique Vert UDB de s'affirmer face à un appareil socialiste qui a échoué et sans projet novateur pour la Bretagne . C'est peut-etre une chance d'élaborer un dessin politique hors système ....Cette stratégie de se compter a été la bonne en dépit du sacrifice pour ces 2 organisations d'obtenir que peu de sièges au Conseil Régional de Bretagne administrative , nous commençons à nous émanciper de la tutelle socialiste et de ses affres ....JYLD sera élu confortablement 55°/° des suffrages sera probablement atteint et le mépris sera total . Je ne suis pas déçu par l'alliance Vert UDB et société civile , nous nous connaissons mieux et sommes proche du peuple ouvrier , salarié , employé , agriculteurs , pecheur dans la difficulté . Nous pouvons etre une alternative et un espoir en Bretagne . Ceux qui ont été dès le 1er Tour sur la liste du sortant désanchanteront et butteront sur des problèmes mineurs . La réunification de la Bretagne et le sauvetage de la langue bretonne promesses répétées des socialistes resteront lettres mortes . Par nous-memes nous y parviendront sur les sujets du quotidien et la question bretonne .Je sais pour qui je ne voterai pas et plus demain au second tour . Il y aura des mécomptes dans les scrutins locaux à venir pour le PS !
(0) 

Prigent Michel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Il est vrai que "...Les Bretons sont légitimistes et soumis.", la religion, vivace en Bretagne n'y est pas étrangère.
Il est cependant prévisible que la gauche majoritaire dans les collectivités locales ne se privera pas d'imputer à l'état "UMP" de Sarkozy la responsabilité des hausses d'impots locaux consécutives aux "cadeaux fiscaux" (forcément !) et à la "pingrerie" de l'Etat.
C'est un argument sur lequel l'opposition surfera sans discontinuer jusqu'aux Présidentielles et qui aboutira (peut-être ?) à l'élection d'un candidat de gauche qui, comme Mitterrand en 1982 se heurtera au "principe de la réalité", à savoir que les caisses sont vides.
Les collectivités locales gagneront en "autonomie (!) budgétaire" pour gérer le "sale boulot": RSA, social, personnes âgées, investissements publics (74% des dépenses nationales).
Bien entendu le pouvoir central qui entend bien être le dernier à subir la paupérisation générale du pays ne réduira que parcimonieusement son train de vie (12% du budget soit 30Mds€) et ne renoncera pas à ses projets grandioses d'aménagement de la capitale (35 Mds€ du "Grand Paris") tout en ménageant les fonctionnaires d'Etat qui constituent sa garde rapprochée et pérennise le système jacobin. Devant l'impéripétie pécunière inévitable de l'Etat, nous pourrions attendre des Régions (entr'autres) une réclamation intransigeante à plus de compétences et pouvoirs locaux pour atteindre la norme des pays voisins.
Gageons qu'il n'en sera rien, car la Gauche adhère totalement au système centraliste et trouvera bien plus électoralement "rentable" d'accuser la droite au pouvoir de tous les maux.
Un journaliste avait écrit il y aune dizaine d'années un bouquin expliquant que la Gauche ne tenait pas à remporter les Présidentielles car trop exposé à tous les em....le satut d'opposition étant bien plus confortable.
Devant ce que j'oserai appeler une telle "connivence", le citoyen est bien vulnérable.
Et Burban Xavier a bien raison d'appeler à la "résistance civile".
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons