Le développement du télétravail en Bretagne
Enquete de Philippe Argouarch

Publié le 11/02/06 7:19 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ce vendredi 10 Février. l'Institut de Locarn organisait un séminaire sur la thématique "Télétravail et développement local" autour de Christian Le Cornec, directeur régional de France Telecom, Yves Tyrode directeur du technocentre de France Telecom et de Catherine Ledic, directrice de l'Adec de Haute Alsace.

Alors que le prix du litre d'essence continue d' augmenter, que la vitesse moyenne d'un automobiliste de Londres ou de la région parisienne est de 25 Kms/heure et finalement à l'heure du réchauffement de la planète à cause de l'effet de serre, travailler chez soi, autrefois le rêve de millions, deviendrait-il la nécessité?

La notion de port va remplacer celle de bureau

Il est évident qu'écrire des logiciels ou travailler sur l'Internet peuvent tout aussi bien se faire en Bretagne que dans la banlieue de Paris, surtout si ces banlieues deviennent la source d'insécurités voir d'émeutes chroniques. La Bretagne quant a elle, est un des plus beau coin du monde et a une solide cohésion sociale. L'endroit révé pour télétravailler--a condition qu'il y ait une connexion ADSL.

Pour reprendre les mots de Christian Le Cornec nous allons vers une société : "post pétrole, post taylorisme et post centralisme". L'ensemble de ceux qui téletravaillent comprennent les nomades, ceux qui travaillent a domicile et les alternés. Il représente en France déjà 7% des salariés et 1,5 million de français. Le télétravail est défini comme toute activité à distance effectuée à l'aide des TICS (technologies de l'information et de la communication). Aux USA, le télétravail est estimé à 15% des salariés.. En europe, le champion du télétravail est le Danemark avec 17,4 % des salariés (source (voir le site) ).

D'après FT, 100% des communes de la région Bretagne auront l'ADSL avant la fin de l'année 2006.

Cela ne veut pas dire que tous les Bretons auront l'ADSL. Dans les zones rurales, les personnes habitant à plus de 6 Kms du central téléphonique ne pourront toujours pas recevoir le signal en haut debit. Pour ceux là, il faudra attendre de nouveaux développements technologiques et en particulier le WIMAX qui transmet les échanges Internet par signaux hertziens.

Le retour du minitel

Ayant constaté que le point de fragilité de l'Internet est le terminal, pas le réseau, France Telecom en a profité pour annoncer l'arrivée de terminaux simplifiés basés sur Linux, très légers et intégrant des logiciels genres Skype pour la téléphonie basée sur IP (numérotation Internet), la messagerie et l'instant messaging. En fait des minitels, mais a haut débit et multimédia.

Une nouvelle forme d'organisation du travail

D'aprés cyberworker, (voir le site) , le téletravail est plus qu'une nouvelle façon du travailler: c'est une nouvelle organisation du travail. L'absence de supervision directe nécessite une évaluation sur la performance de l'employée comme elle se fait tous les 6 mois dans les entreprises americaines par exemple. Le critére d'ancienneté n'étant plus du tout un facteur applicable dans le cas du téletravail et de la confiance employeur/employé qu'il nécessite.

ABP/PFA

le site de Locarn: (voir le site)

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1123 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.