Le coût de la marque Bretagne

-- Economie --

Enquete
Par Philippe Argouarch

Publié le 1/02/11 17:32 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La bataille des chiffres

Dans son édition du 7 janvier, le quotidien Le Télégramme parlait de 250.000 euros pour l'étude et le lancement de la marque BRETAGNE. Par contre la Gazette des Communes du 27 janvier parle de 450.000 euros.

« La démarche a nécessité un investissement de l'ordre de 450.000 euros (études et lancement). Accompagnée par le cabinet de marketing territorial “Comanaging”, dirigé par Joël Gayet, elle est coordonnée par l'Agence économique de Bretagne, sous la houlette d'Anne Miriel », écrit la Gazette. (voir le site) ’une-marque-de-territoire-a-ses-couleurs/ .

ABP a contacté une conseillère régionale qui a déclaré que la somme est plus proche de 450.000 euros si on inclut l'étude faite en 2009 sur la perception des Bretons de leur région. Il s'agit d'une première étude faite par le CRT (Comité Régional du Tourisme) sur la perception de la Bretagne en France, en Irlande et en Grande-Bretagne.

Une enquête approfondie menée de Lyon

Il y a eu ensuite une deuxième étude plus ciblée menée par le Conseil Régional, le CRT et l'Agence économique de Bretagne. C'est celle faite par Comanaging à Paris.

Comanaging affirme avoir consulté 4.700 personnes pour son étude. « Au total, l'étude a généré une mobilisation active de plus de 4.700 personnes : mobilisation de plus d'une centaine d'experts ou acteurs-clés du territoire, ayant des connaissances reconnues dans plus de 70 domaines d'expertises distincts (historiens, géographes, sociologues, conteurs, photographes, conservateurs…) ». (voir le site)

Le design a fait l'objet d'un autre appel d'offre résultant en un contrat de 250 000 euros (selon notre source au Conseil Régional), remporté par une agence de Lyon Communiquez (voir le site) . Le logo a été désigné par Xavier Mercier.

La NASA l'avait fait il y a 50 ans

Certes les logos peuvent être chers, mais certains font remarquer que choisir le noir et blanc était une évidence. Quant à l'effet "moderne" réalisé en enlevant les barres verticales du E pour rappeler le Gwenn ha du : rien de nouveau, la NASA il y a 50 ans avait déjà eu l'idée d'enlever les barres des A pour en faire des têtes de fusées en quelque sorte (et augmenter la verticalité).

Pas de breton

Produit en Bretagne a découvert il y a quelques années que la langue bretonne était porteuse, d'où ses campagnes d'affichages dans le métro de Paris avec du breton (voir notre article). Les Parisiens répondaient positivement, presque plus que les Bretons eux-mêmes. Du coup, Youena Barron a décliné une marque Br=izh (voir le site) . Il est à noter, toutefois, qu'une autre étude faite par Produit en Bretagne a montré qu'à l'international, c'est le nom Bretagne qui est connu, pas Breizh. Si le BE en haut à droite, qui rappelle un peu trop la Belgique – il est vrai en voie de disparition – avait été un simple BZH, tout le monde aurait sans doute été content.

(voir le site) de la marque Bretagne.

(voir le site) du lancement (vidéo Tébéo).

(voir le site) du sondage du Télégramme.

Philippe Argouarch

Document PDF 21191_2.pdf Marque Bretagne. Communiqué de presse de la région Bretagne. 21 avril 2011.. Source : Région Bretagne
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 3092 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

You Ena
Mardi 1 février 2011

Trugarez pour avoir mentionné mon site :-)

Youena Baron

joseph Cottineau
Mercredi 17 août 2011

Et bien moi je préfère, et de loin, le logo qui orne l'arrière des voitures des bretons qui sont revenus faire un tour au pays : la bigouden en silhouette

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.