Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
Le 3e album de 'NDIAZ : « La brune ».
Le 3e album de 'NDIAZ : « La brune ».
Gérard SIMON pour Culture et celtie le 9/03/23 11:05
NDIAZ - "Dirheol" - Extrait-Montage de 01:05 CD 'NDIAZ - La brune.
57087_1.jpg
Jaquette du CD La brune de 'NDIAZ.

2009 : ‘NDIAZ se crée… ‘NDIAZ, comme « An diaz », du mot « diazez », en breton : la base, le socle… le fondement sur lequel la formation bâtit, dans la durée, un projet artistique s’inspirant des musiques traditionnelles, avant de les conjuguer à la pop, au jazz, au rock et à l’électro, avec, pour fil conducteur… la danse !

En quelque sorte des « racines et des ailes » qui, vous le savez, aux travers de nos chroniques musicales variées et multi-styles, sont chères à Culture et celtie, l’e-MAGazine…

2013 : ‘NDIAZ publie, un premier album éponyme avec une musique à savourer avant d’être dansée, un programme entre fest-noz traditionnel et, via des envolées à la Miles DAVIS, un jazz luxuriant pimenté à la sauce New Delhi. Le chant y est, aussi, présent (Plage 10 « An Anglezed » (Kas a barh).

En invités, François CORNELOUP, au saxophone baryton et Grégory JOLIVET, à la vielle à roue.

« Le nouveau son du Fest-Noz », précise, alors, le sticker apposé, par Coop Breizh, sur le film protecteur du CD (Voir CD à retenir) .

2017 : Avec deux invités, François CORNELOUP, au saxophone baryton et Nicolas KRASSIK, au violon, le deuxième opus « Son Rod » (Paker Prod / Coop Breizh), propose des compositions plus amples, plus intenses, plus tribales, plus énergiques… et plus urbaines.

Le communiqué de presse de l’époque résumait, alors, ce projet, ainsi :

« Avec la danse en rond pour fondation, les musiques populaires du monde comme horizon et l'improvisation comme ligne de fuite, ‘NDiaz invente une musique hybride, dépaysée qui serait allée chercher ailleurs, le moyen de s'ancrer davantage, ici. ».

Ces deux premières publications discographiques étaient, plutôt, réalisées dans un esprit acoustique.

10 février 2023 : voici le troisième disque de 'NDIAZ, combo devenu l’un des groupes phares de la nouvelle scène bretonne, créatif quatuor qui sonne, désormais, plus rock progressif que musique du monde.

En référence à ces instants particuliers où la journée change de lumière pour basculer vers la nuit, l’album est titré… « La Brune ».

La Brune est une autre dénomination qui qualifie le crépuscule. Ce moment où toutes les couleurs changent de ton et où, effaçant les concrétudes du jour, la fête peut naître, en laissant place, notamment, à l’exubérance des danses et à l’exultation des corps, voire à l’exaltation des âmes.

Afin de, pleinement, réussir cette temporelle transition comportementale, faut-il qu’il y ait, dans ce possible contexte musical et festif, pour incitateurs, des maîtres de la dansante nuit qui parviennent, à partir de sentiers connus, à vous en emmener sur d’autres chemins.

C’est ce qu’esthétiquement et subtilement, parviennent à réaliser les quatre fidèles complices de ‘NDIAZ qui pour ce 3e enregistrement discographique ont, néanmoins, restant dans cette même configuration d’effectif, souhaité, en quelque sorte, recréer le son du groupe, notamment, avec une rythmique, encore plus marquée, plus profonde.

- Yann LE CORRE est à l’accordéon et… à l’electravox.

’electravox : S’il se présente, visuellement, sous la forme d’un accordéon posé, à l’horizontale, sur un trépied, le son émis n’est pas du tout celui du breton « Boest an diaoul » (boîte du diable).

Cet « accordéon » - synthétiseur électrique est, en fait, un orgue des années 60 que Yann a remis en fonction pour fournir un original registre de basses, d’autant plus atypique que le son de l’instrument repasse par des synthétiseurs, des Moog, des réverbérations Hammond.

« Cela a pris du temps de mise en place. Le nouvel album est, aussi, parti de ce nouvel instrument », précise, au cours d’un entretien, Yann.

Quelques étapes du parcours de Yann : festoù-noz, Jean-Louis LE VALLEGANT, Kreiz Breizh Akademi #3, musique brésilienne avec le trio Bel Air de Forro.

- Timothée LE BOUR est au saxophone et synthétiseur Fx.

Festoù-noz, études du saxophone en Roumanie, Kreiz Breizh Akademi #3, nombreux groupes, duo LE BOUR-BODROS… ne sont, ici évoquées, que quelques traces de son riche itinéraire.

- Youn KAMM est à la trompette, biniou bras et kozh, synthés.

Entre autres expériences, PEVAR DEN, ALAMBIG ELECTRIK, recherche contemporaine, Jean-Louis LE VALLEGANT, Kreiz Breizh Akademi #3, Ibrahim MAALOUF, BAGAD DU BOUT DU MONDE, TREIZH…

- Jérôme KERIHUEL est à la batterie.

A son actif de très nombreuses collaborations, dont, avec Jean-Louis LE VALLEGANT, Dan AR BRAZ, Alpha BLONDY, Didier SQUIBAN, Gilles SERVAT, PEVARLAMM, et des compostions pour le théâtre, la télévision, les sites Internet.

Comme souhaité par les quatre musiciens, le climat du programme de « La brune » est fortement teinté rock progressif, avec parfois, par le caractère bien cuivré de la musique de ‘NDIAZ, quelques analogies avec certaines couleurs « floydiennes », ô combien, « Rock-prog », que l’on peut retrouver, notamment, dans « Us and them » (The dark side of the moon), ou dans le mythique « Shine on you crazy diamond » (Wish you were here).

On y entend, également, jouxtant un puissant et affirmé tempo de la batterie, un apport de l’électro qui, toutefois, n’occulte pas certaines réminiscences de musique du monde, notamment en terme de transe.

Les nouvelles structures instrumentales mises en place épousent, au plus près, les jeux des cuivres qui, désormais, apparaissent plus mesurément sur l’avant-scène en développant moins de soli.

Le son, principal cible du travail du groupe, est, désormais, plus collégial. Le rôle du couple de, si l’on peut dire, « sonneurs », trompette et saxophone enrichis de multiples effets, est plus estompé, bien que les dialogues entre de ces deux « vents » restent, au fil des titres, bien présents.

Même avec des codes nouveaux, les mélodies de ’NDIAZ, demeurent de la musique bretonne à danser et les pratiquants aguerris vont s’y retrouver. Les vidéos publiées en ligne, sur les titres « live » extraits de « La brune », pour toutes générations confondues, le prouvent, le démontrent.

En première piste, après une progressive et enveloppante phase d’introduction du disque et du morceau (ainsi que des concerts dansants), nappée d’électro, puis de cuivres, « La brune », pour sa seconde partie, se danse en An Dro, la plage 2 « Horde » est une bourrée deux temps, la plage suivante, « Hañv Yen », un rond de Saint-Vincent et, en 5e position, « Dirheol », un rond de Loudéac.

« La brune » de ’NDIAZ, se décline en 7 titres, suffisamment longs (Le plus long, « La Brune » 7:14, le plus court « La primera Estrella » 04:38), pour permettre aux fort talentueux et créatifs musiciens de développer leurs jeux et de faire naître, au cours des morceaux, une multitude de séquences musicales toutes aussi surprenantes, travaillées et énergiques les unes que les autres, éludant, ainsi, toute monotonie et en rendant trop court, ces plus de 41 minutes, de compositions originales, de concert et de danse.

Dans l’esprit que l’on retrouve, assez fréquemment, dans le style rock progressif, 3 plages du disque « Hañv Yen », « Nube de Agua » et « Dirheol » s’enchaînent, sans césure de piste, les unes aux autres.

Souhaitant marquer le côté international de leurs inspirations et de la destination élargie qu’ils espèrent pour leurs créations et leur rayonnement artistique et scénique, «’NDIAZ a invité, pour deux titres, la chanteuse chilienne, auteure compositrice jazz et pop, PAZ COURT qui, comme elle le précise sur sa page en ligne, a « eu le plaisir de collaborer à distance à la composition, au chant et à la production musicale de deux chansons « Nube de Agua » et « Primera Estrella ».

Ce sont des instants poétiques qui s’inscrivent bien dans l’ambiance crépusculaire envisagée par le groupe.

Après une rythmique électro, des frôlements de cymbales et de croissants et lancinants effets électro, la voix de PAZ COURT s’élève, décline ces quelques vers de « Nude de agua » qui suivent. Un chant relayé par une récurrente mélodie de cuivres qui préface des effets vocaux et, à nouveau, une nouvelle intervention de la trompette et du saxophone.

La couleur de la pièce est assez « shamanique », « Incantatoire ».

Nude de agua

Acerca el viento

Negra Azuladia

Comienza su danza

Llueve, Llueve.

Nuage d’eau

Rapproche le vent

Azuladia noire

Commence ta danse.

Pluie pluie

Le deuxième titre, « Primera estrella », co-interprété par le groupe et PAZ COURT, se révèle plus aérien. Après le texte chanté, les vocalises de la chanteuse se conjuguent avec toutes les tonalités de la formation, puis la batterie appuie, à nouveau, le chant assez narratif de l’artiste, avant, qu’in fine, cuivres et chanteuse « vocalisent », ensemble.

Primera estrella

Se despierata en silencio la primera estrella

De un dorado que eterno presagia el final.

Horizon bordado de melancolia

Ya la luna en el cielo canta su cancion,

Atardece y parece que soy trasparente.

Première étoile

La première étoile s'est réveillée en silence

D'un doré qui, éternel, annonce la fin.

Horizon mélancolique brodé

Déjà la lune dans le ciel chante sa chanson

Il fait sombre et il semble que je sois transparente

Vous retrouverez ces deux textes sur, en guise de livret adjoint au Compact-Disc, sur un grand feuillet glacé, plié en 6 qui, recto verso, reprend deux œuvres graphiques du plasticien et musicien Raphaël DECOSTER qui, comme le précise la plaquette éditée par l’USINERIE Production « avec ses lignes marquées et ses dégradés successifs, évoque avec justesse l’arrivée du jour, de sa froideur primitive, aux rayons réconfortants ».

C’est Raphaël DECOSTER (Voir site) qui signe toute la création graphique de la jaquette du CD, jusqu’à son sticker.

L’enregistrement de « La brune » a été réalisé, en Côtes d’Armor », au WM studio de Bringolo (Voir page) , par Jérémy ROUAULT. Assisté de Damien TILLAUT, il en assuré, également, le mixage.

Pour les deux titres « Nude de agua » et « Primera estrella » réalisés avec PAZ COURT, les prises des parties de la chanteuse ont eu lieu à Mexico, sous la houlette de d’Hernàn GODAS.

Le mastering a été réalisé au studio J RAPH i.N.G. (Voir site) , par Raphaël JONIN.

Il nous semble, toujours, important et respectueux de mentionner les noms des techniciens qui, avec maestria, concourent à optimiser les couleurs sonores d’un groupe tel qu’NDIAZ, soucieux de rechercher un son nouveau, aspect, ô combien lié, à son évolution musicale, artistique et expressive.

« La brune » de ‘NDIAZ est, en tous points, un opus très bien produit et plus que très agréable à écouter, à vivre, à découvrir et redécouvrir, à honnête volume qui sied bien à ce style musical, puissant et enveloppant.

Produit par PAKER-Prod, soutenu par l’USINERIE production, distribué par COOP BREIZH, il ne vous reste plus qu’à vous procurer, sans réserve aucune, ce très intéressant et abouti disque.

‘NDIAZ contribue, ainsi, à pérenniser un fond patrimonial breton de musique à danser en lui donnant, par une hybridation des influences, un langage novateur et travaillé qui sait, toutefois, s’affranchir des recettes à la mode, en créant un style élégant et mélodique, ce qui manque à pléthore de réalisations actuelles dont les auteurs ne pensent que la transe et la frénésie festive ne passent que par la récurrence rythmique électronique dépourvue de réelles interventions mélodiques qui font la richesse d’une musique qu’elle quelle soit.

Si « La brune », comme un inspirateur crépuscule a conduit ‘NDIAZ à réaliser ces superbes et vastes paysages musicaux et dansants, nous sommes convaincus que celle-ci laisse, également, augurer l’aube d’un 4e opus qui mettra, une nouvelle fois, en lumière une autre phase créative de ce groupe, décidément inventif et « progressiste ».

Gérard SIMON

Illustration sonore de la page : 'NDIAZ - "Dirheol" - (Extrait-Montage de 01:05).

Page 'NDIAZ sur le site L'USINERIE Production : (Voir page)

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, l'e-MAGazine (Voir site)

Les titres du CD "La brune" :

01. La Brune (07:14).

02. Horde (05:54).

03. Hañv Yen (06:40).

04. Nube de Agua (05:08).

05. Dirheol (05:33).

06. Primera Estrella (04:38).

07. Moud (06:01).

Durée totale : 41:08.

CD "La brune " - 'NDIAZ

Parution : 10 février 2023 - Réf : 4016480

Production PAKER Prod - (Voir site)

Distribution Coop Breizh - (Voir site)

© Culture et Celtie

0  0  
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !
Voir tous les articles de Culture et celtie
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons