-- Culture --

Les concerts de Mythos 2019. L'art d'une parole

Cliquer sur la photo pour l'agrandir, puis flèches clavier pour naviguer (14 photos)

Le 23e festival Mythos vient de se terminer en beauté, dimanche dernier. Il a duré plus d'une semaine, du 29 mars au 7 avril 2019. Ce festival de paroles a eu un très grand succès puisque 42.000 festivaliers ont profité des spectacles et concerts. Certains événements affichaient complet un mois avant l'ouverture.

Le festival a commencé par un excellent concert de Peter Doherty et son nouveau groupe The Puta Madres. On a quand même eu l'occasion de retrouver ses vielles chansons et son éternel rêve d'Albion, comme il appelle son Angleterre utopique. Malgré sa mauvaise réputation, ce dandy du XXIe siècle a touché le public avec ses chansons émouvantes. Le groupe va sortir son nouvel album le 26 avril. Il a été enregistré en Normandie. Depuis janvier, il est annoncé par le single «Who's been having you over», qui a été joué pendant le festival. Les nouvelles chansons sont, comme d'habitude avec cet artiste, très poétiques. À la fin du concert, on a pu entendre son tube «Paradise is under your nose» .

Le lendemain on a pu écouter le très bon rock du groupe français Radio Elvis, qui cherche son inspiration dans la littérature. Ce groupe existe depuis 2013 et a sorti un album nommé «La Maroquinerie» . Le trio a chauffé les spectateurs comme de la braise. Les spectateurs ont chanté avec Pierre Guénard Ce garçon-là et d'autres chansons que les nombreux fans connaissaient par coeur. Le chanteur a même sauté dans le public pour être en totale symbiose avec la foule.

Le clou de cette soirée fut le concert de Lou Doillon. Il est dommage qu'on n'ait pas pu profiter plus tôt de son talent vocal car, pendant des années, la jeune femme a travaillé comme comédienne et mannequin. Le grain de sa voix est magnifique, il magnétise l'attention. Elle a présenté les chansons de ses deux albums «Places» et «Lay low» qui ont eu un grand succès artistique. Le public attendait avec impatience les nouvelles créations tirées de son album «Soliloguy», sorti en février ; le single «Burn» avait annoncé cet événement. Pour le rappel, elle a chanté merveilleusement et avec la participation des spectateurs «It's you» .Ce fut un vrai régal.

Le dernier jour du festival a appartenu au groupe d'origine rennaise Marquis de Sade. Ils avaient connu la gloire pendant quatre ans, entre 1977 et 1981. En 2017, le groupe a décidé de se reformer et c'est le succès à nouveau. Le chanteur Philippe Pascal a déclaré au public «Comme c'est bon d'être avec vous à nouveau». Il s'est vite senti bien à l'aise et a même escaladé les ossatures d'équipements scéniques... comme en 1977.

Ce groupe mythique a repris des chansons de ses deux albums de l'époque comme «Datzing Twist» et «Rue du Siam» et a annoncé qu'il y aurait très bientôt un nouvel album.

Les fans ont chanté avec Philippe «Silent world» ou «Who said why». Les textes du guitariste Frank Darcel sont souvent des paroles dures, même tristes, mais si justes au sujet du monde dans lequel nous vivons. Il y a eu deux rappels.

On attend avec l'impatience prochaine l'édition le 25 mars 2020 !.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer

Journaliste-photographe ABP pour Rennes

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 3 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.