Le CD de Gwenael Kerleo

-- Culture --

Chronique de Culture et Celtie
Porte-parole: Gérard Simon

Publié le 25/12/19 9:54 -- mis à jour le 26/12/19 09:31
Gwenael KERLEO - "Rencontre avec un ange" - Extrait de 01:00. CD Gwenael KERLEO "Eternité"
49648_1.jpg
Jaquette du CD Gwenael KERLEO "Eternité

Les Monts d'Arrée, où l'artiste réside depuis cinq ans, les verdoyants villages du Centre-Finistère, l'enchanteresse forêt de Huelgoat et son chamboulement de rochers qui dépeignent, entre autres, ce territoire naturel breton d’exception stimulant l’imaginaire des vivants, en servant, notamment, de cadre à de très nombreuses et ancestrales légendes, ont, très vraisemblablement, favorisé l'inspiration de ce nouvel album signé du touché, très personnel, de la fort talentueuse compositrice bretonne, Gwenael Kerleo.

Dans le climat apaisé d’une sous-jacente, mais perceptible, harmonie et sérénité, Gwenael nous propose, nourrie de nature, de silences et de solitude, son nouvel opus… « Éternité ».

Il s’agit là de son 9ème enregistrement et, depuis « Yelen » (2003), son deuxième CD en solo, puisque l’artiste s’y exprime, au plus profond de ses émotions, pour mieux susciter les nôtres, en unique compagnie de ce qui apparaît comme le prolongement de son âme… sa harpe celtique !

Au travers de ce voyage introspectif, l’on retrouve, certes, un soupçon de mélancolie évanescent de l’ensemble de l’œuvre de cette harpiste d’exception au parcours affirmé, en Bretagne comme à travers le monde, notamment, en Russie, mais on y perçoit, aussi, joie, sérénité, quiétude et, très certainement, paix intérieure…

Les dix pièces gravées sur ce disque sont, toutes, d’intimes compositions, signées de l’artiste.

Pourquoi intimes ? Certains titres choisis semblent, plus particulièrement, répondre à ce qualificatif : « Au bord de nos silences », « Mes yeux au fond des siens », « Dites-lui que je l'attends »…

Dès l’écoute de l’onirique « Rencontre avec un ange », qui ouvre l’album « Eternité », vous partez en un voluptueux, sensuel, amoureux, voyage musical qui pendant près de 40 minutes, va vous extraire, inexorablement des quotidiennes et multiples turpitudes de l’époque qui parasitent souvent, à petit feu, une part vitale de notre rêve que Gwenael, généreusement, ici, nous restitue, immédiatement, dès ses premières notes égrainées.

La harpe, cette fois, acoustique, y est, à la fois, profonde, enjôleuse, envoûtante, invitante, délicieusement, limpide.

A la limpidité de l’instrument aux « cordes sensibles », en plage 4, pour « Mes yeux au fond des siens », viendra, sublimement s’adjoindre, converger, fusionner, la fluidité des suaves vocalises de la harpiste, également, excellente chanteuse que l’on avait découverte, dans de voisines volutes, au fil de son album « Yelen » et dans un registre différent, plus « celtic pop », avec « Quai N°7 » que nous vous avions présenté sur nos pages en ligne (Voir chronique) Mais, ici, « l’éther » est, encore, plus volatile. Que ce regard profond doit être captivant et inspirant !

« Eternité » où la harpe semble chanter, « horizons » avec son discret swing, « Promesse » et ses quelques motifs introductifs et finaux qui peuvent rappeler les premières mesures de « Mes mots d’amour » d’Edith Piaf, « Evanescence » où les notes semblent se suspendre pour, dans un second temps, mieux déferler et s’enrouler en spires cristallines, tous ces airs contemplatifs, mystiques, sont, parfois, imperceptiblement, soulignés du frôlement des doigts de la fée Gwenael sur les cordes de sa partenaire…

La harpe, étreinte dans ses bras, grâce au jeu subtil de l'artiste, vit, respire…

Est-ce, vraiment, un disque solo ?

Il faut attendre la dernière plage de l’album pour retrouver, ce que nous avions, particulièrement, apprécié, lors de la parution de « Quai N°7 », le chant d’un texte.

Pour cet ultime morceau, Gwenael chante, en anglais, « Last Prayer » (Dernière prière).

Une histoire d’amour entre deux personnes aux âmes jumelles, en ces instants, éloignées l’une de l’autre que seules les pensées réunissent.

Un pictural clip, réalisé par Auria Films , avec la participation du danseur et chorégraphe Herwann AASSEY de la Compagnie Moral Soul , semble corroborer nos propos (Voir vidéo)

Tous les titres sont célestes, viscéraux, émotionnels, généreux, artistiquement homogènes à en oublier les plages de silence qui, comme sur tout enregistrement discographique studio, les séparent.

En tous cas, pour paraphraser Bernard Lavilliers qui nous pardonnera la licence, pour Gwenael, « la musique est une ode qui vient de l'intérieur… ».

Il y a, au travers du parcours musical de Gwenael Kerleo et, bien évidemment, dans « Eternité » de la quête, du vécu, des états d’âme, mais aussi, très certainement, des retrouvailles avec elle-même, tant sur le plan personnel que musical, notamment, après des expériences partagées avec d’autres musiciens.

Excellemment enregistré et mixé par Damien Tillaut, masterisé par Sébastien Lorho ; « Eternité » est un magnifique et salvateur opus empreint de beauté, de pureté, de pudeur, de délicatesse, d’élégance, à écouter et réécouter.

Lors de son attentive audition, vous y « verrez », sans nul doute, apparaître quelques salutaires et providentiels paysages finistériens qui favorisent la connaissance de l’âme profonde.

Le visuel de la jaquette est assez évocateur, la silhouette de Gwenael assise, à quelques pas de sa harpe, sur le parapet d’un pont, qui se reflète sur l’eau troublée, frisée, par les souffles du vent, avec, en envahissant fond de toile, un ciel bleu ennuagé de blanches nimbes. Un beau tableau contemporain entre terre et ciel, entre rêve et réalité, semblant être peint au couteau.

Nous vous conseillons, vivement, de vous procurer ce disque raffiné, même si, stricto sensu, il n’est pas celtique dans la forme, mais le demeure, très largement, dans le fond.

Croyez-nous, il y a, aussi, de l'essence bretonne dans ces magiques narrations mélodiques.

C’est un disque qui fait du bien et que l’on peut écouter en boucle, et inutile de vous le dire, c’est ce que nous faisons, depuis sa réception !

Merci, Gwenael, pour votre divine musique sensuelle, émotionnelle, lumineuse… et pour votre voix de velours qui, ça et là, la caresse, si pudiquement !

Gérard SIMON.

Illustration sonore de la page : Gwenael Kerleo - Rencontre avec un ange - Extrait de 01:00.

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, le-MAGazine (Voir site)

Les titres du CD Éternité :

01 - Rencontre avec un ange - 03:55.

02 - Retrouvailles - 03:04.

03 - Au bord de nos silences - 03:02.

04 - Mes yeux au fond des siens - 03:48.

05 - Éternité - 04:32.

06 - Dites-lui que je l'attends - 04:18.

07 - Horizons - 04:42.

08 - Promesse - 04:39.

09 - Évanescence - 03:46.

10 - Last prayer - 03:55.

Durée totale : 39:41.

Musiques composées et interprétées par Gwenael KERLEO.

CD Éternité

Parution : octobre 2019

Réf : 4016340

Distribué par : COOP BREIZH

Site Internet de Gwenael KERLEO : (Voir site)

© Culture et Celtie

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.