Lafarge abandonne son projet d'extraction de sables marins au large de Gâvres et de Groix

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti breton
Porte-parole: Gérard Olliéric

Publié le 3/07/09 8:53 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Parti Breton du Pays de Lorient se réjouit de la décision du groupe Lafarge d'abandonner son projet d'extraction des sables marins au large de Gâvres et de Groix .

C'est la mobilisation populaire menée par Le Peuple des Dunes qui a permis ce succès et l'abandon d'un projet aberrant en termes économiques et écologiques qui semblait pourtant convenir à un certain nombre d'élus du Pays de Lorient, réfugiés dans un silence embarrassé pendant toute cette période de mobilisation.

Pour le Parti Breton du Pays de Lorient, A. Samson

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1004 lectures.
mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité

Vos commentaires :

Erwan Josset
Mardi 31 août 2010

Malheureusement l'information que vous donnez ici n'est pas exacte. En effet, il ne s'agit aucunement d'une victoire du Peuple des Dunes contre le cimentier Lafarge, la raison de l'abandon de ce projet étant due tout simplement à un conflit d'intérêt entre l'état-major des forces armées françaises et l'industriel. A aucun moment l'avis de la population, pas plus d'ailleurs que le sacro-saint principe de précaution, environnemental dans le cas présent, n'ont été pris en compte. Cela dit il faut se réjouir de l'enterrement de ce projet, rendre hommage au combat acharné du collectif Le Peuple des Dunes et à la pugnacité de son président.

Jean Landais
Mardi 31 août 2010

M. Josset , si vous croyez à cette excuse, c'est que vous êtes bien naïf . Ce projet de Lafarge est plombé grâce à la résistance du Peuple des Dunes . Que la préfecture maritime se réveille au bout de .... 2 ans !! pour donner son avis est assez comique comme l'ont relevé les journalistes locaux . Ca ressemble fortement à la bonne excuse pour enterrer le projet sans avoir à en donner le bénéfice à ceux qui ont lutté depuis le début.

Patrick Tallec
Mardi 31 août 2010

Monsieur Landais, avec tout le respect que je vous dois je trouve votre raisonnement vraiment amlambiqué. lafarge aurait eu au contraire tout interet à se présneter comme une "entreprise citoyenne" , qui "écoute les gens" etc. Pourquoi inventer un prétexte militaire? je ne crois pas trop au complot permanent. Qu'ensuite les assocs essayent de se faire mousser (si c'est le cas d'ailleurs , pas certain) c'est de bonne guerre.

Erwan Josset
Mardi 31 août 2010

Le scénario de politque-fiction que vous évoqué ferait sans doute le bonheur de nos talentueux écrivains bretons, Monsieur Landais. Mais laissons là la création littéraire pour revenir, si vous le voulez bien, dans la banalité du monde concret. Lafarge, peut-être l'avez-vous remarqué, est par nécessité, très attaché à son image évidemment factice d'entreprise soucieuse du développement durable et du respect de l'environnement, d'où d'ailleurs son association avec le W.W.F qui lui sert de caution. L'aspect « relation publique » est donc extrêmement important chez eux, alors s'ils avaient eut l'intention de reculer pour une raison ou une autre ils n'auraient pas manqué de s'abriter derrière la voix populaire, le respect de l'environnement ou le principe de précaution et de le claironner haut et fort sur tous les toits de Bretagne et d'ailleurs, plutôt que de s'enfuir au triple galop « la queue entre les jambes ». L'Ifremer qui a pris aussi un peu de « plomb dans l'aile » suite à sa collaboration avec le cimentier n'aurait pas non plus rechigner à un peu du lustre que cette sortie en panache aurait permit. En ce qui concerne l'armée, je ne vois pas trop dans quel but elle aurait donné de fausses raisons de défense nationale, mais la « grande muette » est il est vrai peu loquace comme vous le savez. Je crois qu'il faut rester serein et ne pas voir des complots et autres conspirations là ou il n'y a sommes toutes que des intérêts divergents.

Jean Landais
Mardi 31 août 2010

J'ai du mal m'exprimer .... En plus je ne fais que reprendre les remarques des journalistes d'Ouest France et du Télégramme .

1/ le préfet maritime attend 2 ans pour sortir des faits que tout le monde connaissait depuis le début

2/ Lafarge profite de ce prétexte pour tout arrêter tout en indiquant que ce n'est absolument pas le côté environnemental et écologique qui amène son abandon .

Que l'on me permette d'avoir des doutes sur cet avis du préfet maritime qui vient 2 ans après les premiers pas de Lafarge dans cette histoire .. Ou alors que l'on m'explique pour quelles raisons ce préfet maritime est resté silencieux durant 2 années laissant Lafarge s'enferrer dans ce dossier . Les gens de Lafarge sont des professionnels , ils connaissaient très certainement l'historique du site et ça m'étonnerait fortement qu'il n'y ait eu aucune démarche de leur part vers la marine "nationale" pour s'assurer de la faisabilité de leur projet. D'où mon étonnement "naïf" devant cette soudaine conclusion..... Il n'y a aucun complot dans cette histoire , simplement il y a là soudainement une bonne excuse pour se tirer de ce guêpier qu'étaient devenues les côtes de Gâvres à Quiberon. Et vous verrez qu'après-demain, le conseil de Cap L'Orient va présenter lui aussi une étude défavorable pour le projet mais basée sur l'impact environnemental.

Bref pour Lafarge , l'avis du préfet maritime est l'occasion rêvée pour partir de là sans avoir à reconnaître son erreur environnementale.

Sans la mobilisation du Pauple des Dunes, nous n'aurions certainement pas eu une aussi belle conclusion.

Nolwenn Dupuy
Mardi 31 août 2010

Je crois au contraire comme M. Landais, que la décision, ou plutôt l'excuse du Préfet Maritime, permet à Lafarge de s'en tirer à moindre mal, sans avoir à s'expliquer sur les études produites et fortement contestées en premier lieu par le Peuple des dunes qui au delà de la mobilisation populaire et de sa capacité judiciaire a su constituer un comité scientifique de qualité. Pour la Marine, rappeler sa présence (alors qu'elle est restée muette pendant les années d'autorisation d'expérimentation) et dans un contexte de fermeture du Gerbam (centre de tir) n'est peut-être pas complètement inutile; ou plus probablement est-elle en service commandé (ce qui ne serait pas étonnant pour la Marine Nationale); rappelons que les intérêts du Groupe Lafarge se traitent au niveau gouvernemental et pas à celui d'une sous-préfecture.

Par ailleurs, il n'est pas inutile de rappeler que l'exploitation des sables s'incrivait également dans un contexte de mise en place de filière dans le Pays de Lorient, avec une usine de clinker sur le port de Lorient, un déchargement et stockage de sable au Rohu à Lanester notamment. Dans ce contexte le silence gêné de nombreux élus du pays de Lorient n'apparaît pas inexplicable. Rappelons-nous que ce projet d'usine de clinker (dont l'adjoint vert de la Mairie de Lorient s'était fait le promoteur) a été abandonné suite à la mobilisation de différentes association telles que Rade Environnement et de parti politiques tels que le Parti Breton.

M. Josset à semble-t-il bien plus dans son communiqué l'intention de s'opposer au Parti Breton pour des raisons politiciennes en prenant maladroitement le contrepied alors que nous devrions tous nous réjouir de cette victoire qu'il faut rendre au Peuple des Dunes dans toutes ses composantes; il ne me semble d'ailleurs pas avoir vu le parti de M. josset dans le Peuple des Dunes, ceci explique peut-être aussi cela....

Patrick Tallec
Mardi 31 août 2010

Mme Dupuy vous ne semblez pas aimer le parti de M. Josset ! Moi qui ne suis membre d'aucun parti je trouve dommage de tout rabaisser en mettant en cause la bonne foi des gens. C'est plutôt cela que je trouve “politicien”. Si M. Josset n'est pas d'accord avec le Parti Breton alors sous prétexte qu'il est d'un parti concurrent toute remarque serait nulle? Comment discuter dans ces conditions? Je ne suis pas davantage convaincu que M. Josset, et c'est mon droit. Je pense que tout cela est tiré par les cheveux. Je peux changer d'avis si je vois une preuve tangible bien sûr. Pour le moment c'est surtout un cocorico sans preuves tangibles que je vois. J'aime mieux l'attitude de M. landais qui lui veut discuter.

Nolwenn Dupuy
Mardi 31 août 2010

M. Tallec, il y quand même une différence notable entre les différents commentateurs et M. Josset : M. Josset a émis un communiqué sur le sujet au nom de son parti.

Pour ce que qui est des preuves tangibles, en la matière nous n'aurons qu'un faisceau convergent d'éléments constitutifs d'une intime conviction. Si de votre côté vous avez des preuves tangibles pour étayer vos positions, de grâce faites m'en part.

Erwan Josset
Mardi 31 août 2010

"1/ le préfet maritime attend 2 ans pour sortir des faits que tout le monde connaissait depuis le début » C'est vrai pour le stock d'engins explosifs sur la zone pas pour le projet de tir européen. Cela dit les objectifs de l'armée d'il y a deux ans ne sont pas forcément les mêmes qu'aujourd'hui. Pas plus vous que moi ou les journalistes n'avons des informations sensibles en notre possession alors on peut toujours tirer toutes les déductions que l'on souhaite. « 2/ Lafarge profite de ce prétexte pour tout arrêter tout en indiquant que ce n'est absolument pas le côté environnemental et écologique qui amène son abandon . » C'est précisément cette affirmation de Lafarge qui est à l'origine de mon communiqué, Si Lafarge refuse de remettre en question l'impact sur l'environnement cela laisse supposer de nouvelles extractions sur notre littoral. Ne baissons pas notre garde ! Chère Madame Dupuy, il faut savoir garder ses nerfs en toute circonstance, je comprends bien que vous soyez quelque peu échaudée par la légèreté de votre communiqué qui pour le coup tombe un peu à plat mais cela n'est pas une raison de s'en prendre à moi ou au Parti du Peuple Breton. « s'opposer au parti breton ? » Diantre ! Croyez-moi j'ai mieux à faire qu'à me lancer dans des querelles avec un parti politique quel qu'il soit. « Nous devrions tous nous réjouir ?» Lisez mon commentaire plus haut ainsi que le communiqué que j'ai publié sur ce site. « il ne me semble d'ailleurs pas avoir vu le parti de M. josset dans le Peuple des Dunes, ceci explique peut-être aussi cela.... » Vous avez me semble-t-il des lunettes bien sélectives, regardez à nouveau vous y trouverez un lien vers mon blog. Pour votre gouverne, sachez, Madame que j'étais présent ainsi que les militants de ma section lors de la manifestation d'Erdeven le 25 mars 2007 et j'ai été la première personne à signer la pétition en ligne du PDD. Je vous rappel également que je me suis senti particulièrement menacé par ce projet dans mon activité professionnelle puisque la zone convoitée par Lafarge se trouve être mon lieu de pêche.

Jean Landais
Mardi 31 août 2010

En ce qui me concerne , je reste persuadé que sans la résistance du Peuple des Dunes, Lafarge s'installait sans problème.

Quant à mes doutes sur cette soudaine évolution, il suffit notamment de lire les commentaires d'un député UMP membre de la commission de la défense sur le sujet.

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.