Langue et culture bretonnes : la mairie de Lorient aux abonnés absents

-- Politique --

Chronique de JYLT
Porte-parole: Jacques-Yves Le Touze

Publié le 23/07/16 7:58 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Cette semaine, la presse nous apprend que Dizale va s'installer à Quimper avec l'appui enthousiaste de la ville et de l'agglomération de Quimper. Pour mémoire, Dizale, l'organisme de doublage en langue bretonne, était installé à Lorient au sein du défunt pôle audiovisuel et fut quelque peu poussé à partir s'installer dans des locaux provisoires à Plouharnel. Bien que souhaitant rester sur Lorient, Dizale n'a trouvé aucun véritable relais au sein des élus lorientais et la mairie a laissé filer Dizalesans problème.

Cette malheureuse histoire est la dernière en date de toute une série de reculs en matière de langue et de culture bretonnes à Lorient : disparition de la langue bretonne à la Cité de la Voile, recul des aides financières à Emglev, charte Ya d'ar Brezhoneg suivie a minima. Ces reculs sont en fait la conséquence de l'absence d'une véritable politique de promotion de la langue et de la culture bretonnes au sein de la municipalité actuelle, absence qui se ressent dans tous les domaines et dont les conséquences sont visibles au niveau culturel, éducatif, patrimonial, musical.

Lorient dans les années 1990, à l'époque de Jean-Yves Le Drian, a porté une politique ambitieuse en la matière qui a fait de Lorient un exemple alors en Bretagne. Depuis, notre ville est à la traîne loin derrière Vannes ou Quimper, et même est dépassée par Ploemeur, Lanester ou bientôt Quéven....

Cette situation est le fait de la mairie depuis deux mandats, c'est le fait d'élus qui considèrent la langue et la culture bretonnes comme folkloriques devant rester dans une sorte de ghetto bien gentil laissant les vraies questions, la vraie Culture avec un grand C aux gens sérieux. Ils ne le diront pas publiquement mais ils le suggèrent au détour de telle ou telle réunion.

Alors bien évidemment avant chaque élection, les mêmes sont obligés de faire quelques vagues promesses en la matière qui retombent dans les oubliettes aussitôt les élections passées, comme ce Ti ar Vro qui aurait dû voir le jour il y a des années mais qu'on fait miroiter en permanence pour calmer les ardeurs revendicatrices.

Grâce au Festival interceltique, grâce à Emglev et aux dizaines d'associations, la langue et la culture bretonnes survivent quand même à Lorient mais ceci en dépit d'élus qui n'ont rien compris à l'atout que cela aurait dû représenter pour notre ville . Il y a bien longtemps, Lorient se considérait comme la capitale du monde celte, ce n'est plus désormais qu'un vieux rêve dénué de réalité du fait d'élus incapables de sortir des normes culturelles officielles.

Lamentable, je suis triste pour ma ville et je ne peux conclure que par un «Secouez-vous !» un peu musclé. Ça ne peut pas continuer comme ça.

Jacques-Yves Le Touze, ancien conseiller municipal chargé de la promotion de la langue et de la culture bretonnes

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1152 lectures.
mailbox imprimer
logo
Démocrate, Lorientais, Breton, Européen, curieux du monde, de ses cultures, engagé pour la démocratie , la construction d'une Europe fédérale, l'émancipation de la Bretagne pour lui redonner toute sa place au sein des nations européennes..... Voilà, n'hésitez pas à commenter, à critiquer, à applaudir, à suggérer ! Voir aussi mon blog (voir le site)

Vos commentaires :

MANSKER
Samedi 23 juillet 2016

Considérer la langue et la culture bretonne comme un folklorisme est le signe d'une profonde ignorance. Tous les auteurs européens du Moyen Age et de la renaissance se sont inspirés des chansons de geste et des poèmes celtes (Île de Bretagne-Bretagne-Irlande-Galles...). C'est donc, il faut donc avoir le courage de le dire, et toujours, un inépuisable trésor linguistique, littéraire, oral, parlé. Il est bien évident que l'esprit celte est à mettre en rapport à cette, ce que l'on peut nommé : philosophie de l'esprit, cet art de vivre, cette manière de penser, tout ce qui fait du Breton, comme toute autre ethnie à travers le monde, un chaudron magique auréolé de ses valeurs, ses particularismes, loin de la monotonie de l'acculturation, de l'uniformisation, de la mondialisation. Ceci étant le Festival de Cornouaille avait origine à Brest, puis fut transféré à Lorient, pour cause le peu d'intérêt des élus brestois. Vous pouvez aussi "déménager" le Festival pour mieux le recentrer en Bretagne, avec élaboration d'une charte déontologique incluant tous les ingrédients d'un Véritable Festival Celte. Dans le genre "Secouez-vous" que vous évoquez, cela créerait un électro-choc certain. Rien n'est figé, regardez les Vieilles Charrues ! Compter sur les élus pour ce thème c'est comme faire du stop sur la route, dès fois il y en a un qui s'arrête !!! Bonne fin de semaine à tous !

Lheritier Jakez
Samedi 23 juillet 2016

à Mansker:c'est le festival des Cornemuses et non pas celui de Cornouaille qui a déménagé de Brest à Lorient.

Quant à une Fête des Celtes,qui pourraient tourner tous les 2 ou 4 ans dans les pays celtiques,je verrais bien effectivement la création de la 1ère,dans le triangle -Bretagne Plein Sud-: St Nazaire,Redon,la Roche Bernard,la Baule,Pornic..

Cette fête engloberait en plus,les autres aspects de la vie Bretonne :les sports,Traditionnels (Falsab,Gouren,etc..)et forcément les sports dits Modernes:Ex le Rugby ,le Foot Ball......,les sports nautiques,les sports équestres....les sports ludiques aussi,les boules,les palets,...

Cela pourrait se dérouler dès la mi Aout (après le FIL).

J'appelle cela les JEUX INTER CELTIQUES -Projet déjà proposé dès 1988 à l'ICB à Rennes,au FIL de Lorient,et à quelques responsables d'entreprises bretonnes...

Pour Lorient,comme pour d'autres villes,il faut conquérir les mairies en 2020.Se préparer avec des Listes d'UNION BRETONNE.

Yann Menez Are
Samedi 23 juillet 2016

Les socialos ne sont pas favorables à la culture bretonne et encore moins à sa langue.

Ils peuvent le faire croire ponctuellement pour des considérations électorales, mais une fois les élections passées, ils reviennent à une politique culturelle bretonne à minima. C'est une habitude.

Notre camarade Le Drian semble lui aussi avoir bien oublié la Bretagne. Mais c'est vrai qu'il a des Rafales à vendre à l'Inde, et de l'artillerie à fournir aux Irakiens. Alors, voyez-vous la langue bretonne dans tout cela, ce n'est qu'un sujet d'arrière plan... Malgré cela des militants bretons s'égarent parmi eux, Mollac, Lena Louarn, mona Braz. Pour quels résultats? Et je ne vous parle même pas de la Réunification!

A méditer tout cela!

jean louis le corre
Mardi 2 août 2016

Démenager l'Interceltique dans une ville de Loire Atlantique pour le symbole :St Nazaire par exemple ...Ou une autre ville Bretonne qui soutien notre culture,ça réveillerais pt-etre les élus Lorientais ...

Jeanne
Mercredi 12 octobre 2016

Ça sent l'ignorance a plein nez et l'école républicaine à fond les ballons dans sa tête... alala peut-être qu'il se cultivera sur ce qu'il y a autour de lui espérons-le.

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.