-- Europe --

Langue et culture, deux piliers de la politique de la Fédération galloise de football

Chronique de JYLT (porte parole Jacques-Yves Le Touze) publié le 10/07/16 18:30

Vendredi à Cardiff
Vendredi à Cardiff
Langue et culture, deux piliers de la politique de la Fédération galloise de football
Vendredi à Cardiff
Langue et culture, deux piliers de la politique de la Fédération galloise de football
cd

A plusieurs reprises, ces dernières semaines, je suis revenu sur la communication de l'équipe nationale de foot galloise installée à Dinard durant cet Euro 2016 pour souligner leur intérêt pour la langue bretonne et la Bretagne, intérêt assez mal récompensé par Dinard qui a complètement zappé les liens entre la Bretagne et le Pays de Galles comme d'ailleurs le Conseil régional de la Bretagne administrative malgré les multiples demandes émanant notamment des comités de jumelage Bretagne-Pays de Galles.

Or, vendredi dernier, sur BBC Wales, un des dirigeants de la Fédération galloise de football (FA Wales) a expliqué les raisons de ce positionnement.

Ce vendredi fut jour de fête à Cardiff où l'on accueillait l'équipe nationale de retour en direct de Dinard. Accueil grandiose devant des dizaines de milliers de spectateurs à travers les rues de la capitale galloise jusqu'au stade des Cardiff Blues (l'équipe de foot de Cardiff) où devant plus de 30000 supporteurs, l'équipe, le staff, l'entraîneur furent applaudis à tout rompre.

Or, durant toute cette célébration de l'aéroport au château de Cardiff, des rues du centre de la ville jusqu'au stade, outre la marée de drapeaux gallois, une chose assez significative sautait aux yeux, la place donnée à la langue galloise dans la communication et les supports mis en place par la fédération galloise. Des bus recouverts d'énormes DIOLCH (merci en gallois), un bilinguisme systématique, sans parler du Hen Wlad, bref de quoi pousser un journaliste à poser la question évoquée ci-dessus, pourquoi une telle place à la langue galloise ?

Le dirigeant interviewé par la BBC a répondu de façon très claire: «la langue et la culture sont des marqueurs fondamentaux pour notre petit pays, c'est de cette façon que nous nous distinguons des autres pays, que nous existons. La fédération de football a intégré cette dimension pour renforcer la cohérence de l'équipe et la communication vers l'extérieur». Et là on en vient à la Bretagne : «D'ailleurs, puisque nous étions à Dinard, en Bretagne, nous en avons fait de même en utilisant à la fois le français et le breton». Question là aussi de cohérence.

Pour parler un peu vulgairement, ça vous la coupe là ! hein ? Que dire, que rajouter ? D'une part, la nullité de la plupart des nos assez riquiquies institutions bretonnes, d'autre part le fossé qui s’agrandit de plus en plus entre la situation de la Bretagne et celles de la plupart des «régions européennes à forte identité» (le sabir pour ne pas dire «nations sans état d'Europe») . Le risque d'une évaporation progressive de la Bretagne est là en fait et il y a intérêt à se secouer sérieusement pour éviter cela et tenter de reprendre la place qui devrait être la nôtre dans le concert européen.....

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo

Démocrate, Lorientais, Breton, Européen, curieux du monde, de ses cultures, engagé pour la démocratie , la construction d'une Europe fédérale, l'émancipation de la Bretagne pour lui redonner toute sa place au sein des nations européennes..... Voilà, n'hésitez pas à commenter, à critiquer, à applaudir, à suggérer ! Voir aussi mon blog Voir le site

Vos commentaires :

Bonned ruz
Dimanche 10 juillet 2016

Salud deoc'h! Dedenus eo ha ret e vefe deoc'h kas ar pennad-skrid-mañ da Raymond Domenech; Eñ, peogwir a gar Breizh hag a rayo ober skipailh-fobal hor rannvro, a c'hallfe ober un dra bennak. Piv a oar?

yanneutch
Lundi 11 juillet 2016

Mar geller evel-just lavaret n'eo bet gwall vrav emzalc'h an ensavadurioù "breizhek" (bez'ez eus anezho ?), n'eo ket bet gwall brim an tropellad kevredigezhioù a zo sañset "stourm" evit sevenadur hag identelezh Breizh... Un tamm-mat re aes eo rebechiñ da'n ensavadurioù pezh n'omp ket gouest d'ober ni hon unan... Hiniennoù zo bet oc'h arvestiñ ar c'hrogadoù hag o souten skipailh Kembre, met gwall zigenvez e oamp... Gourc'hemennoù da Greizenn sevenurel Gwengamp, pelec'h e oa ar "pennoù bras" all dre ar vro ? Dilezet eo bet an dachenn, n'omp ket dellezek eus ar strivoù bet graet gant skipailh Kembre (brezhoneg en o c'hemennadennoù). Gant Frañs 3 oa bet graet ur gelaouadenn null.

N'omp ken 'met klemmicherien...

Y.B.
Mardi 12 juillet 2016

La déception des commerçants, et semble-t-il de la Mairie de Dinard, dépeinte par David THOMAS en pages ″Sports″ du Télégramme du 4 Juillet, prêterait presque à sourire… s’il elle n’était en fait révélatrice d’une réalité un peu triste, mélange d’ignorance, de honte ou de mépris de soi et des réalités de son pays.

Qu’attendaient-ils ? Apparemment une foule de supporteurs Gallois qui auraient arpenté les rues de la ville et rempli les commerces… Il faut être bien ignorant des réalités du monde du Foot Ball pour ne pas savoir que la priorité de tout supporteur est de voir jouer son équipe, et donc de fréquenter les lieux de matchs plutôt que les lieux de résidence… Alors, si l’on n’est pas ville de matchs…

Mais là n’est pas la vraie question. La vraie question, ou plutôt les vraies questions, doivent être posées à partir de quelques faits que tout le monde devrait connaitre, mais dont l’évidence a dû échapper à la réflexion des acteurs de la ville de Dinard.

- Dinard est en Bretagne. Et la Bretagne et le Pays de Galles ont en commun une histoire et de nombreux autres traits, culturels entre autre. Ces traits communs ont encore été nourris, au XXème siècle, par des échanges commerciaux entre les ports gallois et bretons. Mettre en valeur, à l’occasion de la présence de l’Equipe Nationale de Foot du Pays de Galles à Dinard, cette parenté entre les deux pays aurait certainement attiré dans les rues de la ville bon nombre de Bretons, amateurs de foot ou non, et, n’en doutons pas, bon nombre de supporteurs Gallois sur le chemin, à l’aller ou au retour, de l’une des villes ou se produisait leur équipe. (Certains d’entre eux ont fait une pause en Bretagne dans leur commune jumelée). Pourquoi ne pas l’avoir fait ?

- Dinard est en Bretagne. Et la Région (Administrative) Bretagne a conclu avec le Gouvernement du Pays de Galles (en 2004) un accord de coopération qui a été complété par un plan d’action réactualisé en 2013. Pourquoi ne pas avoir sollicité la Région pour une action concertée à travers l’activation des dispositions de ce plan ?

- Dinard est en Bretagne. Et la Bretagne (historique) ne compte pas moins de 45 Comités de Jumelage avec le Pays de Galles. Ces Comités sont, au quotidien et au plus près de la vie des Collectivités Locales et de leurs associations, les acteurs qui concrétisent et enrichissent ces relations privilégiées entre les deux pays. Pourquoi ne pas avoir contacté l’un ou l’autre de ces Comités (il en existe dans les alentours de Dinard) pour explorer les voies de possibles actions concertées ?

Mais il serait injuste d’imputer la cause de ce déficit d’événements aux seuls Dinardais. Le principal promoteur d’initiatives, en vertu même de l’accord signé avec le Gouvernement du Pays de Galles, aurait dû être le Conseil Régional de Bretagne. Et ce n’est pas faute d’avoir été sollicité à ce sujet. A la mi Avril, un collectif de Comités de Jumelage de Basse Cornouaille (autour de Quimper) adressait aux deux Vices Présidents respectivement en charge des Affaires Européennes et Internationales, et des Sports, de la Jeunesse et de la Vie Associative, un message pour savoir si la Région avait l’intention d’organiser une animation ou de créer un quelconque événement et, le cas échéant, y être associé. A défaut d’un tel projet, ces Comités proposaient une rencontre pour débattre de ce qu’il serait souhaitable ou possible de faire. La Direction des Affaires Européennes et Internationales a répondu qu’elle était ″en train d’étudier l’organisation d’un événement″, que la demande avait été ″bien notée″ et que ce collectif serait tenu ″informé pour savoir comment″ il pourrait être ″associé à l’événement″. Puis, plus rien ! Il aura fallu attendre, début Juin, le hasard d’une rencontre avec une personne travaillant dans ce service pour s’entendre dire que rien ne serait fait ! (″Entendre″ au sens strict du terme car, après la première réponse accusant réception, aucune autre réponse écrite n’a été adressée à ce collectif !)

Belle occasion ratée ! En 2007, à l’occasion de la Coupe du Monde de Rugby, le Conseil Régional avait pourtant su marquer la présence en Bretagne de l’Equipe Nationale du Pays de Galles qui disputait un match à… Nantes !

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.