Lancement du projet de la Pierre de la mémoire bretonne
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 9/10/22 8:17 -- mis à jour le 11/10/22 19:23
La pierre de la mémoire bretonne :
Réalisation : ABP et le studio de Camlez
(529 vues)

C'est ce samedi 8 octobre à Camlez, dans le Trégor, que l'association Koun Breizh - Mémoire de Bretagne et son président, le juriste Nantais Yvon Ollivier, ont lancé le projet La pierre de la mémoire bretonne.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Koun Breizh (souvenir breton) est une association qui était plus ou moins endormie et qui vient d'être ressuscitée par une nouvelle équipe Koun Breizh Mémoire de Bretagne et un nouveau site web . Koun Breizh, fondée en 1950 par Raffig Tullou, sculpteur et membre de l’association Unvaniez SEIZ BREUR, était une filiation de l’emblématique Union Régionaliste Bretonne crée en 1898.

La nouvelle équipe qui comprend des historiens, des défenseurs de la langue bretonne, des acteurs de la presse en ligne ou des spécialistes du patrimoine breton, a pour ambition de planter des marqueurs de notre histoire, mais aussi d'édifier un mémorial qui symboliserait la violence, voire les persécutions et les humiliations dont a été victime le peuple breton.

La Pierre de la mémoire bretonne se veut un tel mémorial. Ce sera un monument en granite breton de 7 m de haut doublé d'une frise relatant la chronologie des répressions comme les pendus aux bonnets rouges sous Louis XIV, l'occupation sanguinaire de Rennes en 1675, la décapitation de Pontkalek ou La Rouërie, les guillotinés de l'Association bretonne, les 26 fédéralistes guillotinés à Brest en 1793, les hussards de la République dans nos écoles, les insultes comme "plouc" ou "cochon", le sabot autour du cou des écoliers etc. etc.

L'association lance un appel aux sculpteurs et aux dons pour les financer.

Selon le communiqué de l'association ( voir l'article ) le monument sera «en mémoire de toutes les victimes de ces pratiques ethnocidaires en Bretagne, pour dire qu’il s’est produit quelque chose de terrifiant ici au nom d’une civilisation autoproclamée supérieure, qu’il existe un coupable : la république jacobine, que les victimes relèvent la tête, exigent une réparation légitime à savoir une vraie politique linguistique et l’enseignement de nos langues et de notre histoire à tous nos enfants ».

Le lieu où va se dresser ce monument n'a pas encore été choisi. Un terrain assez grand est envisagé puisque un édifice dédié à l'histoire de Bretagne y verra aussi le jour.

Voir aussi :

6  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 16 commentaires
  Anne Merrien
  le Dimanche 9 octobre 2022 10:27
Je ne sais pas si les Bretons ont prêts à endosser le rôle de victimes, ils préfèrent le déni.
Il faudrait leur ouvrir les yeux :
arrêtez d'adorer vos bourreaux (Louis XIV, Gambetta...),
arrêtez de croire que la France est ce qui se fait de mieux en matière de démocratie en Europe,
prenez conscience de la menace du grand ouest portée par vos propres élus...
(7) 
  Pascal Lafargue
  le Dimanche 9 octobre 2022 11:37
C'est là un projet très intéressant. Une façon de crever cet abcès une bonne fois pour toute.
Je me souviens, quand j'étais journaliste a FBBI et An Taol Lagad, que pratiquement tous les seniors que j'interviewais, me disaient, une fois le micro coupé, qu'on les punissait à l'école lorsqu'ils parlaient le breton. Ce n'est pas moi qui les engageais sur ce sujet, je n'en avais pas le temps, ils le faisaient spontanément. Sans doute le media de la radio ou de la télé donnait-il à leurs yeux un certain statut, une certaine reconnaissance à leur langue maternelle, au point d'éprouver le besoin de s'exprimer, de dire leur douleur. Alors j'ai entendu à peu près toutes les techniques qui étaient employées : les coups de cannes, la rondelle autour du cou, les genoux nus sur les graviers. Je n'oublierai jamais ce vieil homme qui versa des larmes en me racontant son histoire. Et à la même époque, on entendait dire qu'en vérité, c'était les Bretons qui avaient fait le choix d'abandonner leur langue... c'était un peu trop simple.
Nous sommes pourtant reconnus comme différents, comment pourrait-il en être autrement. Mais à cause de leur idéologie, cette reconnaissance ne peut-être que négative. Ce sont les blagues avec les noms se terminant en -EG a la télé, le biniou trop bruyant, le breton/cochon etc...
Dans une histoire toute proche, la seule fois ou le breton était autorisé dans la sphère publique, c'était sur les monuments aux morts, un peu comme si un bon Breton était un Breton mort...
(7) 
  Jean-Luc Laquittant
  le Dimanche 9 octobre 2022 18:44
Un grand bonhomme ! Un grand projet ! BRAVO !
(2) 
  pierre daniel
  le Dimanche 9 octobre 2022 19:47
demat
la je dis bravo e je vais cete fois-çi me laisser tenter par une participation . Il est temps pour nous de nommer notre ennemi, et de le condamner pour ses crimes passés, présents et avenir si nous continuons a nous laisser faire Tant que nous luttons nous sommes libres . celui qui se ba peu perdre ,mais celui qui ne se bat pas a déja perdu
a galon bevet beizh
(1) 
  Nicolas floch
  le Dimanche 9 octobre 2022 20:32
Un grand et beau projet.
Ça sera un plaisir de vous soutenir.
(1) 
  Yvon ollivier
  le Dimanche 9 octobre 2022 21:15
Merci à tous. Certains nous ont remarqué avec raison que le nouveau site de mémoire de Bretagne n est pas en breton ni en gallo. C est vrai. Notre intention est de publier des articles dans nos langues mais pour l instant nous manquons de temps. C est un tel boulot. J invite ceux qui publieront dans libre parole sur les violences intériorisées au sein de nos familles à le faire aussi dans nos langues .
(0) 
  Kristen
  le Dimanche 9 octobre 2022 23:08
Importante initiative non-victimaire mais résiliante, rendant plus concrète encore notre volonté d'en finir avec l'acceptation et les silences concernant les grandes et les petites violences ordinaires subies ici. Bref, les tabous des médias bien en vue. Les invisibilisés par les normes et les "valeurs de l'Autre" vont se montrer.
(1) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Lundi 10 octobre 2022 11:20
L’idée est séduisante, s’il n’y manquait pas quelque chose en parallèle comme, une aventure politique forte par exemple ?
Pendant que Portugais et Espagnols partaient à la conquête du "nouveau Monde", de colonies et de découvertes...la BRETAGNE riche, trop sans doute, du quatorze et quinzième siècle, se couvrait seulement, tranquillement de magnifiques chapelles, calvaires et autres objets de patenôtres, embourgeoisée, sans doute un peu trop riche pour cette époque devenant très aventureuse et aventurière?
BRETAGNE dirigée par des terriens, pour qui les horizons, même en BRETAGNE marine ne s’arrêtaient qu’à la hauteur des talus ; et des arbres de l’ignorance de l’avenir.
Aujourd'hui offertes au Peuple Breton atone, colonisé et soumis, des Vallée des Saints aux ouailles sans cultes, aux Pierres de Mémoire célébrant notre long passé, prennent-elles en parents pauvres, la relève des chapelles immobiles et silencieuses ?
Sans plus d’envie de découvertes, de libertés, d’aventures du siècle ? Déjà bien entamé !
Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal
Fatigués de porter leur misères hautaines
De Palos de Moguer routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.
Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
[…]
De José Maria de Heredia (les Conquérants)
(0) 
  Alain E. VALLÉE
  le Lundi 10 octobre 2022 11:30
Oui, la Bretagne ne dispose pas de l'équivalent de l'écossaise " Stone of scone " (Pierre du destin).
Elle symbolise tant le présent, le passé que l'avenir de l'Écosse.
Elle fut prise par les Anglais et servit de symbolique siège royal lors des couronnements jusqu'à celui d'Elisabeth II.
Elle fut reprise à Westminster par d'héroïques Écossais, brisée, récupérée par l'Angleterre puis normalement rendue à l'Écosse.
Elle se trouve désormais à Édinbourg.
AV
(0) 
  Loeiz B.
  le Lundi 10 octobre 2022 17:39
À Alter Écho & Ego machin,
Et vous avez vu ce que ça a produit ces merveilleuses conquêtes: massacres,colonisation, éradication des cultures locales dans un premier temps; et puis les conséquences à moyen et long terme, pollutions diverses et variées, dérèglement climatique.
Ça valait le coup n'est-ce-pas? Parlez-en aux jeunes d'aujourd'hui qui envisagent un futur sombre, conséquence des errements passés.
(1) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Mardi 11 octobre 2022 08:06
Loeiz B., nous ne sommes pas responsables de ce que nos ancêtres ont fait, ou pas fait et de cela quel que cela soit de tout ce que nous en héritons. Sauf bien entendu si nous aimons nous torturer sans avoir les moyens d’un retour en arrière !
Nous héritons donc, nous Bretons de ce que les nôtres ont fait, pas fait dans leurs passés les plus lointains. C'est-à-dire beaucoup de négatif et peu raisons de nous réjouir?...
De cette époque dont j’ai fait allusion, nous n’avons pas hérité de ce qui nous aurait été bénéfique aujourd’hui, 600 ans plus tard. De colonisation donc à l’européenne à laquelle un état breton n’a pas participé en tant que tel, et nous devrions en être fier? Sans doute ? Peut-être ? Mais depuis la perte de cette indépendance, les Bretons enrôlés de force (ou non) dans les armées royales, impériales, républicaines et moins, malgré eux malgré nous, y ont trempés. Quelles responsabilités portent-ils à titre posthume ? Quels opprobres doivent-ils subir de plus, à titre posthume ?
Mais aujourd’hui nous Bretons sommes quand même culpabilisés, montrés du doigt, insultés, humiliés et comble, colonisés par ceux-là même qui colonisèrent durant des siècles, et aidés en cela aussi par ceux qui Bretons eux-mêmes colonisés et asservis par ceux-là même qui en porte la plus grande part de responsabilité, veulent aussi la nous la faire porter parce que, leurs consciences par procuration les chatouille, ou les serve aujourd’hui !
Il faut à Nantes en BRETAGNE, ils l’exigent, il faudrait ici et là ériger des statues, des monuments qui matérialisent ces actes, ces décisions politiques d’un passé plus ou moins lointain, et celles de notre Histoire supprimées, même pas envisagées mais jetées quand même en déchetteries. Encore et toujours des sortes de chapelles, des pierres et des bétons de mémoire, faites pour asservir et colonisé à rebours les consciences à tous les temps, dans tous les Temps !
Eh bien non ! Loiez.B, moi au moins vous ne m’aurez pas ! Désagrégez-vous tout seul !
Si Madame OBAMA peut beaucoup regretter, et moi avec elle, le passé vécu de ses ancêtres, au fond d’elle-même elle ne jette pas aux orties sa vie ainsi réalisée, ni celles de ses filles qui un comble supplémentaire demanderont peut-être des pierres contre la civilisation qui leur aura fait la vie belle! En oubliant peut-être de remercier leurs pauvres ancêtres maternels et de les bénir pour ce qu’ils ont subi, et pour qui rien, rien ne peut être changé ? Pas plus que pour les nôtres !
1/3parties
(0) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Mardi 11 octobre 2022 08:19
Et nos enfants donc, nos petits enfants déjà n’hériteront pas du bon de ce que nous n’avons/n’auront pas réalisé de bon, c'est-à-dire qu’ils hériteront de vieilles chapelles vides, silencieuses, de menhirs taillés à la gloire de saints ( ?) morts il y a pour la plupart plus 1700ans, et de bétons de mémoire gravés de misères et de défaites transcendées ? Et de bien d’autres choses, comme vos regrets divers inscrit dans ces pierres, bétons et marbres des pleurnicheries repentantes, et désolées bien sûr. Que chaque Bretons vous condamnerez à payer encore et toujours de ses deniers, et une fois de plus tout cela imprégné, nimbé de la honte insufflée ! La honte vous savez ce que c’est en BRETAGNE. Hein ? !!! Pensez-vous que vous allez sortir enfin la BRETAGNE du marasme global, dans lequel elle est engluée depuis des siècles, avec ces érections ?
Je m’interroge souvent sur ce que seraient devenus ces peuples d’Afrique, que vont devenir ceux qui encore en 2022 vivent, malgré comme il y a 2000ans ou presque ? D’autres fuient, viennent chez l’ex colonisateur plutôt que parcourir le long chemin civilisationnel, que nous avons mené et vécu en Europe depuis disons 3000ans ça suffira, comme Européens et Asiatiques blancs n’en déplaise aux saccageurs,
Oui, tôt ou plus tard encore bien des cultures disparaîtront, je pense que la loi de la cohabitation de civilisations trop différentes entraîne des pertes irrémédiables chez les moins fortes ou alors « nous convertiront-ils » avec votre aide aux coutumes Masaï du sang prélevé avec une flèche et un arc et mélangé avec du lait caillé ? Quel chemin parcouru se serait alors !
Et vos « jeunes » que vous présentez (espérez ?) comme des consciences parfaitement éclairées, « bien » développées, et que vous voyez comme les « œuvriers » régénérés,de l’avenir, vous feriez bien de vous en méfier, dans la mesure où il est laissé, ou vous et nous laissons, obligés apparemment, aux système scolaire de la maternelle aux université, les choix d’implantations intellectuels et sociétaux.
Satisfaisant sans doute pour certains, si elles correspondent aux « enlogiciellement » qui leur ont réussi, et que vous choyez, mais qui est sûr de ce qu’il tient dans sa tête en étant passé lui-même, trop longtemps par ces ateliers et usines « impressionnantes » !
Pour la BRETAGNE beaucoup de choses à développer, mais juste deux mots sur un projet , du passé,qui aurait pu prendre corps en BRETAGNE, et changer très fortement la face de la BRETAGNE, mais…
2/3 parties
(0) 
  Jean-Luc Laquittant
  le Mardi 11 octobre 2022 11:10
Cher Alter Echo & Ego machin, la mort de la diversité : Animale, végétale et culturelle, c'est la mort de l'humanité, que vous le vouliez ou non !
(0) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Mercredi 12 octobre 2022 07:24
Cher Jean-Luc Laquittant, mais je n'ai jamais "voulu" la mort de l'humanité, ni celle de la diversité. En tant que Breton revendiqué je serai bien mal venu de souhaité une telle bêtise. Bien au contraire!
Si vous pouvez me préciser le, ou les passages qui laisseraient le penser ou l'interpréter ainsi, je pourrais peut-être lever l'ambigüité pouvant exister.
(0) 
  pierre daniel
  le Jeudi 13 octobre 2022 12:05
demat
voila j'ai adhéré ,je suis donc a disposition pour apporter ma pierre a l'édifice ,.je trouve le concept formidable et j'encourage tout le monde a adhérer a galon
(0) 
  Penn Kaled
  le Jeudi 24 novembre 2022 11:01
Devezh mat ,vous trouverez dans cette étude sur les régionalismes des arguments que vous pouvez retournez contre les responsables de l'exposition celtique ,étant donné c'est la partie française qui s'est d'abord appuyée sur les acteurs du revival celtique ,voir notamment à partir de la page 40
(voir le site)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.