Laouen de Kersauson lance une yole de mer spécialement conçue pour les femmes

-- Société --

Communiqué de presse de VinciCom
Porte-parole: Relations presse VinciCom

Publié le 7/12/10 15:32 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

VirusBoats, constructeur de bateaux d'avirons et de dériveurs basé sur la ria d'Etel dans le Morbihan, a été repris en 2008 par un jeune entrepreneur au nom marin : Laouen de Kersauson, fils de Florent, inventeur de la route du Rhum, et neveu d'Olivier, le navigateur. En pleine ascension, son chantier a construit en 2010 une centaine de bateaux d'avirons et une vingtaine de multicoques qu'il distribue sur toute la France, mais aussi dans les pays scandinaves ou en Suisse. Sa dernière innovation : une yole cumulant légèreté et stabilité pour séduire une cible féminine.

Au bord de la Ria d'Etel, dans le Morbihan, le chantier naval de VirusBoats est très certainement « le seul fabriquant de bateau au monde à posséder une clientèle féminine », dixit son dirigeant, le trentenaire Laouen de Kersauson.

Nombre d'entre elles, pourtant tentées par la rame reculent face à un argument de poids : la yole de mer classique est lourde (environ 50 kg) et assez encombrante.

Quant à son voisin de gamme, le skiff, bien que plus léger, il demande une grande technique et s'avère surtout beaucoup moins stable.

Une yole de 18 kg

Le défi de l'équipe VirusBoat a donc été de trouver un compromis entre poids et stabilité. Deux qualités indispensables pour assurer autonomie et sécurité aux sportives. Le processus de fabrication en infusion sous vide permet de fabriquer des coques en fibre de verre légères et solides tout en respectant la nature. Mieux, le centre de gravité, positionné très bas, délivre une stabilité, un confort et une ergonomie optimisée.

Une première au monde

A l'exception d'Ellen Mc Arthur, jusqu'ici peu de femmes peuvent porter seules leur yole, l'installer sur le toit de la voiture et la descendre pour la mettre à l'eau. Pourtant, l'aviron est un sport qui attire les femmes, par sa simplicité (la pratique s'apprend en moins de 30 mn et se parfait ensuite à vie), son endurance, sa gestuelle symétrique non agressive et surtout son caractère « sport nature » dans le calme. « Le bruit et l'ergonomie du système de rame ont également été des points très étudiés car elles sont très exigeantes en termes de silence et de confort d'utilisation » souligne Laouen de Kersauson.

Caractéristiques techniques :

Longueur : 495 cm

Largeur : 78 cm

Rames : carbone

Poids : de 18 à 20 kg

Matière : Polyester

Prix : 3000 € TTC

A propos de VirusBoat

Né en 1992, VirusBoats distribue ses bateaux dans le monde entier. Grâce à une fabrication étudiée et à l'innovation, le constructeur est le leader mondial de l'aviron de loisirs et d'initiation, avec plus de 10000 bateaux produits : Yoles, skiffs, mais aussi multicoques (dont le trimaran Magnum21, premier multicoque de loisirs). VirusBoats veut considérer la voile comme « une passion abordable », et s'est fait un nom dans le monde du nautisme grâce à ses trimarans et catamarans transportables et démontables. Son créneau : offrir des sensations et une glisse plaisir privilégiant sécurité, stabilité, performance et simplicité d'utilisation.

(voir le site)

Photos HD et interviews sur demande.

Contact :

Christelle Roignant

Agence VinciCom

02 97 29 07 74

presse [at] vincicom.com

Contact :

Chantier VirusBoats

Laouen de Kersauson

02 97 36 62 33

export [at] virusboats.com

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3085 lectures.
Agence de communication globale, relations presse/médias et production de contenus.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.